eyraud (jacques henri) garcia (rudi) (P. Lahalle/L'Equipe)
Ligue 1 - Marseille

Ligue 1, 1ère journée : En manque de recrues, l'OM passe l'été et aborde le Championnat dans l'expectative

Contrairement au mercato estival 2017, les recrues se font désirer du côté de l'Olympique de Marseille, où seul Caleta-Car est arrivé au moment de reprendre le Championnat. Si certains supporters s'impatientent, il y a des raisons de ne pas paniquer trop vite.

S'il y avait une entrée spécialement réservée aux nouvelles recrues à la Commanderie, il y régnerait une atmosphère de western, agrémentée de ses virevoltants et de ses silences pesants. L'homme à abattre ? Un certain Mino Raiola, agent de Mario Balotelli, qui semble compliquer les négociations entre son poulain et les dirigeants marseillais. Le «grantatakan», denrée rare promise au peuple blanc et bleu depuis l'an dernier déjà, tarde à poser le pied sur le sol brûlant de la cité phocéenne. «Je trouve ça positif qu'on ne rentre pas dans la surenchère de Raiola, avoue Ange, supporter du club marseillais. Mais le truc, c'est qu'on a l'impression qu'il n'y a pas de plan B. Et qu'ils n'ont pas retenu les leçons de l'année dernière.» «Ils», ce sont les dirigeants de l'OM, «les leçons de l'année dernière», celles qui aurait dû être tirées de l'arrivée plus que tardive de Kostas Mitroglou sur la Canebière, dans les dernières heures du mercato. «Des attaquants à des sommes correctes, il n'y en a pas tant que ça, défend Albert Emon, ancien coach du club olympien. Ils ont tablé sur Balotelli parce qu'il rentre dans le budget du club.» Seulement voilà : cet été, c'est tout le mercato marseillais qui est à l'arrêt. Ou presque, exception faite de Duje Caleta-Car, le défenseur croate qui s'est engagé fin juillet. A la même date il y a un an, l'OM avait déjà six recrues dans ses rangs.
«Il est toujours préférable d'avoir tout le monde, y compris les Mondialistes» (Gérard Gili)
Ce n'est un mystère pour personne qu'il est plus aisé de débuter une nouvelle saison avec un effectif fourni et rodé. D'autant que la fin d'exercice 2017-18 de l'OM avait mis en lumière les carences à certains postes. A l'approche de l'été, les priorités étaient on ne peut mieux définies. «Ils savaient qu'ils allaient devoir recruter, lâche Ange. Si on a des blessures comme ça avait été le cas lors des derniers mois de la saison dernière, ça peut être vite problématique.» Le manque d'anticipation agace. La frustration est d'autant plus exacerbée qu'il est difficile de savoir si la direction travaille ou non en sous-marin sur d'autres dossiers que ceux qui filtrent dans la presse. Et si le mercato devait se clôturer au coup d'envoi de la saison - comme certaines personnalités du football le souhaitent -, l'OM débuterait le Championnat sur une jambe. «Il est toujours préférable d'avoir tout le monde, y compris les Mondialistes», concède Gérard Gili, ancien entraîneur du club. Là aussi, l'OM accuse un coup de retard puisque Mandanda, Rami mais aussi Caleta-Car manqueront à l'appel face à Toulouse ce vendredi.

Des recherches particulières

Les prestations du début de saison peuvent-elles en pâtir ? Pour Albert Emon, l'OM a les moyens de tenir sur les premiers matches : «La base de l'équipe n'a pas changé, et elle restera compétitive au début». Alain Giresse, joueur de l'OM entre 1986 et 1988, abonde en ce sens : «La saison dernière était belle dans l'attitude, le comportement. Il y a une dynamique qui existe, même si des recrues peuvent aider à prolonger cette dynamique». Pourtant, c'est davantage dans le sens de départs que l'OM se fait remarquer. Rémy Cabella, qui devrait rallier Saint-Etienne, ne fait pas partie du groupe qui affrontera Toulouse, tandis que André-Frank Zambo Anguissa s'est envolé pour Fulham dans les dernières heures du mercato anglais ce jeudi soir. «Contre 30 millions d'euros, tu ne pouvais pas refuser, argue Ange. C'est pas trop le début de Championnat qui m'inquiète, c'est le fait de ne pas avoir de banc alors que c'est déjà ce qui nous manquait un peu la saison passée
Mais la réalité du marché est cruelle. Encore plus cette année, encore plus pour l'OM. «Il y a eu la Coupe du monde, ç'a retardé le processus, plaide Gérard Gili. Si d'autres clubs se sont heurtés à la même problématique, le club phocéen est dans une recherche avant tout qualitative, et souvent pour des postes de rotation, ce qui ne facilite pas la tâche. «Ce n'est pas comme quand vous bâtissez une équipe, argumente Alain Giresse. L'OM cherche des joueurs qui amèneront un véritable plus au sein d'un collectif déjà bien constitué, ce qui est moins simple.» En résumé, les dirigeants marseillais ne veulent pas reproduire les mêmes faux pas que l'été dernier, éviter les erreurs de casting et ne pas recruter uniquement pour recruter. Le maître-mot ? La patience. Mais dans la cité phocéenne, les supporters sont mis à l'épreuve par l'attente. «S'il n'y a pas d'arrivée d'ici dix jours, ça peut être la crise. Ca va peut-être gronder.» La direction marseillaise est prévenue...
Antonin Deslandes
Réagissez à cet article
500 caractères max
ombiloba1 10 août à 11:27

... sauf que la direction a annoncé vouloir investir de manière importante cet été!!! -"Faire, c'est faire taire"... d'après ce qu'on a pu entendre!!! Sauf que de plus en plus, les paroles ne suivent plus les actes!!!!

olivier30 10 août à 9:07

l’OM va perdre des points en début de championnat et à la fin ils nous diront : nous sommes quatrièmes mais c’est pas grave on fera mieux l’an prochain !

voir toutes les réactions