(J.Prevost/L'Equipe)
Ligue 1 - 21e journée

Ligue 1, 21e journée : grâce à Cavani et à un quadruplé de Neymar, le PSG pulvérise Dijon (8-0)

Grâce notamment au 156e but de Cavani sous ses couleurs (record d'Ibrahimovic égalé) mais aussi à un quadruplé de Neymar, le PSG a atomisé Dijon (8-0), signant du même coup sa plus large victoire au Parc des Princes.

La prestation XXL de Neymar

Son match gargantuesque a malheureusement eclipsé d'autres perfomances brillantes de certains de ses coéquipiers, comme Angel Di Maria, auteur d'un doublé (plus une passe décisive) et sorti sous une ovation du Parc des Princes. Mais comment ne pas souligner la performance énormissime du Brésilien ce mercredi soir ? Quatre buts, et deux passes décisives. Rien que ça. Et on ne parle là que des statistiques, pas du reste, de ses multiples accélérations, de ses crochets à la pelle, de ses gestes techniques qui font du bien aux yeux, ou encore de ses services millimétrés pour ses coéquipiers. Débordée de toute part, la défense dijonnaise a souffert comme jamais face au talent du Brésilien, qui aurait même pu signer un ou deux buts de plus sans des arrêts du pauvre Reynet (50e, 90e). Il s'est contenté d'en inscrire quatre, donc, d'un joli coup franc direct (40e), puis d'une frappe du gauche (57e), d'une autre du droit après avoir effacé... six défenseurs adverses (73e) et enfin sur un penalty obtenu par Cavani (83e) que le Parc des Princes aurait aimé voir tiré par l'Uruguayen, histoire qu'il batte le record de Zlatan Ibrahimovic. Mais Neymar en a décidé autrement, inscrivant au passage son 24e but de la saison (plus 15 passes décisives) en 23 matches, toutes compétitions confondues. Rien que ça...

Di Maria avait bien lancé Paris

On l'attendait évidemment moins que son illustre coéquipier brésilien, mais Angel Di Maria a lui aussi livré un très gros match. L'Argentin a encore une fois profité de la légère revue d'effectif d'Emery - qui a laissé Mbappé sur le banc au coup d'envoi - pour être titulaire à droite du trio d'attaque parisien. Et il faut dire qu'il n'a pas perdu de temps. Dès la 4e minute, Lo Celso le trouvait à l'angle de la surface dijonnaise. Le gaucher croisait son tir, qui venait se loger dans la lucarne d'un Reynet stoïque et impuissant (1-0, 4e). Sa grosse prestation du soir ne venait que de commencer. Grâce au ballon piqué de Neymar, il n'avait qu'à pousser le ballon au fond des filets au quart d'heure de jeu (2-0, 15e) pour s'offrir le doublé, avant de déposer un amour de centre du droit sur la tête de Cavani (3-0, 21e). L'Uruguayen s'offrant au passage le record de buts au PSG (156 réalisations à égalité avec Ibrahimovic). Sa deuxième période, à l'image du reste de l'équipe, a été plus tranquille. Il a été remplacé à la 68e par Mbappé.

Lire : Cavani, qui a égalé le record de Zlatan Ibrahimovic, vu par les légendes du PSG

Dijon s'est exposé, et a pris une énorme valise

Le résultat ne faisait certes guère de doute, même avant le coup d'envoi du match. Mais les Dijonnais, surpris dès les premières secondes de la rencontre, n'ont pas fermé le jeu et sont allés de l'avant. La possession de balle des visiteurs (environ 40%) n'est d'ailleurs pas ridicule, à l'instar d'autres statistiques (11 centres, 4 corners, 6 tirs). D'autres équipes ont déjà été bien plus timides au Parc des Princes ces dernières semaines. Abeid (39e) et Kwon (48e) ont d'ailleurs un brin inquiété Areola. Seulement voilà, le vrai hic du soir a été la porosité de la défense dijonnaise. Car à la fin, Baptiste Reynet ne sera pas allé chercher sept fois la balle dans ses cages... mais bien huit fois après le but du gauche de Mbappé (7-0, 77e), fraîchement rentré en jeu et qui voulait légitimement participer à la fête. Fessé, Dijon reste onzième de Ligue 1, avant de se déplacer à Strasbourg samedi, dans un match où l'écart de niveau sera bien moins grand. Le PSG garde lui ses onze points d'avance en tête et a déjà la tête à Lyon, son dauphin, qu'il ira défier dimanche prochain.

Hugo Girardot
Réagissez à cet article
500 caractères max
bamou 18 janv. à 11:02

J’aimerai bien que le PSG montre ce même visage contre le Real de Madrid en huitièmes de finale de la LDC et ainsi faire taire les rageurs .

bamou 18 janv. à 10:53

L’équipe de Digon avec quelques absents,a laissé jouer le PSG à mon avis.Ils auraient pût jouer comme Montpellier ,trop défensivement pour ne pas prendre cette valise.