marquinhos pastore (javier) cavani (edinson) (F. Faugere/L'Equipe)
Ligue 1 - 6e journée

Ligue 1, 6e journée : le PSG déroule face à Dijon (3-0)

Quatre jours à peine après son carton à Caen (6-0), le PSG a confirmé ce mardi soir face à Dijon (3-0) et grimpe à la deuxième place, à un point de Nice.

Une première mi-temps au petit trot

Dominateur dans l'ensemble face à des Dijonnais qui ont eu le mérite de ne pas fermer totalement le jeu, le quadruple champion de France en titre n'a pas franchement forcé son talent pour prendre les devants avant la pause. S'il s'est procuré quelques occasions dans le jeu (Lucas 12e et 17e, Di Maria 45e), le PSG a ouvert la marque sur un centre de Maxwell dévié dans son but par le malheureux Adam Lang (15e). Edinson Cavani a doublé la mise onze minutes plus tard, sur penalty, suite à une faute de Loties sur Rabiot, préféré à Matuidi sur le côté gauche du milieu à trois parisien. A part ça ? Pas grand-chose à se mettre sous la dent, hormis une frappe superbe d'Abeid sur la barre (34e) pour les visiteurs.

Cavani, un but et puis c'est tout

Auteur d'un quadruplé retentissant en une mi-temps vendredi à Caen, Edinson Cavani a été bien plus discret ce mardi soir. Combatif, comme toujours, l'attaquant uruguayen a été assez peu servi dans l'ensemble. Mais il a aussi été pris quelques fois au piège du hors-jeu. Peut-être le prix à payer pour un joueur qui multiplie les appels, souvent de qualité. Il a tout de même inscrit son sixième but de la saison, sur un penalty bien frappé, et rejoint ainsi Alexandre Lacazette en tête du classement de la spécialité.

Pastore et Maxwell marquent des points

Forfait lors des 3e et 4e journées et remplaçant (non utilisé) vendredi soir en Normandie, Javier Pastore faisait son retour mardi soir dans le onze parisien. Titularisé sur le flanc droit du milieu à trois, le milieu argentin a fait parler sa technique et sa vision du jeu pour créer quelques brèches. Placé derrière l'attaquant en deuxième période, il a signé un match plutôt encourageant dans l'ensemble, même s'il a perdu quelques ballons et quelque peu souffert physiquement en fin de match. Lui aussi titulaire au poste de latéral gauche en l'absence de Layvin Kurzawa, Maxwell a fait du Maxwell. A savoir un match très sérieux des deux côtés du terrain. Solide défensivement, il n'a pas hésité à prendre son couloir pour délivrer quelques centres dangereux, dont un caviar pour la tête de Lucas sur le troisième but parisien (67e). A 35 ans, le Brésilien a encore de beaux restes...
Bruno Rodrigues
Réagissez à cet article
500 caractères max