Lyon ou Marseille ? Y a match. (  L'Equipe)
Ligue 1

Ligue 1 - 6e journée : Lyon ou Marseille, c'est qui le plus fort ?

Rivaux en Championnat, Lyon et Marseille le sont aussi pour s'attribuer le titre de deuxième métropole du pays derrière Paris. On a donc décidé de faire un comparatif avec tout ce qui n'est pas ballon rond. Avec sérieux mais pas trop. A vous de trancher.

Depuis que le PSG est devenu trop grand pour la Ligue 1 et trop petit pour la Ligue des champions, la rivalité avec Marseille s'est un peu estompée mais, surtout, les deux clubs ne souffrent plus la comparaison sur le plan sportif et, en dehors du terrain, Paris sera toujours Paris malgré les 2600 ans d'histoire de la cité phocéenne. Non, Paris n'est plus dans la compet'. Et Monaco est par trop original (c'est un Rocher, il n'y a pas de public dans le stade, on peut y faire ses courses en Rolls, mais surtout c'est un Etat) pour susciter la moindre envie de comparer. Non, aujourd'hui, l'étalon de la rivalité footballistique en France c'est le justement nommé «Olympico».
Le match des Olympiques, le derby rhodanien, le Gone with the Mistral, voilà la rivalité paroxystique de notre douce Ligue 1. L'OL et l'OM luttent dans la même cour, celle des vassaux des Parisiens qui rivalisent pour la place de dauphin, la qualification à Ligue des champions et pourquoi pas, le trophée des Champions. Leur duel est désormais scruté tout au long de l'année, leur affrontement est toujours bouillant, souvent spectaculaire et correctement viril à défaut d'être virilement toujours correct. Voilà pourquoi nous ne parlerons pas du terrain sportif, objet de toutes les attentions. Non, le comparatif Lyon vs Marseille nous le ferons sur d'autres critères, histoire que ceux qui n'aiment pas le foot puissent quand même choisir leur camp avant le derby. Parce que le football a besoin de passion.

La qualité vie/travail

Au dernier classement L'Express des «Villes où il fait bon vivre» mais aussi appelé «Les villes les plus attractives» (à ne pas confonde avec «nos régions ont du talent» ou «le plus beau village de France»), qui regroupe une quinzaine d'indicateurs parmi lesquels les prix de l'immobilier, la proximité mer-montagne, l'offre de soins... Marseille se classe 26e. Lyon, pour sa part, ô Dieu, n'arrive qu'en 30e position. Mais si on place la focale sur le travail, la capitale des Gaules se classe 3e dans la catégorie «où fait-il bon travailler ?» quand Marseille se hisse péniblement à la 37e position. Vivre à Marseille et travailler à Lyon ? A vous de voir, c'est quand même 1h50 en train. Il vous faut donc choisir.

Vous préférez :

Culture et loisirs

Notre-Dame de la Garde plus haut perchée que Notre-Dame de Fourvière ? Le Musée des Confluences plus important que le Mucem ? IAM plus mélodique que Biolay ? La bouillabaisse plus savoureuse que la quenelle ? Patrick Bosso plus drôle que Florence Foresti ? Seule la dernière question établirait la concorde entre un Lyonnais pourvu d'un échantillon d'humour et un Marseillais relativement porté sur la bonne foi (c'est un postulat bien évidemment). Pour le reste, les goûts et les couleurs, ça se discute justement. Disons simplement que Lyon, perçue comme plus bourgeoise et hautaine que sa rivale au titre de deuxième ville de France, cultive un peu plus ses références culturelles et sa diversité culinaire quand Marseille l'indolente vante ses décors naturels. Si rien ne remplace la mer pour faire grimpe la cote des loisirs à Marseille, l'absence des «Lyonnais» dans des émissions de téléréalité qui castent sur le critère d'un QI à deux chiffres plaide plutôt pour le choix de la culture à Lyon.

Qui est le plus drôle ?

La mauvaise réputation

Si Lyon a connu les gangs au mitan des années 70, Marseille concentre les clichés les plus éculés sur son milieu. Terre historique de commerce et d'échanges, la cité phocéenne a toujours drainé dans son sillage le crime organisé. Les 18 règlements de comptes enregistrés depuis le début de l'année à Marseille ne plaident pas en faveur de l'embouchure du Rhône quand bien même c'est Olivier Marchal qui réalise des films de gangsters et Robert Guédiguian qui met en images la réalité sociale du quotidien qui broie les petites gens. Selon une étude réalisée pour la Gazette des communes en 2014, le taux de pauvreté record enregistré à Marseille (3e arrondissement) grimpe jusqu'à 55% quand il plafonne à 21% à Lyon (9e arrondissement). Des chiffres à relativiser dans la mesure où certains arrondissements marseillais ne concentrent que des quartiers populaires et que la population y est presque deux fois plus nombreuse. Quand bien même la misère serait moins pénible au soleil, Marseille enregistre une large frange de sa population vivant sous le seuil de pauvreté, certains quartiers dépassant les taux de Roubaix, commune la plus pauvre de France.

Vous êtes plutôt :

L'art de vivre

Sortons de ce moment sérieux, presque gênant et loin de la légèreté requise pour parler un peu d'art de vivre. Au pays des «ksss ksss ksss» des cigales, on bat des records d'ensoleillement, presque trois mois complets par an (2 800 heures, températures moyennes entre 7 et 23°), et on remplit ses armoires de t-shirt et de shorts. L'effet sur l'humeur est paraît-il garanti ce qui expliquerait que les Marseillais soient aussi charmants et avenants. Du côté de Lyon, en revanche, on n'entend pas les cigales et on voit moins le soleil (température moyenne entre 3 et 21° et 2 000 heures d'ensoleillement), ce qui expliquerait... Du coup à Lyon, la sieste est moins un art de vivre qu'une pause obligatoire après un déjeuner bien arrosé dans un bouchon. Il est vrai que les spécialités locales tiennent au corps : rosette, saucisson brioché, tablier de sapeur... Anchoïade, pieds-paquets et bourride sont peut-être plus digestes...
Mais il est temps de «s'esbigner». On vous laisse ça là, en «cuchon», pour vous faire une opinion et décider si vous penchez plutôt pour Lyon ou Marseille.

Vous êtes plutôt :

Réagissez à cet article
500 caractères max