(F.Porcu/L'Equipe)
Ligue 1 - Lyon

Ligue 1 : À Monaco, la première de Sylvinho tout en gestion

Malgré l'expulsion précoce de Fabregas, Lyon n'a jamais appuyé sur l'accélérateur. Et les principes de jeu entraperçus lors des matches de préparation n'ont pas été remis en place. Pour son premier match, Sylvinho voulait la victoire, rien que la victoire.

Cette semaine en conférence de presse, Sylvinho avait affiché son sourire lumineux, se lançant dans de grandes diatribes sur la pression d'une première à laquelle il serait totalement inhibé. Eu égard de son calme sur le bord du terrain, le Brésilien disait sûrement vrai. Toujours est-il que pour ses débuts à Louis-II face à Monaco, le coach de l'OL a limité au maximum les prises de risques de son équipe. Bien loin de ce qui avait été mis en place lors des matches de préparation - bien que ces préceptes manquaient inéluctablement de pratique. Exit les sorties de balle depuis le gardien et la recherche permanente de verticalité, que ce soit des centraux ou des milieux de terrain. Welcome le lancinant circuit de passes sans réel changement de rythme, si ce n'est quelques inspirations d'un excellent Thiago Mendes. Le schéma était clairement défini : pour la première de Sylvinho, il fallait gagner. L'OL n'a pas eu à forcer son talent, il a suffi de l'attentisme monégasque sur coups de pied arrêtés, d'un carton rouge discutable pour Fabregas et d'une bourde de Lecomte pour offrir la victoire à l'entraîneur brésilien sur un plateau.

Lire aussi : L'OL écrase Monaco et débute parfaitement
Le carte de passes des Lyonnais à la mi-temps (à gauche) et à la fin du match (à droite) : l'activité offensive des latéraux est quasiment inexistante, les circuits de passes très latéraux. Et on voit la volonté de garder un bloc médian et compact en prenant très peu de risques depuis Anthony Lopes. Une façon de rassurer la défense des Gones qui en avait bien besoin (Stats Zone)
Le carte de passes des Lyonnais à la mi-temps (à gauche) et à la fin du match (à droite) : l'activité offensive des latéraux est quasiment inexistante, les circuits de passes très latéraux. Et on voit la volonté de garder un bloc médian et compact en prenant très peu de risques depuis Anthony Lopes. Une façon de rassurer la défense des Gones qui en avait bien besoin (Stats Zone)

Bloc médian et transitions sans fougue

La frilosité des Gones sautait aux yeux dès l'entame de match. Avec le ballon, on observait peu de passes risquées, des circuits très latéraux et un Anthony Lopes qui effectuait l'intégralité de ses dégagements en jeu long. Pas question d'aspirer les Monégasques, l'idée étant de maintenir un bloc médian compact pour avoir le temps de casser les transitions des locaux. Seulement voilà, à chaque fois que les Lyonnais ont voulu récupérer le ballon au coeur du jeu ou dans le camp monégasque, les fautes se sont succédées. Mendes, Aouar et Tousart (2 fautes chacun) n'ont jamais été capables de reprendre la possession proprement pour se remettre dans le sens du jeu. Le pressing était tout aussi prudent, avec Moussa Dembélé qui déclenchait en individuel sur le porteur de balle. Derrière, ses coéquipiers cadraient leurs vis-à-vis sans réelle agressivité.
Dans le camp monégasque, les Lyonnais ont multiplié les fautes commises (en noir). Dès lors, impossible d'enclencher des transitions rapides vers l'avant (Stats Zone)
Dans le camp monégasque, les Lyonnais ont multiplié les fautes commises (en noir). Dès lors, impossible d'enclencher des transitions rapides vers l'avant (Stats Zone)
Le pressing était tout aussi prudent, avec Moussa Dembélé qui déclenchait en individuel sur le porteur de balle.
Mais les supporters lyonnais peuvent voir le bon côté des choses : la tactique adoptée a permis aux Lyonnais de bien gérer les transitions monégasques. L'an passé, avec Bruno Genesio, les Gones s'illustraient par leur sautes de concentration et leurs difficultés, par période, à garder le match en main. Ce vendredi, si ce n'est une ou deux incursions monégasques, les hommes de Sylvinho ne se sont jamais mis en danger. Et au regard des prestations défensives délicates lors des matches de préparation, c'est plutôt rassurant.
En même temps, comment pouvait-il en être autrement ? Sans le ballon, le bloc lyonnais était particulièrement hermétique. Positionnés en 4-4-1 en phase de relance monégasque, il n'était pas rare que les visiteurs se retrouvent avec une ligne défensive de cinq joueurs, Youssouf Koné rentrant vers l'intérieur et Aouar ou Depay redescendant d'un cran pour cadrer les montées d'Aguilar. Résultat, l'activité offensive de Dubois et Koné était quasiment inexistante (voir ci-dessus), les attaquants étaient peu pourvus en centres et la défense monégasque pas assez étirée pour faciliter les projections lyonnaises. Après la rencontre, au micro de Canal +, Sylvinho s'est montré satisfait : «On essaye de bien travailler tactiquement, sur comment organiser le bloc défensif. Ce soir, c'est ce qui a fait la différence.» Offensivement, il faudra que l'OL monte en régime. Mais ça, Sylvinho le gestionnaire le sait. Ce vendredi, pour la reprise de la Ligue 1, seul le résultat comptait.
Antonin Deslandes 

À lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :