pepe (nicolas) (N. Luttiau/L'Equipe)
Ligue 1

Ligue 1 : À quoi ressemblait la première saison de Nicolas Pépé à Angers ?

S'il est aujourd'hui un attaquant convoité par les plus grandes écuries européennes, Nicolas Pépé a commencé à un niveau moindre, il y a cinq ans de cela à Angers. Retour sur sa première saison chez les Angevins.

Pépé a 19 ans lorsqu'il découvre la Ligue 2 avec Angers. Après une saison passée au sein de la réserve du club angevin, le voici lancé dans le grand bain le 26 août 2014 en Coupe de la Ligue contre Arles-Avignon (défaite 1-2). Le jeune Ivoirien doit cependant attendre mi-novembre et un match de Coupe de France face au modeste club d'Argentré-du-Plessis pour inscrire ses premiers et seuls buts de la saison. Un beau triplé et un conséquent 10-0 à la clé. Une prestation récompensée par son entraîneur puisque Pépé est titulaire pour la première fois quelques jours plus tard contre Ajaccio (1-1). Jusqu'à la trêve, l'ancien Poitevin multiplie les entrées en cours de match avec son numéro 33 sur le dos.

Encore un peu vert, l'Angevin...

Oui mais voilà, entre décembre et mars, Pépé ne fait plus son apparition dans le groupe professionnel. Pour le directeur de la formation du SCO et son premier formateur du côté d'Angers, Abdel Bouhazama, cela s'explique notamment par le processus de formation nécessaire au niveau professionnel : «Il était encore inconstant dans les matches. Il fallait qu'il acquiert ce que j'appelle "l'endurance psychologique" nécessaire en pro. Le fait qu'il ait joué seulement huit matches le montre aussi et c'est pourquoi on l'a prêté ensuite à Orléans afin qu'il puisse avoir régulièrement du temps de jeu. Par la suite, il a vite compris l'exigence du niveau professionnel». De plus, cette année-là, Angers compte dans ses rangs Jonathan Kodija, auteur de 15 réalisations, ou encore Abdoul Camara et Sofiane Boufal. Pas facile de faire son trou sur le front de l'attaque angevine...

... mais déjà prometteur

Malgré son peu de temps de jeu en pro, Nicolas Pépé, plus jeune joueur de l'effectif du SCO, fait des apparitions. Il est le seul dans ce cas de figure parmi les jeunes, avec Sofiane Boufal. «C'est une forme d'apprentissage et une manière pour l'entraîneur des professionnels (Stéphane Moulin) de l'intégrer progressivement. Ça a accéléré son processus de formation», confirme Bouhazama. Doté d'un potentiel déjà bien identifié par ceux qui l'encadrent, l'Ivoirien a aussi la chance d'être épargné par les blessures malgré un style de jeu déjà percutant, lui permettant d'être régulièrement à disposition du groupe professionnel. «Le fait que l'entraîneur des pros fasse appel à lui, c'était déjà bon signe». Prometteur donc, tout comme sa personnalité, encline à se mettre au diapason des plus expérimentés. «Son intégration s'est bien déroulée. Pour lui le foot c'est du plaisir, c'est un jeu. Il était très accepté des pros, on avait des retours de leur part. Ils savent quand un jeune a de la qualité, ils ont du respect. Lui aussi a été très respectueux, son attitude a été bonne et c'est là où il a gagné le respect du vestiaire pro et du staff. Il était à l'écoute des cadres», ajoute son ancien formateur. Cerise sur le gâteau, Nicolas Pépé participe à la montée de son club en Ligue 1, 21 après avoir quitté l'élite.

Clément Pernia
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :