alves (daniel) turpin (clement) (A.Martin/L'Equipe)
Ligue 1 - 22e journée

Ligue 1 : Alves, Ndombélé, Lille, Bordeaux, Reynet, Toulouse au menu du débrief de la 22e journée

Il y a eu 25 buts marqués, 36 cartons jaunes et 4 rouges distribués, et 204 354 spectateurs recensés. Mais pas que. FF livre ses héros et ses zéros de la 22e journée de Ligue 1.

On a détesté le comportement de Dani Alves

L'heure n'est pas franchement à la rigolade entre joueurs et arbitres en Ligue 1. Alors que le «Chapron-Gate» a marqué le match de la semaine dernière entre Nantes et Paris, l'altercation, bien que différente, entre Alves et M. Turpin, résume malheureusement globalement l'état des relations entre tous ces acteurs cette saison. Mais ce coup-ci, c'est bien le joueur qui a dépassé les limites. Alors que M. Turpin allait sortir le jaune pour sanctionner un tacle du Brésilien sur Ndombélé (57e), Alves, furieux, a rapproché sa tête vers l'homme en noir comme s'il voulait en découdre. Et l'abitre lui a logiquement indiqué de quitter le terrain. Un comportement très limite pour un joueur qui a été nerveux jusqu'à son exclusion à l'heure de jeu. Et avec l'expérience qu'il a, on a même été surpris de le voir s'emporter de la sorte. Surtout que Paris tenait le match nul à cet instant du match... La suite, on la connaît. Meunier, lui, n'en demandait pas tant, et va avoir (enfin) du temps de jeu dans les semaines à venir. Car en 2016, on se souvient que pour une situation presque similaire, Nabil Dirar avait été suspendu pour huit matches... Qu'en sera-t-il pour Alves ?

Alves doit prendre au moins trois matches de suspension

On a donné rendez-vous en équipe de France A à Tanguy Ndombélé

Et si c'était lui, en fait, le numéro 6 qu'il manque tellement au PSG ? Tanguy Ndombélé a réalisé un match extraordinaire face aux Parisiens dimanche soir lors du succès lyonnais (2-1). Une partie récompensée par un 8 par FF. Il a régné au milieu, mettant les Verratti ou Lo Celso en grande difficulté. Une prestation aussi solide qu'au match aller, au Parc, où l'ancien d'Amiens s'était révélé, qui ne fait que confirmer les dispositions du natif de Longjumeau. Avec ce talent, ces capacités et ces performances, ça paraît clair : Ndombélé va porter un jour le maillot de l'équipe de France A. Appelé chez les Espoirs de Sylvain Ripoll depuis septembre dernier, le Lyonnais prouve qu'il a les cannes pour vite aller voir plus haut. Pas forcément dès juin, au Mondial 2018, mais on se lance : d'ici mars 2019, Ndombélé sera appelé par le sélectionneur des Bleus.

Ndombélé sera appelé en équipe de France A d'ici mars 2019

On a un peu halluciné en voyant l'annonce du nouvel entraîneur de Bordeaux

Samedi après-midi, dans les couloirs de la Beaujoire. Soulagé d'avoir pris trois points à Nantes, Bordeaux a surtout en tête la succession de Jocelyn Gourvennec. Le dossier Preud'homme abandonné, on était curieux de connaître l'identité du nouvel entraîneur. Sauf qu'on ne s'attendait absolument pas à la connaître dès la fin de la rencontre. Au téléphone dans les couloirs, Stéphane Martin, le président bordelais, se dirigeait vers Olivier Tallaron, le journaliste de Canal+. Avec l'annonce en direct de l'arrivée de Gustavo Poyet. Le boss des Girondins a donc préféré dévoiler la signature de Poyet aux médias avant d'informer son staff et ses joueurs, qui venaient de faire le boulot. Bedouet, l'entraîneur intérimaire, et Costil, avoueront par exemple avoir appris ça dans les vestiaires. Pas dramatique, certes, mais sûr que cette annonce a pu surprendre. Dans toute entreprise, il n'est pas commun de voir les médias être informés d'une telle décision avant les salariés. Et cela n'encouragera sûrement pas les «anti-Martin» de changer d'avis...

L'annonce de Stéphane Martin était maladroite

On s'est demandé quels Lillois allaient grimper en tribune lors du prochain match

«Il y en a certains qui vont regarder les prochains matches depuis les tribunes ou de chez eux.» Samedi soir, après la nouvelle défaite des siens à Troyes, Christophe Galtier a piqué sa crise. Une colère légitime tant les Dogues n'ont eu aucun mordant dans l'Aube, se faisant bouger beaucoup trop facilement. Et connaissant le caractère de l'entraîneur du LOSC, on peut être sûr que des choix seront faits face à Strasbourg lors de la prochaine journée. Quels pourraient être les concernés ? On peut penser à Fodé Ballo-Touré, loin d'avoir l'agressivité nécessaire, par exemple, sur le but de Troyes. On peut aussi cibler Ezequiel Ponce, invisible en attaque, voire Junior Alonso ou Luiz Araujo. L'illustration d'un collectif nordiste qui va devoir sérieusement s'y mettre pour éviter tout fiasco...

Galtier doit frapper fort face à Strasbourg et punir certains joueurs

On s'est inquiété pour le sommeil de Baptiste Reynet

C'est ce qu'on appelle une série noire. Il s'est écoulé 170 minutes entre le but égalisateur de Nolan Roux pour Metz (1-1, le 13 janvier) et le second penalty de Kenny Lala (2-3, samedi dernier), en passant bien sûr par la démonstration parisienne (8-0). Pendant ce laps de temps, même pas l'équivalent de deux rencontres complètes, Baptiste Reynet est allé chercher le ballon dans ses filets à... 12 reprises ! Soit un but toutes les 14 minutes. S'il l'a pris avec le «sourire» après Paris, on parie que l'ancien de Lorient n'est pas vraiment satisfait de cette situation. Toutes compétitions confondues, le DFCO n'a enregistré qu'un seul clean sheet sur ses... 12 dernières sorties. Du coup, on a pensé, comme disait Isabelle Nanty, qu'il y avait un très gros problème en défense.

Le DFCO doit recruter en défense d'ici la fin du mercato

On a cru voir des symptômes identiques entre le Toulouse de Dupraz et le Bordeaux de Gourvennec

Alors, bien sûr, Toulouse n'a pas enregistré une terrible série de 14 matches sans victoire. Mais c'est comme si le Téfécé en prenait le chemin. Une nouvelle fois défait à Montpellier samedi (1-2), l'équipe d'Alban Lafont reste 19e, dans une situation bien dangereuse. Au-delà des scores et des positions, c'est la dynamique qui n'a rien de bon. Il y a des signes comme ça qui peuvent faire dire que le club haut-garonnais ne va pas avoir d'autres choix que de provoquer un électrochoc et peut-être se séparer de Dupraz. Lors des deux dernières rencontres de Jocelyn Gourvennec avec Bordeaux, on avait senti du mieux. Il y avait eu la victoire à Troyes (1-0), avant une défaite fatidique face à Caen (0-2). Face aux Normands, les Girondins n'avaient pas été si catastrophiques, le nul aurait même été logique. Mais les événements se sont enchaînés avec le craquage de Baysse, le penalty de Santini ou encore ce but de Rodelin depuis la ligne médiane. Face à Montpellier, Toulouse a en quelque sorte connu la même mésaventure. On pense à l'expulsion de Gradel (suivi, juste derrière, du but du MHSC), au poteau de Delort, et enfin au coup de massue de Sio à la dernière seconde (90e+6). Quand ça veut pas, ça veut pas. Et ça finit généralement par coûter la place au coach.

Toulouse n'a d'autres choix que de se séparer de Dupraz pour tenter d'inverser la tendance

On s'est dit que Strasbourg allait se faire taper sur les doigts

Strasbourgeois et Dijonnais n'auraient clairement pas pu jouer au billard sur la pelouse de la Meinau. Loin de là. Et les Alsaciens risqueraient même de s'attiser les remarques de la LFP, qui établit chaque week-end un barème de notation des pelouses de Ligue 1. Sous la pluie qui s'abattait sur l'Alsace samedi soir, le terrain dont l'état était déplorable, freinait sans arrêt le ballon lorsque les joueurs tentaient des passes au sol. Résultat : le jeu long a été privilégié (des deux côtés) pendant le restant de la rencontre. Un spectacle gâché par d'interminables contrôles ratés, des faux rebonds et des glissades incessantes. C'est à s'interroger sur la véritable utilité de disputer cette rencontre dans de telles conditions. La semaine passée, c'est toute l'Europe du Nord qui a connu des intempéries, et aucun club de première division (hormis Strasbourg) n'a affiché un tel gazon... Quand on sait que la LFP est très attentive à l'image de son Championnat, on se demande même si un petit mail notifié "urgent" n'est pas déjà arrivé sur l'adresse du RCSA...

Srasbourg-Dijon n'aurait pas dû être joué

Réagissez à cet article
500 caractères max
tophednx94 22 janv. à 17:37

8 matchs pour Alves et rien pour Lopez ? Qu’elle belle justice. Elle est du même niveau que les arbitres ???

Silvaneric 22 janv. à 10:18

On est admiratif de voir de voir l'OGC Nice dont la moitié de l'équipe est sur le flanc (Jallet, Pléa, Le Marchand, Souquet, Saint Maximin et Cyprien à peine de retour après 9 mois d'absence) être malgré tout la meilleure équipe des 8 dernières journées !

davethesith 22 janv. à 9:03

Alves aurait donc 8 matchs de suspension, selon vos voeux, mais Marçal qui a fait bien pire n'a rien eu. Il est vrai qu'il est lyonnais et que cela ne vous a pas vraiment dérangé.Un journaliste ne doit-il pas être impartial ???