beric (robert) (A.Martin/L'Equipe)
Ligue 1 - 26e journée

Ligue 1 : Beric fait gagner Saint-Étienne à Angers, Montpellier accroché, match fou entre Caen et Rennes

Longtemps malmené, Saint-Étienne a fini par l'emporter en fin de rencontre sur un but de Beric (0-1). Match à rebondissements à Caen, qui a loupé deux penalties, et qui a réussi à revenir sur Rennes (2-2). Montpellier a été accroché par Guingamp (1-1). Troyes a fait tomber Metz dans les derniers instants (1-0).

Angers 0-1 Saint-Étienne

Niveau occasions dangereuses, le SCO pourra longtemps repenser à cette double situation en première période. Avec le même protagoniste au bout de l'action : Karl Toko Ekambi. Lancé dans la profondeur, et après avoir devancé Subotic, l'ancien de Sochaux voyait Ruffier dévier sa tentative (6e). Dix minutes plus tard, après une inspiration de l'excellent Tait, Toko Ekambi ne cadrait pas (16e). La chance angevine était passée. Et dans la course au maintien, ça ne fait pas ses affaires. Surtout qu'à onze minutes du terme, après un corner, Butelle, coupable, relâchait le ballon dans les airs et offrait un cadeau tombé du ciel à Beric (0-1, 79e). Le troisième but du Slovène en Ligue 1 depuis son retour cet hiver. Beaucoup mieux depuis la trêve, Saint-Étienne, assez chanceux, enchaîne un quatrième match de suite sans défaite en Ligue 1 (trois victoires, un nul). Pourtant, offensivement, les hommes de Gasset ont plutôt déçu au stade Raymond-Kopa. Pas simple en effet de se souvenir d'une belle construction pour aboutir à une situation (seulement trois frappes cadrées). Sainté, qui peut aussi remercier l'impeccable Ruffier et un Debuchy en très grande forme, est 11e, Angers est 19e et premier relégable.

Amiens 0-0 Toulouse

Toulouse pourra s'en vouloir de n'avoir pas été assez incisif dans la surface de réparation amiénoise. Les locaux n'ont pas vraiment été à la hauteur de la Ligue 1. En grande difficulté offensivement, les Picards n'ont jamais vraiment su se montrer dangereux devant leur public. Si ce n'est en fin de match, où Mendoza est passé à deux doigts d'offrir trois points miraculeux mais son ballon longeait la ligne de but (85e). De l'autre côté du terrain, à la demi-heure de jeu, ils ont dû compter sur un petit miracle de Gurtner pour ne pas voir Toulouse prendre la tête. Une frappe d'Imbula était déviée par Dibassy, mais le pied du portier amiénois sauvait les meubles (32e). La principale grosse alerte d'un match assez pénible où la justesse technique n'avait visiblement pas franchi les portes du stade de la Licorne. Dommage pour Toulouse qui a globalement dominé. Les efforts répétés de Max-Alain Gradel auraient dû être récompensés. Mais il faut dire que l'Ivoirien a lui aussi été maladroit comme sur ces deux contres très mal négocié (65e et 67e). On pense enfin à ce nouveau raté de Sanogo, qui glissait dans la surface et ne pouvait donc conclure (82e). Un point qui, avec le succès de Troyes, ne fait pas vraiment avancer ces deux formations toujours à la lutte pour le maintien. Toulouse est 16e (27 points), juste devant son adversaire du soir (17e, 26 points) qui a fini à dix (expulsion de Fofana, 76e).

Caen 2-2 Rennes

Trois buts en quatre matches, c'est ce qu'on appelle un retour réussi pour Diafra Sakho. L'ancien Messin, arrivé à Rennes en janvier, apporte la présence qu'il manquait à la pointe de l'attaque bretonne. Le Sénégalais l'a montré ce samedi en signant un doublé face à des Caennais très friables défensivement. Il a répondu à Crivelli, auteur de l'ouverture du score suite à un bon centre de Guilbert (1-0, 6e), en reprenant de la tête un service de Bensebaini côté gauche (1-1, 9e). Quelques minutes plus tard, il profitait de l'apathie des défenseurs caennais pour reprendre de volée une remise de la tête de Sarr (1-2, 21e), avant de manquer le cadre de quelques centimètres sur un nouveau centre de Léa-Siliki (29e). De l'autre côté du terrain, Ronny Rodelin manquait d'égaliser par deux fois : une première sur penalty, sa frappe puissante passant au-dessus des buts de Koubek (25e), une seconde d'une reprise de la tête, trop croisée toutefois pour accrocher le cadre (39e). Puis, le portier rennais a sorti le grand jeu face à Rodelin (54e) avant de sauver le cuir sur sa ligne après une tentative de Peeters (55e). Le même Peeters qui échouait face au gardien tchèque sur un second penalty en fin de match (81e). Finalement, Rennes craquait quelques minutes plus tard sur corner, Da Silva propulsant une reprise de la tête au fond des filets (2-2, 84e). Rennes, qui reste 8e, perd là une belle occasion de mettre la pression sur ses concurrents, Montpellier et Bordeaux.

Montpellier 1-1 Guingamp

Au terme d'un match pauvre en occasions, les deux équipes se sont logiquement quittées dos à dos. Comme souvent, les Montpelliérains ont manqué de précision dans les derniers mètres, à l'image de ce face-à-face raté de Mbenza face Johnsson (11e). Et malgré de belles sessions de conservation de balle, le MHSC a finalement concédé l'ouverture du score sur penalty après une légère faute de Hilton sur Thuram. Ngbakoto, chargé de l'offrande, trompait Lecomte sur sa droite (0-1, 30e). Sio tentait une première fois de répliquer sur un centre d'Aguilar mais Eboa Eboa contrait l'attaquant montpelliérain. Puis l'Ivoirien, trouvé dos au but en seconde période, obligeait Johnsson à s'interposer pour bloquer son tir (56e). Il faudra finalement attendre la 73e minute pour voir Sio débloquer la situation : sur une frappe d'Aguilar, l'attaquant déviait le cuir pour tromper le portier adverse (1-1, 73e). Profitant de son temps fort, le MHSC aurait même pu prendre l'avantage quelques minutes plus tard mais la reprise de Camara passait au-dessus des buts bretons (78e). S'il n'arrange pas Guingamp, le match nul profite à Montpellier, qui grappille une place et se retrouve 5e en attendant le match de Nantes, ce dimanche.

Troyes 1-0 Metz

On ne s'est clairement pas ennuyé au stade de l'Aube, où Troyens et Messins nous ont longtemps fait croire que le match allait se terminer sur un plaisant 0-0. C'est simple, à la mi-temps on recensait déjà une quinzaine de tirs, dont beaucoup de situations très chaudes de part et d'autre. Mais à l'heure du repos, les deux formations devaient s'incliner devant les superbes prestations des deux gardiens, Kawashima et Zelazny. Et en premier lieu celle du Japonais, qui a repoussé tous les assauts aubois (18e, 38e, 42e, 45e+3), se faisant même parfois aidé par sa barre (15e, 45e+2). Le portier de l'ESTAC, moins mis à contribution, a cependant réalisé un triple arrêt incroyable devant Roux et surtout Rivière, à bout portant (9e). Mais à l'entame du dernier quart d'heure, il ne pouvait rien sur le tir de Mollet... qui ratait cependant de façon incompréhensible le cadre (74e). Un manqué qui coûtera cher. Car alors qu'on se dirigeait vers un match nul qui n'arrangeait personne au classement, Niane trompait finalement Kawashima (1-0, 88e) d'un tir croisé à ras de terre. Un but ultra-précieux qui catapulte Troyes à la quinzième place de L1, avec 27 points. Metz est quant à lui plus que jamais dernier, avec 18 points au compteur.
Antonin Deslandes, Hugo Girardot et Timothé Crépin

À lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max