Nabil Fekir, Samuel Umtiti, Corentin Tolisso et Alexandre Lacazette, sous le maillot de l'OL. (A. Martin/L'Équipe)
Ligue 1

De Lloris à Benzema, le onze que pourrait aligner l'OL s'il avait gardé ses stars

Avec Benzema, Lacazette, Tolisso, Pjanic ou encore Lloris, Lyon pourrait avoir une équipe incroyable s'il n'avait pas vendu ses joueurs depuis dix ans.

Depuis qu'il est entré dans son nouveau stade, en 2016, l'OL a retrouvé sa puissance financière. Quatre des six plus gros transferts de l'histoire du club ont été réalisés ces deux dernières années (Reine-Adelaïde, Andersen, Thiago Mendes, Dembélé). Mais une place moins importante a aussi été accordée aux jeunes qu'il a formés au fil des dernières saisons marquées par de grosses ventes, d'Alexandre Lacazette (Arsenal) à Corentin Tolisso (Bayern) en passant par Tanguy Ndombele (Tottenham).
En difficulté cette saison, Lyon a pourtant réalisé un recrutement audacieux qui ne donne pas les résultats escomptés sur le terrain. L'occasion d'imaginer le onze des joueurs en activité de l'OL s'il n'avait pas vendu toutes ses stars. Une équipe utopique, forcément, puisque Lyon n'aurait pas pu acheter certains joueurs sans en vendre d'autres.
Le onze lyonnais idéal (L'Équipe)
Le onze lyonnais idéal (L'Équipe)

Un gardien champion du monde

La dynastie des gardiens lyonnais a fière allure. Avant Anthony Lopes, qui incarne une partie de l'identité lyonnaise dans l'effectif de Rudi Garcia, Hugo Lloris a gardé quatre ans les buts de l'OL, entre 2008 et 2012. Le gardien formé à Nice avait succédé à Grégory Coupet, et son passage à Lyon a été marqué par une Coupe de France remportée face à Quevilly, en 2012, ce qui reste à ce jour le dernier trophée remporté par le club lyonnais.
Déjà gardien des Bleus en 2012, Lloris a rejoint Tottenham (10 millions plus bonus) pour grandir et remporter des trophées en Angleterre, un objectif qu'il n'a pas encore accompli.

Lovren et Umtiti ont bien grandi

Le souvenir qu'ils ont laissé est franchement opposé. Samuel Umtiti, qui a signé au Barça (contre 25 millions d'euros) après l'Euro 2016, représente la formation lyonnaise et bénéficie encore d'une énorme cote d'amour. Dejan Lovren est une énigme. Moyen à l'OL qu'il a quitté contre dix millions d'euros, il a progressé à Southampton, avant de devenir champion d'Europe avec Liverpool, en 2018.
Eu égard de la porosité actuelle de la défense lyonnaise, cette charnière ferait plus que l'affaire, même si Samuel Umtiti est en délicatesse avec son genou depuis le titre de champion du monde. Cela dit, même diminué, le Français paraît bien supérieur à tous les défenseurs récemment passés par l'OL (Andersen, Denayer, Diakhaby, Mammana...).
Samuel Umtiti et Dejan Lovren face à Guillaume Hoarau, lors d'un PSG-OL (1-3) en Coupe de France, le 21 mars 2012. (P. Lahalle/L'Équipe)
Samuel Umtiti et Dejan Lovren face à Guillaume Hoarau, lors d'un PSG-OL (1-3) en Coupe de France, le 21 mars 2012. (P. Lahalle/L'Équipe)
Dans les couloirs, le choix n'est pas fou : à droite, l'international français Léo Dubois (3 sélections) est aujourd'hui plus performant que Christophe Jallet, qui finit tranquillement sa carrière à Amiens. Enfin, Ferland Mendy n'a passé que deux saisons à l'OL avant de rejoindre le Real Madrid contre 48 millions d'euros plus bonus, mais son potentiel en fait un futur très grand que les Lyonnais regrettent quand ils regardent les matches de Youssouf Koné ou Marçal.

Au milieu, l'amour du ballon comme point commun

Le débat est récurrent au milieu. L'OL n'a pas de sentinelle, ou alors un Lucas Tousart qui alterne le bon et le moins bon. Aujourd'hui, Miralem Pjanic serait un titulaire indiscutable à Lyon, où il a connu trois années compliquées. Arrivé de Metz à 18 ans, le Bosnien a laissé un goût d'inachevé dans le Rhône, jusqu'à ce transfert à la Roma (11 millions d'euros) en 2011 pour laisser grandir Clément Grenier, et parce que le club avait besoin d'argent.
Miralem Pjanic et Karim Benzema, face à Bordeaux (2-1), le 17 novembre 2008. (C. Liewig/L'Équipe)
Miralem Pjanic et Karim Benzema, face à Bordeaux (2-1), le 17 novembre 2008. (C. Liewig/L'Équipe)
Avec Tanguy Ndombele et Corentin Tolisso, qui ont été vendus très cher à Tottenham (60 millions d'euros) et au Bayern Munich (41,5 millions), les trois formeraient un trio de très haut niveau dans l'entrejeu. Ils aiment le ballon, marquent des buts et savent à peu près tout faire, un peu comme Houssem Aouar, un peu derrière à ce jour.

Une attaque 100 % OL

Nabil Fekir, Alexandre Lacazette et Karim Benzema ont laissé une grande trace à l'OL, plus que les nombreux autres joueurs (Depay, Dembélé, Martial, Gomis, Mariano Diaz) encore en activité passés par le club. Et ce, même si Lisandro Lopez (36 ans), en train de terminer sa carrière au Racing Club, en Argentine, a laissé de beaux souvenirs à Lyon. Les deux premiers ont été associés entre 2014 et 2017, et le duo a fait des étincelles, notamment en 2014-2015, saison durant laquelle l'OL version Hubert Fournier a longtemps disputé le titre au PSG.
Si Alexandre Lacazette est parti en héros à Arsenal (contre 53 millions d'euros), Nabil Fekir a rejoint le Betis Séville (19,75 millions plus bonus) après une dernière saison délicate, mais leur talent en ferait, aujourd'hui, des cadors à l'OL. Et puis, il y a Karim Benzema, qui a quitté Lyon contre 35 millions d'euros en 2009 pour conquérir le monde. Tout le monde rêve de son retour, mais l'attaquant est le buteur du Real Madrid depuis une décennie.
Réagissez à cet article
500 caractères max
monacoforever92 6 déc. à 17:13

avec des si , lol ( le club qui nous fait rire ) serait un grand club alors que la , non , juste un ptit club de la banlieue de st etienne

ADS :