depay (memphis) (F.Porcu/L'Equipe)
Ligue 1 - 24e journée

Ligue 1 : L'OL tombe à Nice et laisse s'échapper Lille à la deuxième place

Et c'est Lille qui sourit ! Après sept matches de suite sans défaite toutes compétitions confondues, Lyon a été battu sur la pelouse de Nice (0-1, but de Walter sur penalty). L'OL pourra regretter de trop nombreuses occasions vendangées...

La leçon : L'OL tombe sur la Riviera, Nice réalise le coup parfait

Suite à la cinquième victoire de rang des Lillois, l'OL se voyait dans l'obligation de l'emporter pour ne pas se retrouver trop loin dans la course à la seconde place. Contre l'avant-dernière attaque de Ligue 1 et la quinzième pire défense, on se disait que les Rhodaniens pourraient profiter de ces lacunes pour s'imposer. D'autant qu'ils sont invaincus depuis début décembre. En réalité, cette rencontre ne s'est jamais vraiment emballée. Les offensifs lyonnais – Traoré et Depay en tête – ont eu des situations, mais ont pêché dans le dernier geste. Tout venait à chaque fois du côté gauche et des montées incessantes de Mendy, encore une fois très précieux dans ses centres. Sur l'un d'entre eux, Traoré trouvait le poteau après que Benitez déviait sa frappe (26e), puis c'était Hérelle qui se jetait in extremis pour repousser l'assaut de Depay (27e). Nice, de son côté, notamment sur des ballons récupérés dans les trente mètres adverses, tentait de répondre, mais ne parvenait pas à se montrer dangereux. Ganago (1re, 6e) se montrait trop timide pour battre Lopes.
À mesure que la rencontre avançait, les Aiglons concédaient du terrain et des occasions, mais celles-ci étaient d'abord surtout lointaines. Ndombele (50e) et Depay sur coup franc (54e) ne trouvait pas l'ouverture. Puis Nice, fatiguait, pliait mais ne rompait pas. Dembélé a cru enfin mettre son équipe devant sur corner mais sa tête s'écrasait sur le montant alors que Benitez était battu (58e). À force de dominer sans concrétiser cet avantage au tableau d'affichage, l'OL allait être puni. Dans la surface, Ndombele intervenait à retardement sur Ganago. Après visionnage de la VAR, un penalty était accordé logiqueme,nt. Walter ne se faisait pas prier (1-0, 69e). L'OL a voulu réagir rapidement, mais ni Fekir sur une frappe sèche sur coup franc (74e), ni Depay qui forçait Benitez à sortir le grand jeu au point de penalty (79e), ni Marcelo qui dévissait sa reprise devant les buts (80e) n'arrivaient à égaliser. Les Aiglons, qui ont fini avec le jeune Pélican seul en pointe, étaient acculés mais tenaient le coup, face à des Lyonnais comme d'habitude en difficulté contre des blocs bas regroupés. Surtout quand la maladresse vous fuit (21 tirs, 5 cadrés seulement). L'OL fait très clairement la mauvaise opération du week-end, laisse Lille s'envoler et voit même (avec certes un matelas de points d'avance) ses poursuivants grappiller du terrain. À 10 jours de la réception du Barça, question confiance, on repassera...

Le gagnant : Le LOSC, la voie est libre !

L'OL a-t-il définitivement dit adieu à la place de dauphin ? Les Lillois voudront croire que oui ! Avec ce résultat, ils prennent six points d'avance à quatorze journées de la fin. Il reste du chemin, mais tout de même. Les Lyonnais vont enchaîner contre le Barça en C1, tandis que Lille va pouvoir se concentrer sur le Championnat. Et si l'on reste sur la performance du soir, le résultat presque inespéré au vu de la physionomie de la rencontre est à mettre au crédit de Nice, qui remonte à la septième place, à égalité avec le quatrième, Montpellier. Et puis, qui sait, l'OL n'est plus qu'à six longueurs !

Le perdant : Ndombele, c'est si rare...

Une fois n'est pas coutume, l'international français n'a pas réalisé sa meilleure performance de la saison. Toujours aussi à l'aise avec le ballon, plutôt adroit dans ses transmissions et souvent juste dans ses choix, il a eu de grandes difficultés sur le plan défensif. En début de rencontre, il perdait le ballon devant sa surface et était tout heureux de voir Ganago ne pas en profiter. Et puis, il y a eu ce penalty. Très en retard, il chargeait de façon illicite Ganogo, et même s'il a fallu attendre la VAR, le coup de pied de réparation était indiscutable. Avec Aouar (un peu) à bout de souffle, il paie certainement cette énergie supplémentaire pour remplir son rôle qui en nécessite énormément dans l'entrejeu.
Réagissez à cet article
500 caractères max
dimamas 11 févr. à 14:16

Lyon, si on lui donne pas un coup de main ne peut pas marquer, contre le PSG il a fallu la complicité de Areola sur le 1er but et celle de Silva pour le Penalty. Maintenat il vont dormir sur leur lauriers après avoir battu le PSG

Silvaneric 11 févr. à 8:50

Lyon affrontait la quinzième défense de L1 ? Va falloir penser à bosser vraiment au bureau les gars.

Gascon64 11 févr. à 2:43

Bien joue Nice. pas de penos pour Lyon, pas de match gagner... triste L1. Je pense qu'Aulas a du se dire, pas la peine d'acheter l'arbitre Lyon va les croquer. ben non, pas de penos, pas de but AU.... las, au desespoir !!!

pretrechrist 10 févr. à 23:00

Bravo Nice !

ADS :