Le match Bordeaux - Nîmes a été interrompu. (N. Luttiau/L'Equipe)
Ligue 1

Ligue 1 : le match Bordeaux - Nîmes interrompu plus de 25 minutes par les supporters des Girondins

Ce mardi, le match Bordeaux - Nîmes, disputé à l'occasion de la 16e journée de Ligue 1, a été interrompu pendant plus de 25 minutes, en raison de la présence de plusieurs dizaines de supporters des Girondins au bord de la pelouse du Matmut Atlantique.

Le conflit qui oppose la direction du club des Girondins de Bordeaux et les ultras du club a franchi un nouveau palier. Ce mardi, à l'occasion de la 16e journée de Ligue 1, le match Bordeaux-Nîmes a été interrompu durant un peu plus de vingt-cinq minutes, alors que le score était de (0-0). Dès le début de la rencontre (11e minute), plusieurs dizaines de supporters se sont présentés au bord de la pelouse du Matmut Atlantique, menaçant potentiellement la sécurité des joueurs selon l'arbitre Clément Turpin.
Le film de Bordeaux - Nîmes
Dans un premier temps, Benoît Costil, Laurent Koscielny, Nicolas De Préville et Vukasin Jovanovic sont allés à leur rencontre pour tenter d'apaiser les choses, sans succès. « Longuépée démission », « Ça va péter, Longuépée », ont notamment scandé les supporters mécontents... Vendredi dernier, fumigènes à la main, ils s'étaient déjà rendus devant le château du Haillan la veille du déplacement à Reims (1-1).
Après plusieurs minutes de flottement, les fans qui étaient aux abords de la pelouse ont finalement pu regagner les tribunes. « Pour la première fois depuis des décennies, notre parole est bâillonnée, notre liberté d'expression est bafouée. Nous sommes sous La Tribune, nous ne lâchons rien. Notre liberté n'est pas négociable », ont tweeté dans le même temps les Ultramarines, principal groupe de supporteurs des Girondins.
Ils souhaitaient ainsi manifester contre la confiscation par le club d'une de leur banderole hostile à la direction, qu'ils souhaitaient afficher en bas du Virage Sud. Ils ont finalement pu la récupérer et la déployer. La partie a donc repris après un court échauffement. « C'est triste pour le football », a expliqué Bernard Blaquart, l'entraîneur nîmois, au micro de beIN Sports.
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :