Soccer Football - Ligue 1 - AS Monaco v Paris St Germain - Stade Louis II, Monaco - November 11, 2018   Paris St Germain's Edinson Cavani celebrates scoring their first goal   REUTERS/Eric Gaillard (Reuters)
Ligue 1 - 13e journée

Ligue 1 : Le PSG et Edinson Cavani déroulent face à un Monaco toujours autant à la dérive

On s'attendait à une partie très déséquilibrée. On a été servi. Si Paris n'a pas véritablement forcé son talent, le PSG a tout de même inscrit quatre buts à Louis-II face à un faible Monaco (0-4). Cavani y est allé de son triplé. L'ASM s'enfonce toujours plus...

La leçon : Dans des airs de match amical, le PSG poursuit son cavalier seul

Drôle d'ambiance au stade Louis-II. Pour un match censé être le choc de cette Ligue 1 entre les deux derniers champions de France, on a parfois eu l'impression d'assister à une rencontre de préparation. Le rythme était tellement... «bizarre», même inexplicable à des moments.
 
Il fallait attendre trois minutes et trente-deux secondes pour voir le PSG mettre déjà fin à tout suspense à Monaco. Un renvoi coupable de Djibril Sidibé permettait à Neymar de frapper du gauche. Son tir au second poteau, non cadré, était bien senti par Edinson Cavani qui poussait le cuir (0-1, 4e). Un but d'abord signalé hors-jeu puis validé par la VAR. Même scénario quelques instants plus tard quand Neymar alertait Moussa Diaby. Ce dernier, en voulant éliminer Diego Benaglio, servait Cavani (0-2, 11e). Un doublé une nouvelle fois validé par la VAR. On craignait alors une très grosse valise pour l'ASM. Mais Paris a levé le pied, ne mettant pas le plus grand des engagements dans une rencontre qui lui a été très rapidement acquise.
De nouvelles blessures pour un Monaco qui se demande quand le cauchemar va-t-il se terminer.
Heureusement pour Monaco, Benaglio sortait une partie solide avec plusieurs arrêts importants (36e, 39e, 40e, 45e+1). En effectuant de meilleurs choix, à l'image de Diaby (45e+1), le PSG aurait pu prendre davantage le large très tôt. Après le repos, Cavani y allait de son coup du chapeau après un service parfait de Diaby, consécutif à une belle ouverture d'Adrien Rabiot, de retour dans le onze (3-0, 53e). Avant un quatrième pion de Neymar, sur un penalty provoqué par Kylian Mbappé (0-4, 64e). On retiendra donc cette treizième victoire en treize matches de Ligue 1 pour le PSG, avec treize points d'avance désormais sur son dauphin, Lille. Avec un Monaco une nouvelle fois touché par les blessures : alors qu'il faisait face à une cascade de forfaits, l'ASM a vu Nacer Chadli puis Jordi Mboula se blesser pendant la rencontre face à Paris ! Un incroyable cauchemar. Sans victoire sur ses seize dernières sorties toutes compétitions confondues, Monaco est plus que jamais au fond du trou. Avec une avant-dernière place de Ligue 1.

Le gagnant : Cavani, le réveil !

Muet en Ligue 1 depuis le 26 septembre (face à Reims, 4-1), Edinson Cavani y est allé de son triplé en Principauté. À chaque fois bien placé, El Matador a planté ses sixième, septième et huitième buts de la saison en Championnat. L'occasion de revenir à deux buts de Neymar et trois de Kylian Mbappé au classement des buteurs. Des réalisations que l'Uruguayen attendait tant, lui qui a traversé une période assez délicate au sein du club parisien. Ce réveil va-t-il lancé Cavani dans une nouvelle folle série de buts ?

Le perdant : Sidibé, quel calvaire

Question perdant, on aurait pu inscrire le nom de l'arbitre assistant de Monsieur Buquet. Ce dernier a en effet été complètement perdu en première période : les deux hors-jeu qu'il sifflait sur les deux premiers buts étaient révisés par la VAR. Et lorsqu'il ne levait pas son drapeau sur une réalisation de Julian Draxler, cette dernière était invalidée par la vidéo... Non, surtout, on ne peut pas passer à côté de la nouvelle performance très inquiétante de Djibril Sidibé. Sa relance de niveau amateur offrait l'ouverture du score aux Parisiens. Avant que le Monégasque ne fauche Mbappé en pleine surface pour le penalty de Neymar. Un calvaire pour celui qui était l'un des plus expérimentés sur la pelouse côté ASM et qui devait donc jouer les patrons, voire montrer l'exemple... Si la forme de son club ne l'aide pas, Sidibé est véritablement à l'agonie. Son niveau pose clairement question. Il peut s'estimer heureux d'avoir été rappelé par Didier Deschamps pour une parenthèse internationale qui pourrait lui faire du bien moralement...
Réagissez à cet article
500 caractères max
Le_sage 12 nov. à 10:20

quel autre résultat pouvions nous avoir pour une équipe C (hormis Falcao, Sidibe et le gardien ) ? triste

stoichkov94 12 nov. à 10:16

La question est : combien de temps Henry va--t-il rester sur le banc ? Parce que là...

bamou 11 nov. à 23:44

Rien à faire contre cette équipe du PSG,l’As Monaco n’a pas les mêmes armes pour combattre.L’As Monaco devra batailler fort cette saison pour se maintenir en ligue 1 , alors qu’il y a 2 saisons,cette équipe avait glané le championnat.

florent02 11 nov. à 23:18

Je devance la question débat à venir. Oui, Monaco peut descendre, deux ans après le titre et un an après sa deuxième place. Cela est arrivé à Reims, dont le dernier titre (en 1962) a été suivi par une deuxième place (en 1963) et une descente (en 1964).

Le_sage 11 nov. à 23:12

ça fait peine de voir le niveau de monaco après ce qu'ils ont fait y' a quelque temps; mais que voulez vous qu'il arrive quand on a vendu tous les joyaux de la couronne ?les caisses sont pleines mais elles vont vite se vider en D2 !Dommage pour le foot français