Les joueurs parisiens fêtent leur victoire contre Dijon (4-0), leur dernier match disputé cette saison, le 29 février. (F.Faugère/L'Équipe)
Ligue 1

Ligue 1 : le titre de champion du PSG en cinq dates clés

Même si la saison du Paris-SG en L1 aura pour toujours un goût particulier, elle a été marquée par des moments forts et des joueurs hors norme.

La bronca

11 août 2019, Paris-SG - Nîmes : 3-0
Profondément humilié par les propos de Neymar désignant la « remontada » (1-6, le 8 mars 2017 contre le FC Barcelone) comme le meilleur souvenir de sa carrière, ainsi que par le comportement de l'ancien Barcelonais, dont le retour en Catalogne est largement évoqué, les Ultras manifestent leur exaspération en marge de cette première journée de Championnat face à Nîmes. Par une petite banderole d'abord : « Neymar casse toi ». Par des chants hostiles dès les dix premières minutes ensuite. La rupture est totale à la 16e minute avec une immense banderole faisant référence dans des termes particulièrement violents aux affaires judiciaires du Brésilien. Elle ne sera apparue que trois minutes, suffisamment pour marquer les esprits.
Les supporters parisiens s'en sont pris à Neymar en ouverture du Championnat. (A.Mounic/L'Équipe)
Les supporters parisiens s'en sont pris à Neymar en ouverture du Championnat. (A.Mounic/L'Équipe)

La cata

25 septembre 2019, Paris-SG - Reims : 0-2
Une semaine après avoir vu son équipe mettre à terre le Real Madrid en Ligue des champions (3-0), le cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, l'émir du Qatar, de retour au Parc des Princes, assiste à l'improbable défaite du PSG de Neymar face à Reims (0-2), alors 10e. En inscrivant les buts rémois, Hassane Kamara (29e) et Boulaye Dia (90e + 4) mettent fin à 22 rencontres d'invincibilité parisienne au Parc. Alors que le PSG restait aussi sur 44 matches de L1 en marquant au moins un but, la plus longue série jamais réalisée dans l'histoire du Championnat.
La déception de Neymar lors de la défaite parisienne à domicile contre Reims (0-2). (A.Réau/L'Équipe)
La déception de Neymar lors de la défaite parisienne à domicile contre Reims (0-2). (A.Réau/L'Équipe)

La correction

27 octobre 2019, Paris-SG - Marseille : 4-0
Pour son sixième Classique et sa première titularisation depuis le 25 août en Championnat, Kylian Mbappé ne tarde pas à retrouver ses marques dans l'enceinte parisienne. Après avoir vu Mauro Icardi inscrire les deux premiers buts du PSG (10e, 26e), il met les têtes marseillaises sous la pelouse en un petit quart d'heure juste avant la pause (32e, 44e). Une semaine plus tôt à Bruges en Ligue des champions, il avait répété ses gammes avec trois buts inscrits après son entrée en jeu à la 52e minute. Angel Di Maria (photo) récoltera la note de 9 dans les colonnes de L'Équipe après notamment trois passes décisives lors de cette rencontre.
Bouna Sarr face à Angel Di Maria lors de PSG-OM (4-0). (S.Boué/L'Équipe)
Bouna Sarr face à Angel Di Maria lors de PSG-OM (4-0). (S.Boué/L'Équipe)

L'obstination

Le 23 février, Paris-SG - Bordeaux : 4-3
Ce soir-là, l'attaquant uruguayen atteint la barre des 200 buts inscrits avec le Paris-SG depuis son arrivée en 2013. Sa saison avait pourtant commencé sous de mauvais auspices avec le retour de Leonardo comme directeur sportif et l'arrivée de Mauro Icardi, l'avant-centre italo-argentin, en provenance de l'Inter Milan. Alors que les rumeurs de transfert vont bon train durant le mercato hivernal, Thomas Tuchel écarte l'attaquant de son groupe durant le mois de janvier tant que son avenir n'est pas réglé. À six mois de la fin de son contrat, le joueur est notamment courtisé par l'Atlético, mais aucun accord n'est alors trouvé entre les clubs parisien et madrilène. Revenu dans la lumière en février (5 matches, 2 buts), le Matador ne serait plus forcément désireux de quitter le PSG cet été. Au contraire, rester ne serait pas forcément pour lui déplaire.
Edinson Cavani pose avec un trophée remis par le PSG et devant le chiffre 200, comme le nombre de buts inscrits pour le club parisien par l'Uruguayen. (A.Mounic/L'Équipe)
Edinson Cavani pose avec un trophée remis par le PSG et devant le chiffre 200, comme le nombre de buts inscrits pour le club parisien par l'Uruguayen. (A.Mounic/L'Équipe)

La réplique

Le 29 février, Paris-SG - Dijon : 4-0
Cible d'une banderole déroulée dans le virage Auteuil - « Kombouaré, Gino, Rai, c'était la rage de vaincre. Silva, Neymar, Mbappé, la peur de gagner ? Portez vos c... » - lors de la venue de Bordeaux (4-3, le 23 février), Kylain Mbappé avait riposté sur les réseaux par cette simple question : « Peur de gagner ? » Mais sa réponse sur le terrain s'avère bien plus parlante : à l'origine du premier but (3e), il réussit surtout un doublé (74e, 90e+1) agrémenté d'une passe décisive (77e). Avant de rejoindre directement les vestiaires à l'issue de la rencontre, laissant seuls ses coéquipiers saluer le public du Parc...
Kylian Mbappé trompe Runar Alex Runarsson, sous les yeux de Nayef Aguerd. (A.Réau/L'Équipe)
Kylian Mbappé trompe Runar Alex Runarsson, sous les yeux de Nayef Aguerd. (A.Réau/L'Équipe)
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :