depay (memphis) (J.Prevost/L'Equipe)
Ligue 1 - Lyon

Ligue 1 : Memphis Depay (Lyon) sur courant alternatif

Flamboyant et toujours décisif avec les Pays-Bas, Memphis Depay reste parfois inconstant avec Lyon en alternant le très bon et le moins bon. Une irrégularité chronique qui le caractérise désormais.

Il y a parfois des joueurs qui brillent en sélection sans pour autant être étincelants en club, des joueurs qui se transcendent sous les couleurs de leur pays comme portés par l'envie de représenter fièrement leur patrie. Il serait toutefois réducteur pour Memphis Depay d'être placé dans cette catégorie-là car il l'a montré à maintes reprises. Il peut en effet être aussi brillant avec Lyon, en témoigne sa saison 2017-2018 où il avait inscrit 19 buts et délivré 13 caviars en Ligue 1, contribuant fortement à la qualification des Gones en Ligue des champions. Mais voilà, l'attaquant néerlandais a aussi connu des périodes fantomatiques n'arrivant pas à reproduire sur le long terme ses bonnes performances.

En sélection, il ne semble pas être touché par ce problème, lui qui découvrait la joie de porter le maillot des Oranje en 2013 à seulement 19 ans. Une époque où il évoluait encore au PSV Eindhoven, son club formateur. Sa situation en sélection n'a cependant pas toujours été rose et pendant longtemps, Memphis enchainaît aussi des performances moyennes et insuffisantes en parallèle d'ailleurs de ses années difficiles après son transfert à Manchester United. Mais depuis quelques années maintenant, les supporters des Pays-Bas découvrent un joueur différent, beaucoup plus à l'aise sur le pré. «Depuis 2016, il a vraiment changé dans son jeu, il est plus mobile, il redescend faire les efforts, il permute plus, et la présence de Babel l'aide beaucoup là-dessus, remarque Matt, supporter du PSV Eindhoven et suiveur de l'Eredivisie pour FootNL. Koeman le met vraiment en confiance, avant ça il subissait beaucoup d'avoir les clés du camion, son transfert à Manchester l'a beaucoup affecté, on l'attendait comme le nouveau Ronaldo après deux grosses saisons chez nous.»

Ronald Koeman à la baguette

Justement, Ronald Koeman y est pour beaucoup. Lui arrivait à la tête de la sélection en février 2018 avec pour mission de «sauver» une équipe qui sortait de deux échecs cuisants (pas d'Euro 2016 ni de Coupe du monde 2018). Une anomalie, surtout pour une nation telle que les Pays-Bas. Et l'ancien entraîneur d'Everton a su comment profiter des qualités de l'attaquant lyonnais pour rendre plus performante son équipe : le laisser libre sur le front de l'attaque pour qu'il puisse permuter très souvent avec Ryan Babel. Véritable leader offensif, Depay marche sur l'eau depuis quelques matches. Il est impliqué sur douze buts en seulement six rencontres (4 buts, 8 passes décisives) et est l'élément fort des Pays-Bas. «Memphis n'a rien à me prouver. Il m'a montré suffisamment souvent combien il est bon. Il a un rôle important dans la sélection et doit continuer à faire ce qu'il a déjà fait avec nous», déclarait le sélectionneur néerlandais en mars dernier. Après leur génération dorée, surtout offensivement (Robben, Van Persie, Sneijder...), les Néerlandais ont longtemps cherché ce joueur offensif sur lequel se reposer et il est clair que pour le moment, Memphis assume ce rôle.

Après la trêve internationale, De Telegraaf soulignait d'ailleurs les statistiques impressionnantes du natif de Moordrecht, qui fêtait sa cinquantième sélection face à l'Estonie. «A 25 ans, il a déjà atteint la barre des 50 sélections et il est impliqué sur 34 buts (17 buts, 17 passes décisives). Il surpasse le "Big Four" (Van der Vaart, Sneijder, Van Persie et Robben) qui n'a jamais performé aussi vite», écrivait ainsi le journal néerlandais. De quoi se rendre un peu plus compte de ce qu'accomplit l'ancien Mancunien, mais pas de quoi surprendre les fans du PSV qui l'ont vu grandir. «Actuellement, il est au niveau que l'on attend de lui, confirme Matt. C'est un peu le successeur du Robben de 2014, celui qui dynamisait l'équipe. C'est ce niveau qu'on espérait après son transfert à Manchester United.»

Problème tactique et mal-être à Lyon ?

Dans les Balkans, l'attaquant de 25 ans fait l'unanimité et performe surtout parce qu'il semble parfaitement assimiler la tactique mise en place par Koeman. L'international néerlandais a besoin d'être dans un système qui lui correspond. «Il lui faut des libertés pour qu'il puisse faire parler son intelligence dans l'occupation de l'espace. Maintenant, il est davantage disponible dans les zones entre les lignes et sur les seconds ballons alors qu'avant, il devait jouer les remises pour ses partenaires ou décrocher chercher les ballons», observe encore Matt. Bien sûr, il profite aussi de l'éclosion de joueurs très talentueux comme De Jong ou De Light, mais pour avoir du grand Depay, il faut donc une tactique qui lui colle parfaitement et depuis son arrivée à Lyon, ce n'était pas -ou plus- forcément le cas. Sous les ordres de Bruno Genesio, il a longtemps eu du mal à s'exprimer, passant à côté sur des matches importants, là ou l'équipe avait le plus besoin de lui. «Il a eu des soucis par rapport à sa position sur le terrain. Avec nous, il joue comme un vrai attaquant axial, en pointe, pas à Lyon», confirmait Koeman.

Son irrégularité en club ne pourrait cependant seulement se justifier que par des problèmes tactiques. Depuis quelques temps, un autre aspect entre en jeu dans les performances de Memphis, à savoir son envie ou non de jouer pour l'OL. Il ne s'en est jamais caché, il souhaite un jour évoluer dans un club plus huppé. «Parfois, on avait l'impression qu'il n'avait pas prévu de rester aussi longtemps chez nous», regrette Thomas, supporter des Gones. Récemment, il aurait même refusé de prolonger son contrat pour faciliter son départ l'été prochain. De quoi un peu plus conforter cette idée. Et l'année dernière, son sélectionneur avait déjà évoqué son «mal-être». Mais que les supporters lyonnais se rassurent. Depuis l'arrivée de Sylvinho, Memphis Depay semble de nouveau être épanoui. «Sur le terrain, ça va bien et cela a à voir avec le nouvel entraîneur. Je pense que le moment était venu pour un renouvellement. C'est rafraîchissant et positif», avait déclaré l'intéressé à Nos. De quoi pouvoir espérer, cette fois-ci, de bonnes performances tout au long de l'année. Son début de saison va en tout cas dans ce sens (4 matches, 4 buts)...
Hanif Ben Berkane
Réagissez à cet article
500 caractères max
Gaucho 13 sept. à 22:35

Lyon hésite a en faire son leader et c'est ce qui provoque cette altérité. Si l'OL bâtit sur lui, le système de jeu et les hommes qui composent le milieu devront etre revu. Ils vont devoir jouer en 4.4.2 voire 3.5.2 et les hommes du milieu courir pour lui ce qui n'est pas le cas en ce moment.

ADS :