feret (julien) joao moutinho (J. Prevost/L'Equipe)
Ligue 1 - 36e journée

Ligue 1 : Monaco à l'arraché, Rennes s'accroche à l'Europe, Lille enfonce Toulouse dans la course au maintien, Metz officiellement relégué

Monaco conserve sa 3e place in extremis à Caen alors que Montpellier double Bordeaux à la différence de buts. De son côté, Rennes grimpe à la cinquième place au détriment de Saint-Etienne, tandis que Lille enfonce Toulouse dans la course au maintien. Metz est officiellement relégué après sa défaite face à Angers.

Nantes 0-2 Montpellier

Le MHSC réalise l'une des belles opérations de cette 36 journée en l'emportant face à un concurrent direct, Nantes (0-2). Même si les deux équipes ont longtemps peiné pour se créer des occasions franches. Du côté des Montpelliérains, Sio et Ninga n'étaient que trop peu trouvés par leurs coéquipiers. Et se révélaient particulièrement maladroits lorsqu'ils héritaient du cuir, à l'image de ce tir dévissé de Ninga, bien servi dans la surface par un centre de Dolly (30e). Les Héraultais s'en remettaient à des frappes de loin, comme celles de Lasne et Dolly, captées par Tatarusanu (44e, 46e). Les Nantais n'était pas plus en réussite : Nakoulma, servi dans la surface, croisait trop sa frappe pour inquiéter Lecomte (13e), tandis que Sala butait sur le portier montpelliérain avant la demi-heure de jeu (27e). Le même Sala résumait à lui seul les difficultés de son équipe dans la finition. L'Argentin, qui héritait d'un penalty en première période, propulsait un missile sans maîtrise au-dessus de la barre et manquait une occasion toute faite d'ouvrir le score (42e). Bien mal lui en a pris puisque le MHSC ouvrait le score au retour des vestiaires sur un éclair de génie. Dolly, servi sur la droite, percutait vers l'intérieur du terrain et lobait subtilement Tatarusanu, avancé dans sa surface (0-1, 51e). Face à l'apathie des Nantais, les hommes de Der Zakarian n'allaient pas tarder à doubler la mise... Et de quelle manière ! Mbenza, entré en jeu, balançait une frappe des vingt-cinq mètres dans la lucarne de Tatarusanu (0-2, 63e). Emoussés physiquement, Dubois et ses coéquipiers ne sont jamais parvenus à revenir dans le match. Et laissent Montpellier grimper à la 8e place au détriment de Bordeaux.

Caen 1-2 Monaco

Sans Jemerson, Fabinho et Falcao, l'AS Monaco a eu toutes les peines du monde face à Caen ce dimanche avant de l'emporter dans les dernières minutes (1-2). Pourtant, le club de la Principauté avait plutôt bien débuté la rencontre, Moutinho déclenchant une première frappe captée par Vercoutre (9e). Seulement quelques minutes plus tard, le jeune Moussa Sylla, qui remplaçait Falcao à la pointe de l'attaque, s'offrait son premier but en Ligue 1 à 18 ans : après un une-deux entre Rony Lopes et Tielemans, le milieu belge trouvait le poteau mais le cuir revenait dans les pieds de Sylla qui concluait du droit (0-1, 13e). Rony Lopes, quant à lui, aurait pu doubler la mise à la vingtième minute de jeu mais Damien Da Silva contrait sa tentative in extremis (20e). Mais les Monégasques ont commencé à subir, et Rodelin s'essayait une première fois des trente mètres sans succès (30e), puis une seconde fois, mais sa frappe croisée passait juste à côté (32e). Ce qui devait arriver arriva : Ivan Santini héritait d'un centre de Bessat, contrôlait et propulsait une frappe enroulée dans la lucarne de Subasic (1-1, 40e). En seconde période, la défense alignée par Jardim avait du mal à cadrer les assauts caennais. Julien Féret servait Deminguet dans la surface de réparation mais l'intéressé ne parvenait pas à maîtriser sa reprise (60e). Quelques minutes plus tard, Rodelin mettait Subasic à contribution d'une frappe à l'entrée de la surface (62e). Mais les Caennais ont perdu Romain Genevois, expulsé pour un tacle en tant que dernier défenseur sur Mboula (77e). Et ont vu Monaco arracher la victoire dans les derniers instants grâce à un nouveau but de Moussa Sylla, qui profitait d'une sortie totalement loupée de Vercoutre pour s'offrir un doublé et préserver Monaco d'un retour de l'OM à la 3e place.

Rennes 2-1 Strasbourg

Après le faux pas de Saint-Étienne en début d'après-midi, le Stade Rennais avait le champ libre pour passer devant les Verts, et prendre la cinquième place du Championnat. Et c'est chose faite pour les hommes de Lamouchi, au terme d'une partie globalement maîtrisée. Les locaux profitaient d'un début de partie bien géré qui aboutissait à un penalty logique suite à une faute de Koné sur Sarr, bien lancé en profondeur par Prcic (13e). Bourigeaud trompait ainsi le gardien d'un contre-pied parfait sur une frappe croisée (1-0, 14e). Le RCSA montrait ensuite le bout de son nez en fin de première période sur deux occasions. La frappe de Martin suite à une boulette de Koubek était contrée par Danzé (40e) avant la frappe de Bahoken captée par le gardien (43e). Mais ce fut bien trop peu pour les Alsaciens. Rennes reprenait ensuite sa marche en avant, mais André ratait son face-à-face avec Oukidja en croisant trop sa frappe du gauche (52e). Avant que, finalement, Hunou ne profite de la boulette d'Oukidja pour le lober et mettre les siens un peu plus à l'abri (2-0, 59e). Le but de Liénard de la tête en suivant (2-1, 66e) ne changeait rien, ou presque. La domination strasbourgeoise de la fin de match n'était pas concrétisée d'un but, et les visiteurs ont désormais un point d'avance sur le barragiste. Rennes peut, lui, croire plus que jamais à l'Europe.

Toulouse 2-3 Lille

Dans ce match de la peur, le LOSC a bien failli apprendre à ses dépens que dominer n'est pas gagner, mais a finalement disposé de Toulouse grâce à un incroyable retournement de situation en fin de rencontre. Décalé sur le côté droit, Malcuit centrait d'abord à ras de terre dans l'axe pour Pépé, qui ajustait Lafont du pied droit d'un tir croisé (0-1, 5e). Cueillis à froid, les Toulousains égalisaient pourtant quatre minutes plus tard. Sur un coup franc botté par Delort, Corentin Jean surgissait au second poteau pour la mettre au fond (1-1, 9e). Lille avait ensuite la maîtrise du ballon (68%) et les meilleures opportunités, comme sur l'arrêt de Lafont (29e) et sur le tir croisé d'Araujo qui fuyait le cadre (33e). Mais finissait par se faire surprendre une seconde fois sur coup de pied arrêté, en fin de première période. Après une déviation de la tête de Sangaré, Jullien fusillait Lafont du droit (2-1, 44e). Lille, dos au mur, faisait ensuite le siège des buts du Téfécé dans le second acte, avec un nombre incalculable d'occasions (60e, 66e, 67e, 69e). Lafont répondait à chaque fois présent, jusqu'au missile de Bissouma sur coup franc aux trente mètres (2-2, 80e) puis au but salvateur de Pépé (2-3, 82e) qui changeait tout au classement. Grâce à ce succès, les Lillois réalisent en effet la belle opération de la journée, en passant 16es. Toulouse est barragiste, avec 34 points.

Dijon 3-1 Guingamp

Dans un match entre deux équipes qui n'ont plus rien à craindre ni à espérer en cette fin de Championnat, les Dijonnais ont tenu à faire plaisir à leur public en s'imposant face à l'En Avant (3-1), auteur d'une très belle prestation la semaine dernière au Parc des Princes (2-2). Le Sud-Coréen Kwon, parfaitement lancé par son coéquipier Valentin Rosier, a d'abord placé les siens devant en première période en remportant son duel face à Johnsson (1-0, 34e). Si l'égalisation de Felix Eboa Eboa de la tête (1-1, 57e) suite à un coup franc frappé par Clément Grenier avait remis Guingamp dans la course, les Bourguignons ont continué d'accélérer et ont repris les commandes par Yambéré, opportuniste sur un ballon mal dégagé par la défense guingampaise (2-1, 65e). Sliti, à l'origine de la plupart des actions dijonnaises, a été récompensé en marquant le but du break dans les arrêts de jeu (3-1, 90e+2). Dijon grimpe à la 10e place, doublant Guingamp et Nantes. Les hommes de Kombouaré recevront quant à eux Marseille la semaine prochaine.

Metz 1-2 Angers

Les hommes de Frédéric Hantz comptaient sur la venue d'Angers à Saint-Symphorien pour continuer d'espérer le maintien en cette fin de saison. Devant au score jusqu'au début du temps additionnel, ils ont encaissé deux buts coup sur coup. Une issue cruelle pour les locaux, qui avaient ouvert le score en première période, et avaient maîtrisé la rencontre dans l'optique de garder cet avantage. Florent Mollet, le milieu grenat, avait parfaitement lancé les siens en trompant de près Ludovic Butelle sur une frappe du droit après un débordement d'Emmanuel Rivière (1-0, 20e). Il aurait même pu doubler la mise pour son équipe en début de seconde période, mais il a vu son tir puissant être repoussé par le gardien angevin (48e). Peu entreprenants dans une partie cadenassée malgré un but refusé à Karl Toko-Ekambi pour une position de hors-jeu (15e), les Angevins ont donc trouvé leur salut dans les arrêts de jeu. Du gauche à bout portant, Pavlovic a trompé Kawashima (90e+3), avant que le tir de Flavien Tait (90e+4) ne donne le coup de grâce à une formation messine officiellement reléguée en Ligue 2.
Antonin Deslandes, Hugo Girardot et Joffrey Pointlane.
Réagissez à cet article
500 caractères max