(F.Faugere/L'Equipe)
Ligue 1 - 7e journée

Ligue 1 : Monaco rate le coche à onze contre dix, Nantes se relance, Angers et Metz dos à dos

Après la victoire de l'OL sur la pelouse de Strasbourg, la 7e journée de Ligue 1 continuait de suivre son cours ce dimanche après-midi. L'AS Monaco a raté le coche à dix contre onze face à Montpellier (1-1), Nantes a déroulé face à Brest (3-1) tandis que Metz a pris un point sur la pelouse d'Angers (1-1).

La leçon : La Ligue 1 demeure illisible

Favorite pour les places européennes l'AS Monaco ? C'est ce que l'on croyait avant de voir les hommes de Niko Kovac manquer le coche face à un adversaire pourtant réduit à 10 avant la 20e minute de la partie après que Téji Savanier a récolté un carton rouge mérité pour une semelle sur Florentino Luis. Lancé, le Stade Brestois ? C'est également ce que l'on pensait avant d'assister à la prestation des hommes d'Olivier Dall'Oglio sur la pelouse de la Beaujoire. Il n'y a bien eu que sur celle du stade Raymond-Kopa qu'il n'y a pas eu de surprise. Entre deux équipes vouées à jouer, au mieux le milieu de tableau, au pire le maintien, il n'y a pas eu de vainqueur. En grande partie parce qu'Angers s'est instantanément relâché après l'ouverture du score sur penalty de Thomas Mangani (1-0, 38e). Celle-ci intervenait suite à une faute sur le revenant Sofiane Boufal mais aussi et surtout juste avant qu'un autre ancien de la maison se mette en évidence. Après une récupération axiale, Vincent Pajot alertait Lamine Gueye en profondeur et le centre de ce dernier atterissait sur un Opa Nguette opportuniste (1-1, 39e) qui offrait un point à Metz. Mais revenons-en à nos inconstants du moment. Monaco, donc, n'a pas su enclencher la seconde après l'égalisation sur penalty de Wissam Ben Yedder (1-1, 70e). L'équipe de Kovac demeure celle qui court le plus dans l'Hexagone mais elle gagnerait peut-être à travailler autre chose que le physique (voir plus bas). Car quand il s'agit de contourner un bloc bas comme ce fut le cas ce dimanche après-midi, elle manque de créativité.

Lire aussi :
- Toute l'actualité de la Ligue 1
- Le classement
Et quand sa défense n'est pas à la hauteur des enjeux, la correctionnelle n'est pas loin. Sur l'ouverture du score de la recrue montpelliéraine Stephy Mavidi (0-1, 51e), ce sont Benoît Badiashile et Djibril Sidibé qui ont vu leur responsabilité être engagée. Au classement, Monaco (7e) manque ainsi une jolie occasion de se rapprocher des places européennes et de doubler son adversaire du jour (6e). En bref, son nouvel entraîneur a encore du boulot. Christian Gourcuff, lui, sortira rasséréné de cette 7e journée. S'il a un petit moment dû craindre que son FC Nantes se liquéfie après avoir concédé la réduction du score (1-2, 68e, Romain Faivre), il a surtout dû être ravi de voir ses hommes inscrire trois buts pour la première fois de la saison (3-1, score final). Chez les locaux, ce sont tour à tour le néo-international Espoirs Randal Kolo Muani (1-0, 16e), Ludovic Blas (2-0, 30e) et Kader Bamba (3-1, 79e) qui ont inscrit leur nom sur la feuille de match. Le Stade Brestois, alors qu'il venait de remporter trois de ses quatre derniers matches, qu'il nous avait enchanté par séquences et qu'on le croyait lancé, rate lui l'occasion de confirmer sa bonne forme du moment malgré un sublime but de Faivre sur coup franc. Surprenant ? Peut-être pas tant que ça, finalement.

Le gagnant : Randal Kolo Muani enfin récompensé

Depuis le début de saison, il se montrait très intéressant dans le jeu, mais n'avait pas encore trouvé le chemin des filets. C'est désormais chose faite après sa réalisation contre Brest. L'ancien de Boulogne sur Mer a profité du réveil offensif de ses partenaires pour inscrire son tout premier but en Ligue 1, après une belle action de Marcus Coco (1-0, 16e). Buteur avec les espoirs face au Liechtenstein le 8 octobre dernier (5-0), le joueur de 21 ans confirme a ainsi répondu aux attentes de Christian Gourcuff et consolide un peu plus sa place de titulaire chez les Canaris.

Le perdant : L'animation offensive monégasque encore dans le dur

Après les belles promesses du début de saison, place au doute sur la Principauté. Contre un Montpellier réduit à dix très rapidement suite à un carton rouge reçu par Téji Savanier (19e), les Asémistes ont eu toutes les peines du monde à faire sauter le verrou héraultais. La faute à une animation offensive pas encore au point. Déjà entrevu face à Brest avant la trêve internationale, le problème a été encore plus criant ce dimanche. Contre des blocs bas, les coéquipiers de Cesc Fabregas ont du mal à trouver la faille. Les latéraux ne sont jamais trouvés en bonne position et Wissam Ben Yedder est souvent obligé de redescendre au niveau de ses milieux pour toucher le ballon. Quant à Kevin Volland, son intégration dans le système monégasque n'est pas un modèle du genre. Dans l'optique du choc face à Lyon la semaine prochaine, Niko Kovac tient là son principal axe de travail. - T. P et B. D.

- L'OL se relance à Strasbourg grâce à Depay


Réagissez à cet article
500 caractères max
conejo34 18 oct. à 18:02

Mérité le rouge de Savanier? Je suis derrière le MHSC, mais quand même! Il lève haut le pied pour contrôler le ballon, sans voir un monégasque lui arriver par derrière ou sur le côté pour mettre la tête... Savanier n'a pu le voir venir!On suppute des avantages ou des inconvénients pour le VAR. Mais pour moi, le principal inconvénient, c'est que la décision de l'arbitre de ne pas recourir au VAR, est du même accabit que du temps où le VAR n'existait pas...

ADS :