Soccer Football - Ligue 1 - AS Monaco v Toulouse - Stade Louis II, Monaco - February 2, 2019 AS Monaco's Cesc Fabregas celebrates scoring their second goal REUTERS/Eric Gaillard (Reuters)

Ligue 1 : Premier but pour Cesc Fabregas, première victoire à domicile pour Monaco face à Toulouse

Il aura fallu attendre le 2 février et la 23e journée de Ligue 1 pour voir Monaco remporter son premier succès de la saison en Championnat. Rejoint au score par Jullien, l'ASM, qui avait vu Golovine ouvrir la marque, a pris trois points grâce au premier but en France de Fabregas (2-1). Monaco n'est plus relégable et passe barragiste.

La leçon : Enfin une victoire à la maison... Monaco n'est plus relégable !

S’il y a eu du mieux contre Guingamp, cette semaine, en demi-finale de la Coupe de la Ligue, la route était encore longue, très longue. D’autant plus qu’au final, les Monégasques se sont inclinés, certes aux tirs au but et réduits à dix, mais surtout après avoir mené de deux buts. Qu’importe, désormais, avec le retour de Jardim, Monaco doit avancer et trouver un semblant de constance. Contre une équipe de Toulouse capable du meilleur comme du pire, à l’irrégularité chancelante, l’occasion était belle de retrouver le chemin du succès. Et pour cause, la dernière victoire en Championnat remontait au… 4 décembre, contre Amiens (0-2) ! Comme souvent, l’ASM a démarré avec de bonnes intentions. Mais habituellement, l’équipe craque toujours et rentre dans un cercle vicieux qui conduit à sa perte. Cette fois-ci, Monaco réussissait à ouvrir le score. Sur un contre éclair, Martins remontait le terrain et Golovine, après un sprint de quatre-vingts mètres, se retrouvait en possession du cuir pour tromper Reynet (1-0, 15e). Alors que l’on voyait un Monaco séduisant, qu’on imaginait enfin voir une prestation aboutie, Toulouse revenait au score. Sur un corner, Jullien envoyait le ballon au fond des filets de manière quelque peu chanceuse, complètement abandonné par la défense locale (1-1, 20e). Pour autant, ce but n’a pas mis un coup derrière la tête des joueurs du Rocher comme on pouvait l’imaginer. Ils ont continué d’attaquer, d’avoir le contrôle du ballon et du match, et Golovine aurait pu remettre les siens devant mais son missile s’écrasait sur la barre (26e). Falcao (38e), puis Rony Lopes par deux fois successivement (41e, 42e) avaient aussi des situations. Monaco pêchait dans le dernier geste malgré des séquences de jeu extrêmement intéressantes.

L’ouverture allait venir de la recrue phare de Thierry Henry. Après un festival de Martins, Fabregas se retrouvait en position de frappe dans la surface et ne se faisait pas prier pour scorer (2-1, 63e). Son premier but avec les Rouge et Blanc. Pour une fois, la chance semblait être du côté de Monaco. C’est en tout cas ce qu’a dû se dire Subasic quand la tentative de Durmaz s’échouait sur son montant gauche (69e). Même chose quand Gradel s’élevait plus haut que la défense mais plaçait sa tête sur le portier des locaux, pourtant à moins de trois mètres de lui (76e). Quelques minutes plus tard, sur une situation des plus confuses, Jean voyait sa frappe lécher le poteau (83e). La fin de match était beaucoup plus tendue pour Monaco mais Jardim tient sa première victoire depuis son retour ! Mieux encore, c’est le premier succès à domicile de la saison. Avec la défaite d'Amiens, son équipe sort de la zone rouge et se place barragiste.

Le premier but en France de Cesc Fabregas.

Le gagnant : Les recrues monégasques

Le mercato a été l’occasion pour Monaco de faire venir de nombreux joueurs, tandis que d’autres sont partis. Mais ce samedi soir, que ce soient Martins (intenable toute la rencontre et passeur décisif), Golovine, recruté l'été dernier, buteur et dans une forme retrouvée à l’image de son match contre l’EAG ou encore Fabregas, buteur décisif pour offrir la victoire aux siens, ils ont répondu présent. Les trois ont su apporter la maîtrise technique nécessaire, dans un contexte compliqué, où Monaco avait souvent beaucoup trop de déchet pour espérer quoi que ce soit. À noter que trois autres nouveaux joueurs sont également entrés en jeu : Silva, Nkoudou, Vinicius.

Le perdant : Diakité-Sangaré, impuissants au mauvais moment

Si Monaco avait une maîtrise totale du match et surtout du jeu, l’équipe n’arrivait pas à se créer des situations dangereuses, notamment après le retour des vestiaires. Toulouse parvenait à contenir les assauts adverses tant bien que mal. Et puis venait ce raid solitaire impressionnant de Martins, qui se jouait facilement, beaucoup trop facilement, de Diakité. Une fois son centre effectué, les Toulousains, pourtant en surnombre dans la surface, ne pouvaient dégager, ni monter à temps sur Fabregas pour l’empêcher de frapper. On notera un choix très étrange de Sangaré qui se jetait à terre en faisant ce qui s’apparentait à une roulade pour tenter de bloquer la frappe de l’Espagnol. En vain.