(L. Argueyrolles/L'Equipe)
Ligue 1 - 37e journée

Ligue 1 : Sainté et Lille sécurisent l'Europe, Montpellier décroche, Strasbourg et Bordeaux en roue libre

Lille verra la Ligue des champions, Sainté la Ligue Europa ! Après sa victoire sur Angers (5-0), le LOSC a validé mathématiquement sa seconde place. Les Verts, grâce à leur succès sur Nice (3-0), sèment un MHSC tenu en échec ce samedi. En revanche, ils ne reviendront plus sur Lyon, vainqueur de Caen.

La leçon : Montpellier dit officiellement adieu à l'Europe, la BIP-BIP porte le LOSC

C'est la principale information de la soirée : Montpellier a définitivement abandonné sa course folle derrière Saint-Etienne et les Verts verront donc l'Europe la saison prochaine. Les Montpelliérains pourront nourrir des regrets. Mais à l'image de leur match de ce soir face à Nantes (1-1), l'irrégularité de leur saison leur aura porté préjudice. Dommage, d'autant que le club héraultais avait fait perdurer le suspense ces dernières semaines à la faveur de plus résultats étonnants, dont sa victoire sur le PSG à la Mosson. Seulement voilà, entre temps, les hommes de Der Zakarian ont buté sur Amiens, puis sur Nantes ce samedi. Avec aucun tir cadré sur les 45 premières minutes, difficile d'espérer quoi que ce soit. Et si la frappe de Laborde en début de match s'est heurtée à la défense nantaise (5e), les Canaris ont répondu avec une frappe de Touré (5e) puis avec l'ouverture du score de Coulibaly qui profitait d'un mauvais alignement de Skhiri (0-1, 24e). L'égalisation de Mollet sur coup franc arrivait trop tard (1-1, 76e) pour croire au miracle au vu de la prestation héraultaise.
Le LOSC n'a pas dévié de son chemin grâce à une exceptionnelle BIP-BIP.
Le LOSC, en revanche, poursuit son exceptionnelle série et valide mathématiquement sa participation à la Ligue des champions la saison prochaine. Lors de la deuxième partie de saison, les Dogues n'ont été défaits qu'une seule fois, contre Monaco en mars (0-1). Et face à Angers, le club nordiste, remobilisé par Christophe Galtier en milieu de semaine, n'a pas dévié de son chemin. Comme souvent grâce à son trio d'attaque, la BIP-BIP, littéralement inarrêtable. Bamba pour Ikone (1-0, 2e), Ikone pour Pépé (2-0, 14e), puis Bamba buteur également (3-0, 69e). La messe était dite. Nicolas Pépé, qui a inscrit un doublé (4-0, 76e) avant qu'Araujo ne ponctue le spectacle (5-0, 89e), jouait sûrement son dernier match au stade Pierre-Mauroy. Une belle façon de se dire au revoir.

La fin de saison de Strasbourg et Bordeaux tournent quant à elle en eau de boudin. Les Girondins ont été défaits à domicile par Reims et un but de Suk (0-1, 2e), tandis que les Strasbourgeois continuent leur chemin de croix en perdant 0-2 face à Rennes et des réalisations de Bourigeaud (0-1, 24e) et Hunou (0-2, 90e+1). Enfin, Guingamp a cru possible de terminer la saison à domicile sur une bonne note. Mais malgré deux buts d'avance signés Thuram et Mendy, les Bretons ont laissé Nîmes revenir grâce à Ripart et Bouanga.

Le gagnant : Saint-Etienne sécurise l'Europe

Dans une ambiance extraordinaire, digne des grandes soirées européennes, les Verts ont réalisé une très belle opération. Trois ans après leur défaite en seizièmes de finale face à Manchester United, les hommes de Gasset vont regoûter à l'Europe. Pas toujours transcendants, ils l'ont quand même emporté (3-0) grâce à un doublé de Beric et un but d'Hamouma. Avec de nombreux cadres suspendus (Khazri, Debuchy, Cabella), Saint-Etienne n'a jamais réussi à construire son jeu face à un Nice se procurant les meilleures occasions. Peu importe, l'essentiel n'était pas là, il fallait seulement l'emporter. Au coup de sifflet final, le peuple vert pouvait chanter et célébrer ses héros, qualifiés pour la Ligue Europa. «Saint-Etienne coupe d'Europe, Saint-Etienne coupe d'Europe, Saint-Etienne coupe d'Europe...»

Le perdant : Bordeaux, une défaite et des questions

Défait à domicile par Reims, Bordeaux réalise une fin de saison catastrophique (sixième défaite consécutive). Ce samedi, les Girondins n'ont rien montré, et ont même semblé complètement ailleurs, le regard et l'esprit déjà tournés vers la saison prochaine. Le bilan de Paulo Sousa est terrifiant (six défaites, deux nuls et une victoire). Alors oui, la philosophie prônée par le coach portugais donne envie, mais ses débuts seront à oublier. Il est temps que la saison se termine, pour les joueurs, le staff, les supporters... Les nouveaux dirigeants devront se faire pardonner lors du mercato et répondre à l'appétit des supporters.

Antonin Deslandes et Nicolas Jambou
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :