pedretti (benoit) (REAU ALEXIS/L'Equipe)
Ligue 2 - Bilan

Ligue 2 : l'équipe type de la saison aux Étoiles France Football

Preuve de la multitude de talents en Ligue 2, neuf équipes sont représentées dans l'équipe type de la saison aux Étoiles France Football. Mais c'est un champion nancéien, Benoît Pedretti, qui s'adjuge l'Étoile d'Or 2015-2016 !

Les notes

Paul Delecroix (Niort) : 6,03*
 
Gaëtan Belaud (Brest) : 5,57*
Christopher Jullien (Dijon) : 5,76*
Anthony Briançon (Nîmes) : 5,57*
Samuel Bouhours (Tours) : 5,56*
 
Benoît Pedretti (Nancy) : 6,21*
Teji Savanier (Nîmes) : 5,83*
 
Naïm Sliti (Red Star) : 5,81*
Adrien Hunou (Clermont) : 5,81*
Yeni Ngbakoto (Metz) : 5,74*
 
Famara Diedhiou (Clermont) : 5,79*

L'Étoile d'Or : Pedretti, fallait pas l'enterrer

«Ça aurait été une fin frustrante, même si je me serais tourné vers autre chose. J'aurais peut-être avancé mes diplômes d'entraîneur ou contacté des télés pour être consultant...» Le 2 août 2015, dans la foulée de sa signature à Nancy, Benoît Pedretti ne cachait pas, dans les colonnes de L'Equipe, qu'il avait commencé à penser à mettre un terme à sa carrière. Contraint et forcé, lui qui ne trouvait pas preneur après la fin de son contrat avec l'AC Ajaccio. Pour l'ancien international (22 sélections), le rebond, ç'a été simple comme un coup de fil. Celui qu'il a passé à Pablo Correa, le coach de l'ASNL. Neuf mois plus tard, Nancy est de retour en L1, et son milieu de terrain de 35 ans a envoyée une étincelante réponse à ceux, nombreux, qui ne croyaient plus en lui.
Pedretti, son habileté technique et sa vision du jeu ont survolé la Ligue 2
Entouré de quelques autres tauliers (Cétout, Hadji, Chrétien...) mais surtout de jeunes pousses de grande qualité (Lenglet, Aït Bennasser, Lusamba...), Benoît Pedretti a survolé la Ligue 2 version 2015-2016. Il n'y a pas d'autre mot. Affûté physiquement, au-dessus de la mêlée dans la vision du jeu, et toujours aussi propre techniquement et habile sur coups de pied arrêtés (cinq de ses sept passes décisives), l'ancien Sochalien a sans doute donné quelques regrets à ceux qui l'avaient snobé l'été dernier.

Même si, comme il le confiait à FF il y a deux semaines, «ça n'a pas toujours été évident» : «C'est un Championnat difficile. Aller jouer le vendredi devant 1 000 personnes sur des mauvaises pelouses... Mentalement, c'est dur. Heureusement, tous les quinze jours, on joue devant 13 000 ou 14 000 personnes à Nancy. Ça, ça rebooste. Quand on a connu la L1, ça nous manque forcément.» Bonne nouvelle, les retrouvailles auront bien lieu au mois d'août.

C.C.
Réagissez à cet article
500 caractères max