Soccer Football - Champions League - Celtic vs Paris St Germain - Celtic Park, Glasgow, Britain - September 12, 2017   Paris Saint-Germain's Kylian Mbappe celebrates scoring their second goal with Edinson Cavani (C) and Neymar (L)   Action Images via Reuters/Lee Smith (L'Equipe)
Ligue des Champions - Groupe B

Ligue des champions : avec le 4-3-3, le jeu offensif du PSG et de sa MCN, Mbappé, Cavani, Neymar, est beaucoup plus épuré

Repositionné dans un 4-3-3 au Celtic Park, le trio offensif du PSG, Mbappé, Cavani, Neymar, a moins donné l'impression de se marcher dessus que lors du match face à Metz, vendredi dernier (1-5). Décryptage.

Le temps d'un vendredi soir à Saint-Symphorien, Unai Emery faisait une infidélité à son fameux 4-3-3. Arrivée de Mbappé oblige, le tacticien espagnol tâtonnait, cherchait la bonne formule pour articuler sa nouvelle avant-garde. Mais, malgré la large victoire (1-5), le nouveau trio d'attaque du PSG, baptisé MCN, avait souvent donné l'impression de se marcher dessus. Qu'à cela ne tienne, pour le grand retour de sa formation en Ligue des champions, Emery revenait au classique 4-3-3 : un milieu à trois et deux ailiers, en l'occurrence Neymar et Mbappé, épaulant la pointe, Edinson Cavani.

Neymar et Mbappé en attaquants intérieurs

Logiquement, les échanges entre les deux stars du club parisien étaient moins nombreux que face à Metz. Les deux compères ont d'abord cherché à étirer le bloc du Celtic en collant respectivement leur ligne de touche. Puis, laissant cette tâche ô combien importante aux latéraux, Neymar et Mbappé venaient progressivement occuper les half-space, ces zones situées entre l'aile et l'axe du but. Ainsi, le Brésilien et le Français se trouvaient timidement, échangeaient quelques ballons, sans que cela ne tourne à l'obsession comme cela avait pu être le cas contre Metz. Les deux joueurs ont surtout cherché à gagner en verticalité dès la prise de balle. Neymar, particulièrement brouillon dans la transmission du cuir (seulement 68% de passes réussies à la mi-temps, soit le plus mauvais joueur parisien dans l'exercice), excellait dans le jeu sans ballon. Un de ses appels vers l'intérieur débloquait d'ailleurs la situation : bien servi par Rabiot dans la profondeur, l'ancien du Barça repiquait vers le but pour tromper Gordon (0-1, 19e). Bis repetita sur le but de Mbappé : à l'origine du décalage vers Verratti, Neymar signait une course incroyablement intelligente vers l'intérieur, jusqu'au deuxième poteau, d'où il remettait le cuir à un Kylian Mbappé lui aussi attiré par l'axe (0-2, 34e).

Cavani a fait du Cavani

De son côté, l'Uruguayen était moins handicapé par le positionnement de ses deux coéquipiers que par sa technique moyenne. En délicatesse dans le jeu de passe, maladroit devant le but jusqu'à sa sublime réalisation de la tête en fin de match, Cavani créait des espaces pour ses partenaires. Contrairement à son match à Metz, le buteur savait où se positionner et où réaliser ses courses pour permettre à Mbappé et Neymar d'exploiter les failles. Du Cavani dans le texte, en somme.

À lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max
carnaby29 13 sept. à 11:25

Arrêtez avec la MCN ! C'est stupide, ça ne veut rien dire, on copie bêtement le foot espagnol (clasico, remontada, manita...). La BBC, la MSN, et avant cela, la MVP, ça voulait dire quelque chose, en dehors du foot. Mais là, MCN, c'est complètement nul ! On n'est pas obligé de trouver un nom à l'attaque du PSG.