Soccer Football - Champions League - Group Stage - Group C - Liverpool v Paris St Germain - Anfield, Liverpool, Britain - September 18, 2018  Liverpool's James Milner in action with Paris St Germain's Neymar   REUTERS/Phil Noble (Reuters)
Ligue des Champions - Groupe C

Ligue des champions : Neymar (PSG), un manque de justesse et encore trop de déchet technique

Malgré sa présence au coeur du jeu, Neymar a pêché par manque de justesse et, surtout, excès de gourmandise à Liverpool (2-3). Comme trop souvent.

Il y a cette désagréable sensation que la rengaine est souvent la même. Qu'à chaque touche de balle de Neymar, les réactions se passent en deux temps : la satisfaction, quand le Brésilien part comme une fusée et élimine un joueur adverse, puis le soupir quand, par excès de gourmandise, l'attaquant fait le geste de trop. Face à Liverpool, on ne peut reprocher au Parisien d'avoir été invisible. 64 ballons touchés, bien plus que ses compères de l'attaque - 20 pour Edinson Cavani et 33 pour Kylian Mbappé -, et quelques coups d'éclats... ratés. À plusieurs reprises, il a déçu par son manque de simplicité et son manque d'envie. Comme sur cette toute première incursion, dès la 4e minute : une chevauchée sur plusieurs mètres pour remonter le ballon, où il a effacé Milner et Henderson d'une seule traite. Mais sa passe pour Mbappé, mal ajustée, était interceptée par Van Dijk. Un peu à l'image du match de Neymar : de la présence, des tentatives, mais beaucoup trop gaspillées.

Lire : Les notes de Liverpool-PSG

Un manque cruel de justesse

Comme à son habitude, le Brésilien a souvent dézoné (voir heatmap). Si son activité est logiquement portée sur le flanc gauche, il a aussi permuté avec Cavani et Mbappé, même si le trio offensif a eu beaucoup de mal à se trouver. Au moment de chercher ses coéquipiers, Neymar a clairement manqué de justesse et de précision (76% de passes réussies en tout). À la 28e minute, par exemple : servi par Di Maria dans le couloir droit, il a bien tenté de servir Mbappé dans la surface, mais sa passe fut facilement interceptée par la défense adverse. Même scénario en début de seconde période, où, dans l'axe, il a cherché à alerter Cavani dans le dos de la défense. Un poil trop long, malheureusement. Une autre fois encore, en fin de rencontre (81e), alors qu'il cherchait à jouer l'action en solitaire. Van Dijk et Gomez sont, sans trop de difficultés, parvenus à bloquer ses dribbles incessants.
(source : whoscored)
(source : whoscored)

Deux tirs, un seul cadré

Certes, sur le but de Kylian Mbappé (2-2, 83e), c'est lui qui glisse, avec beaucoup de réussite il faut l'avouer, le ballon au buteur. Mais face à un bloc bien construit et un pressing constant, Neymar n'a pas su accomplir ce qu'il réalise si bien d'habitude : faire la différence, même devant des défenses resserrées, grâce à son coup de patte et sa vitesse. Offensivement, sa seule opportunité majeure fut cette frappe du gauche repoussée par Alisson (17e). Trop peu pour un joueur de cette envergure, malheureusement. Qui plus est dans un très grand match. La même rengaine.
Cindy Jaury
Réagissez à cet article
500 caractères max
chefsprive 19 sept. à 5:55

Quelqu'un devrait peut-être lui dire que le foot est un sport collectif? Pas étonnant qu'il soit resté dans l'ombre de Ronaldo et de Messi dans la course au ballon d'or. Eux, ils ne se font pas prier pour jouer collectif et marquer. Le PSG devrait se rendre service et envoyer la Team Neymar jouer ailleurs!