Football Soccer - AS Monaco v Borussia Dortmund - UEFA Champions League Quarter Final Second Leg - Stade Louis II, Monaco - 19/4/17 Monaco's Radamel Falcao celebrates scoring their second goal  Reuters / Jean-Paul Pelissier Livepic (Reuters)
Ligue des Champions - Quarts

Ligue des champions, quart de finale retour : Monaco comme un grand face à Dortmund (3-1)

En position favorable après sa victoire à l'aller en Allemagne (3-2), Monaco a confirmé sa maîtrise mercredi soir lors du match retour face au Borussia Dortmund pour valider son billet pour les demi-finales (3-1). Du bon boulot.

Monaco était (très) pressé

La victoire des Monégasques à l'aller en Allemagne (3-2) les plaçait évidemment dans une position confortable en vue de la qualification. On attendait donc que les hommes de Jardim soient pris à la gorge d'entrée de jeu par une équipe de Dortmund qui devait jeter toutes ses forces dans la bataille pour continuer de rêver. Il n'en a rien été. En un gros quart d'heure, le leader du Championnat de France avait déjà assommé son adversaire du soir et mis une grosse claque aux ultimes espoirs de ce dernier. Grâce à qui ? Mbappé et Falcao, forcément. A l'affût après une percée de Mendy ponctuée d'une frappe de mule boxée par Bürki, le néo-international français ouvrait la marque dès la 3e minute, et entrait un peu plus dans le livre des records. Puis le Colombien profitait d'un centre parfait de Lemar et d'un marquage assez lâche de la défense allemande pour doubler la mise d'une tête piquée et croisée imparable (17e). Le plus dur était fait pour l'ASM, qui aurait même pu corser l'addition avant la pause, notamment sur un dégagement dévissé de Durm juste devant son but (23e).

Dortmund et Tüchel se sont réveillés trop tard

Sonnés par l'ouverture du score plus que précoce de Mbappé, les protégés de Tüchel, qui avait étonnamment décidé de laisser Dembélé sur le banc au coup d'envoi, ont fait ce qu'ils ont pu pour vite se remettre dans le match. Mais sans réussite. Malgré une frappe dangereuse de Reus (10e) et un coup franc de Sahin sur le poteau (14e), Subasic n'a pas eu à s'employer plus que cela pour garder son but inviolé jusqu'à la pause. Plus agressifs après le repos, Aubameyang et ses copains se sont alors remis dans le sens de la marche. Et la réduction du score de Reus, suite à un superbe numéro de Dembélé (48e), les y a bien aidés. Intenable, le Français, entré en jeu à la... 27e minute, a d'ailleurs été à l'origine de quasiment toutes les situations dangereuses des siens, même si les filets monégasques n'ont plus tremblé. Au contraire, c'est même l'ASM qui aurait pu plier l'affaire à plusieurs reprises en contre, notamment par Falcao (65e). Ce sera finalement chose faite par Germain, quelques secondes après son entrée en jeu, sur un service parfait de Lemar, encore lui (82e). Fin du film.

L'ASM continue d'écrire son histoire

Monaco est bel bien la meilleure équipe française de la saison. Peut-être même la meilleure depuis quelques d'années. L'ASM joue bien, marque beaucoup de buts et offre un spectacle souvent très rafraîchissant. Tout y est : la vitesse, l'envie, la technique, l'abattage d'un Bakayoko, la solidité d'un Glik, l'adresse d'un Falcao redevenu insatiable, l'activité incessante d'un Mendy qui prend sérieusement de l'épaisseur, même s'il a quelque peu souffert face à Dembélé, mais aussi, et surtout, le talent chaque jour un peu plus bluffant d'un Mbappé décidément monstrueux... Pour la quatrième fois de son histoire, un record pour un club français, treize ans après la dernière, Monaco sera bien au rendez-vous des demi-finales de la Ligue des champions. Et il l'a bien mérité.
Bruno Rodrigues

A lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max
rorose 20 avr. à 13:51

Valère Germain me rappelle Didier Deschamps qui n'était pas dribbleur mais un grand battant ,homme de devoir 'du travail bien accompli;certes ,il n'est pas un technicien hors pair ,c'est un footballeur qui respecte les consignes de son entraîneur,et ce qui fait défaut à Paris.Bien que je ne sois pas un supporter de Monaco,je rends hommage à Germain Valère.

monacoforever92 20 avr. à 11:18

dernier representant Français ...ca doit pleurer dans le rhone ptdr

florent02 20 avr. à 9:57

Bravo à Monaco qui a réussi à aller plus loin que Paris SG. Cela doit remet en cause le certitudes des dirigeants parisiens qui, malgré les millions dépensés, se sont trompés sur beaucoup de postes budgétaires : Coach, directeur sportif, non remplacement (poste pour poste) d'Ibrahimovic et bien d'autres "détails" comme le cas Aurier.

brejniev 19 avr. à 22:49

bravo bravo monaco a su faire ce que le PSG avec ses soit disant stars n'arrivent pas a faire c'est a dire se qualifier pour le demi finale de la champion's league félicitations aux monegasques