Soccer Football - Champions League - Round of 16 First Leg - Liverpool v Bayern Munich - Anfield, Liverpool, Britain - February 19, 2019  Liverpool's Mohamed Salah in action with Bayern Munich's David Alaba           REUTERS/Phil Noble (Reuters)
Ligue des Champions - Huitièmes

Liverpool et le Bayern se quittent dos à dos au terme d'un match décevant (0-0)

Au terme d'un match fermé et très peu spectaculaire, Liverpool et le Bayern n'ont pu se départager (0-0). Tout se jouera donc au match retour, le 13 mars.

La leçon : Un match fermé à double tour

Un feu d'artifice était attendu ce mardi soir à Anfield. On a eu le droit à un pétard mouillé. Liverpool et le Bayern ont livré un match particulièrement médiocre. En début de rencontre, les locaux ont laissé volontairement le ballon aux visiteurs afin de procéder par contre via le jeu de transition si cher à Jurgen Klopp. En face, le Bayern a ronronné en mettant très peu de rythme en phase de possession. Coman et Gnabry ont été les seuls à essayer d'augmenter le tempo. Sans succès. Les deux équipes évoluaient avec un bloc compact et bien organisé.

Le premier frisson de la rencontre est intervenu de manière involontaire. Alisson repoussait miraculeusement une reprise à bout portant de Matip (13e). Si les deux formations ont exercé un bon pressing, les grossières erreurs techniques se sont multipliées. Totalement hors-sujet ce mardi, Sadio Mané a raté une énorme occasion en croisant trop son tir du gauche au point de penalty (33e). Les acteurs sont donc logiquement rentrés aux vestiaires à la pause sur un score nul et vierge. On s'est dit que la seconde période serait forcément de meilleure facture. Il n'en a rien été. Le round d'observation a finalement duré tout le match. Liverpool a poussé timidement tandis que le Bayern s'est contenté de défendre exclusivement. Sadio Mané a bien eu une dernière occasion de la tête mais Neuer s'est montré vigilant (85e). Le match nul semblait finalement faire les affaires de tout le monde. Rendez-vous le 13 mars pour en découdre pour de bon.

Le gagnant : Fabinho en patron

Il parait si loin le temps où Fabinho était peu utilisé par Klopp. Recruté à prix d'or (50 millions d'euros), l'entraineur a mis du temps avant d'intégrer le Brésilien dans son équipe type. C'est désormais de l'histoire ancienne, Fabinho s'est rendu indispensable au milieu de terrain. En véritable couteau suisse, il a cette fois dépanné en défense centrale pour pallier les absences de Gomez, Lovren et Van Dijk. Aligné dans l'axe gauche de la charnière aux cotés de Joel Matip, Fabinho s'est comporté en patron de sa formation. Impeccable à la relance, parfait dans la lecture de jeu, le Brésilien a remporté son duel face à Robert Lewandowski, une référence mondiale au poste d'avant-centre. Fabinho a encore été décisif dans ses six mètres en s'interposant devant le Polonais avec autorité. Personne n'a réussi à le prendre à défaut. Un roc. Définitivement indispensable.

Le perdant : Le spectacle

On attendait énormément de ce choc entre deux mastodontes européens. Deux clubs historiques, des stars, un stade mythique, une pelouse parfaite... Bref, il y avait tout pour offrir un grand match de football. Malheureusement pour le spectacle, les deux formations ont livré une prestation très décevante. Le déchet technique a été hallucinant. Pourtant, les deux équipes ont eu l'intention de ressortir les ballons proprement au sol en partant de derrière. Mais à l'image du jeu au pied très approximatif de Neuer et Alisson, les actions n'ont pas été à la hauteur des idées. La règle du but à l'extérieur a certainement joué dans l'approche prudente du match par les hommes de Jurgen Klopp. Et comme en face, le Bayern Munich a cruellement manqué de créativité... Un match nul, un vrai.
Mehdi Elouar
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :