Naby Keita of Liverpool FC during the UEFA Champions League round of 16 match between Liverpool FC and Bayern Munich at Anfield on February 19, 2019 in Liverpool, United Kingdom (L'Equipe)

Liverpool : Naby Keita, après la pluie, le beau temps ?

Très attendu à son arrivée l'été dernier, Naby Keita a quelque peu calé après un bon début de saison. Mais pleinement débarrassé de ses pépins et avec la confiance de Klopp, il pourrait revenir au premier plan.

Un petit tour et puis s'en va

Son arrivée l’été dernier avait été accueillie de fort belle manière sur la Mersey. Ses performances avec Leipzig n’avaient pas laissé insensibles les suiveurs du ballon rond. Et pour cause, il y avait de l’impatience. Non pas nécessairement parce que le joueur aurait pu échapper à Liverpool, mais plus parce que le club avait tout tenté pour le faire signer plus tôt. Fin août 2017, Naby Keita s’engageait avec les Reds… pour la fin de la saison suivante. Il fallait donc prendre son mal en patience une année entière. S’en sont alors suivies des discussions en cours d’année pour tenter de l’enrôler à mi-saison mais le club allemand tenait bon et ce n’est que l’été dernier qu’il débarquait, en échange de 60 millions d'euros. Tout avait très bien commencé pour le Guinéen qui avait débuté quatre des cinq premières rencontres de Premier League. Mais petit à petit, le joueur baissait en régime (12 titularisations seulement en PL au total). En novembre, Jürgen Klopp lui-même concédait qu’après des débuts en fanfare, le milieu de terrain alignait des performances moyennes. «Naby doit et peut progresser, expliquait-il. Il doit apprendre la langue, il propose plein de choses, c’est un projet de long-terme». Le coach allemand n’est de toute manière pas du genre à abandonner ses joueurs, surtout quand il est indéniable que ceux-ci ont du talent. «Depuis son début de saison, il a été un peu décevant, il n’a pas réussi à être régulier dans les performances, relate Simon Hughes, journaliste pour The Independent. Il n’a brillé que par intermittence, et les supporters attendaient mieux».

Comparaison n'est pas raison

La marque de fabrique de Klopp à Liverpool a souvent été de laisser une période d’adaptation à ses nouvelles recrues. Ce fut le cas pour Fabinho par exemple. Après des débuts difficiles, il est désormais un élément primordial de l’équipe. «Sous le règne de Klopp, il y a souvent eu une intégration progressive des recrues qui doivent s’adapter à des consignes physiques et tactiques difficiles», rappelait The Telegraph mi-février. En début de saison, l'entraîneur comparait l’intégration de Keita avec celle de l’ancien joueur de Monaco. «Il disait que Keita venait d’un Championnat plus similaire à la PL que la Ligue 1, et d’une équipe avec un système assez semblable à celui de Liverpool», raconte Simon Hughes. 

Lire aussi : Fabinho, une intégration en douceur

Traduction : Quand Naby Keita trouvera cette dernière passe avec le maillot de Liverpool, il sera inarrêtable. A chaque fois, il fait deux supers trucs suivis de quelque chose de raté, mais on peut penser que cela ne durera pas.

Le plan ne se serait-il pas déroulé exactement comme prévu ? «Fabinho a réussi à s’acclimater, parfois à des postes peu habituels pour lui, il devient un peu le chouchou des fans, il s’épanouit, raconte le journaliste. Keita est un peu derrière, il a encore beaucoup à faire mais il y a des progrès. Le derby contre United pourrait être un tournant». Keita, passé par Istres puis de Salzbourg à Leipzig - le cheminement classique, en somme -, a découvert cet été une nouvelle culture et une nouvelle langue. Une étape à franchir. «Il ne parle pas ou peu anglais, c’est un problème. Il n’y a pas beaucoup de francophones dans l’effectif, avance Simon Hughes. Il se réfère surtout à Mané, qui est un gars timide, très réservé. Il doit certainement trouver un moyen de sortir de l’ombre».

«Keita a encore beaucoup à faire mais il y a des progrès. Le derby contre United pourrait être un tournant»

Pour expliquer cette baisse de forme, The Independent exposait ainsi les choses : «Après des débuts encourageants, il a eu du mal à trouver sa forme, pas aidé par une nouvelle culture. Puis une blessure l’a laissé sur le flanc un mois en octobre, et à son retour il lui était demandé de jouer à un rôle différent qu’en Bundesliga». En effet, il a parfois été utilisé sur l’aile par Klopp (contre Manchester United à l’aller par exemple). «Klopp lui avait confié un rôle plus défensif, où il devait surtout boucher les espaces, il devait un peu jouer contre sa nature. Ce n’était pas vraiment comme un ailier. Ca n’a pas très bien réussi dans les autres matches, analyse Simon Hughes. Contre Bournemouth, Klopp l’a fait jouer plus bas, pour qu’il ait plus le ballon, dans un milieu à trois». Des configurations où il est parfois plus en retrait que Fabinho, et dans lesquelles il peut utiliser sa qualité pour récupérer le ballon d’une position basse et remonter le terrain.

Un temps d'adaptation

Par ce processus d’intégration, le but est d’installer le joueur dans les meilleures conditions possibles. Pour Klopp, le succès de Keita passera par des performances avec plus d’assurance sur le terrain, et son influence sur le jeu de l’équipe pourra alors se voir pleinement. Klopp, qui l'a laissé sur le banc au passage à la nouvelle année, tenait à justifier son choix et surtout rassurer sur les capacités du natif de Conakry. «Je lui ai parlé. Tout va bien. Je suis très heureux mais il pourrait jouer en étant plus sûr de lui dans certains matches, lâchait-il. Est-il le même joueur qu’à Leipzig ? Non. Il est encore en adaptation». De l'estime, l’entraîneur allemand en a beaucoup pour son milieu. «En début de saison, tout le monde a vu à quel point il était brillant. Une petite blessure ici, une petite blessure là, et il a un peu calé, regrettait-il. Mais c’est un joueur fantastique et je suis content de l’avoir. Il y a tellement à attendre de lui, il peut avoir une telle influence sur les matches. Il n’y a vraiment aucun doute, c’est un joueur incroyable».

«Klopp lui avait confié un rôle plus défensif, où il devait surtout boucher les espaces, il devait un peu jouer contre sa nature.»

Zone d'activité et touches de balle de Keita contre Bournemouth (dans un milieu à trois) (Whoscored)

Les qualités de Keita sont nombreuses : rapide, puissant, excellent avec le ballon, limpide dans ses projections… Mais le joueur doit désormais passer à la vitesse supérieure. Notamment dans la discipline tactique prônée par Jurgen Klopp, autant dans le travail défensif que dans le placement. «On voit que c’est un bon joueur, dans sa manière de se déplacer, de prendre les espaces. Mais quand il fait une erreur, il ne se bat pas toujours pour se rattraper, constate Simon Hughes. Les supporters observent beaucoup, ils attendent mieux de ce point de vue». Mais celui qui a récupéré le mythique numéro 8 de Steven Gerrard est encore jeune. «Il sait prendre des risques, notamment contre les équipes acculées en défense, il sait casser les lignes et faire bouger les choses», conclut Simon Hughes. Le meilleur est très certainement à venir...

Jérémy Docteur

Zone d'activité et touches de balle de Keita contre Manchester United (positionné à gauche) (Whoscored)

Un avenir radieux ?

Un autre aspect dans lequel le milieu de terrain peut progresser est sa capacité à se montrer décisif. Le football, tombé dans une certaine culture de l’immédiateté, passe aussi par les chiffres. Cette saison, il n’a adressé qu’une passe décisive, et n’a inscrit aucun but. Mais à l’instar de sa performance contre le Bayern en Ligue des champions, Keita semble en passe de rebondir et de revenir sur le bon chemin. Il vient aussi d’enchaîner quatre titularisations de suite en Championnat. «Parfois ça prend plus de temps. Les gens perdent patience, c’est normal, mais pas nous», avançait Jurgen Klopp il y a quelques jours. «Je crois qu’il est en train de revenir. Il a été excellent contre Bournemouth. Klopp a dit qu’il le faisait jouer pour qu’il retrouve des sensations et gagne en confiance, analyse Simon Hughes. C’est surtout par rapport au rythme qu’il a eu du mal».

Keita doit désormais passer à la vitesse supérieure. Notamment dans la discipline tactique prônée par Jurgen Klopp