(L'Equipe)

Lothar Matthäus (Allemagne), nouvel épisode de nos 100 joueurs qui ont marqué l'histoire de la Coupe du monde

27 avril - 14 juin : dans exactement 48 jours, débutera le Mondial 2018 en Russie. Jusqu'au coup d'envoi, FF vous livre, par ordre alphabétique, sa liste des 100 joueurs qui ont marqué l'histoire de la Coupe du monde. Cinquante-troisième épisode avec Lothar Matthäus.

Son histoire avec la Coupe du monde

Il aura tenté sa chance beaucoup de fois, pour soulever le Saint Graal au final à une reprise. L’histoire de Lothar Matthäus avec la Coupe du monde, aussi longue que riche, commence en 1982 en Espagne, où le jeune homme (21 ans) n’a joué qu’un peu plus de 50 minutes, dans une compétition perdue en finale. Et elle s’est terminée seize ans plus tard, en quart de finale de la Coupe du monde 1998 disputée en France. Entre ces deux dates, le milieu de terrain aura écrit son histoire et participé à enrichir celle de la Nationalmannschaft. Après l’échec de 1986, où les Allemands n'ont été stoppés que par l’Argentine de Maradona (défaite 3-2 en finale), Lothar Matthäus et ses coéquipiers ont pris leur revanche lors de l’édition 1990 (victoire 1-0 en finale). Surtout, le milieu de terrain a survolé la compétition, la plupart du temps en jouant dans le stade où il avait pris l’habitude d’évoluer avec l’Inter Milan, San Siro. Grâce à des performances somptueuses, et quatre buts en prime, il a ainsi pris une part plus qu’importante dans le troisième titre mondial allemand conquis à Rome, le 8 juin 1990. Une année triomphale, donc, qui s’achèvera fort logiquement avec l’obtention du Ballon d’Or.

Le moment marquant

Le match d’ouverture de la Coupe du monde 1990. Pour leur premier match dans le Mondial italien, les Allemands font forte impression, bien plus que les autres favoris du tournoi. L’équipe étrillé en effet les Yougoslaves 4 buts à 1. Lothar Matthäus en est le capitaine et le patron. C’est donc tout naturellement que le numéro dix montre la voie aux siens grâce à une prestation XXL, couronnée de deux buts dont une énorme frappe du droit sur sa seconde réalisation. Son premier but, du gauche, est quant à lui considéré comme le plus important de sa carrière.

Le chiffre : 25

L’Allemand possède le record de longévité dans la compétition. Avec 25 matches disputés au total, il devance Miroslav Klose (24 matches disputés) et Paolo Maldini (23 matches). Autre chiffre à retenir, Matthäus a disputé cinq Coupes du monde (de 1982 à 1998). C’est également un record, qu’il codétient cette fois avec le Mexicain Antonio Carbajal (de 1950 à 1966).

L'archive de FF

Dans une interview accordée à France Football en décembre 1990 intitulée «Le numéro 10 m’a changé», et alors qu’il venait tout juste d’être sacré Ballon d’Or, Matthäus revenait entre autres sur le sacre allemand en Italie : «Le penalty en finale ? C’est tout simple : après vingt minutes de jeu en première période, j’ai fendu la semelle de ma chaussure droite. A la mi-temps, j’ai donc dû en changer, et la paire de rechange n’était pas exactement du même modèle. J’ai dit à Brehme : "Va-y !" (…) Nous n’avons pas toujours été rayonnants, mais au bout du compte, c’est nous qui avons pratiqué le meilleur football, le plus attractif. Que nous reproche-t-on ? d’avoir gagné "seulement" sur penalty. Pour nous aussi, ce fut une frustration. Nous aurions bien voulu mettre un ou deux autres buts. Ça ne remet pas en cause notre domination. Ça a simplement donné un arrière-goût amer à notre triomphe. (…) Maintenant, les gosses parlent de ballon comme s’ils s’étaient mis à parler de tennis. Ils s’identifient à Voller, Klinssmann ou Brehme comme ils s’identifiaient à Becker ou Steffi Graf. Pendant mes vacances en Bavière, j’ai entendu un enfant qui disait à ses copains "Moi, je suis Lothar Matthäus." Ça, ça me rend fier. Aussi fier que quand je reçois la Coupe du monde des mains de Joao Havelange.»

Hugo Girardot