(L.Argueyrolles/L'Equipe)
Euro U17 - Groupe B

Lucien Agoume, capitaine de l'équipe de France U17 : «Envie de gagner l'Euro avec tous les copains»

L'Euro U17 débute en Irlande. Avec l'équipe de France de Jean-Claude Giuntini qui va tenter de se frayer un chemin jusqu'à la finale. Le capitaine et très prometteur Lucien Agoume fait le point pour FF.

La délégation française a atterri en Irlande mardi dernier. En début de soirée, Lucien Agoume a accordé quelques minutes à Francefootball.fr. Histoire de prendre le pouls de l'équipe de France U17 qui dispute le premier match de l'Euro de la catégorie vendredi à 20 heures à Longford. L'adversaire ? L'Angleterre, le concurrent le plus dangereux d'une poule B où figurent également les Pays-Bas et la Suède. Plus que jamais concentré sur cette compétition, Lucien Agoume vit une saison sans doute inoubliable pour lui. Le 19 octobre dernier, à seize ans, huit mois et dix jours, il a disputé son premier match chez les professionnels avec Sochaux, en Ligue 2. Un bizutage pas vraiment simple au sein d'un FCSM en proie aux difficultés sportives et internes. Mais Agoume s'est fait une place. En fin de contrat aspirant dans un an, il serait sur les tablettes de très grands clubs comme le Barça, Liverpool, l'Inter Milan mais aussi des formations de l'hexagone comme Monaco, Lyon ou Saint-Étienne.
«Comment se sent-on à quelques heures de disputer le premier match de cet Euro ?
On est prêts. On va tout donner, on reste calme, on est un bon groupe. On ne va pas trop se mettre de pression pour pouvoir faire de bonnes performances sur le terrain. On attend ça depuis un petit moment. On a disputé le premier tour en Pologne où on a obtenu trois victoires. Lors du tour élite, en Serbie, même chose, trois victoires. Pour nous, c'était un peu normal de disputer cette compétition. On va essayer d'aller le plus loin possible.

Quel est l'objectif ?
On est des compétiteurs, on a envie de gagner l'Euro.

Est-ce possible ?
Oui, on a un bon groupe. Cela ne va pas être facile, mais tout est possible !

La fiche de Lucien Agoume
Que vous inspire votre groupe ?
Il n'est pas simple. On a déjà eu à faire à la Suède lors du tour élite. On l'a emporté 2-0 mais ce n'était pas un match facile. Plus tôt dans l'année, on a joué contre l'Angleterre, en février. On a perdu 3-2. Vendredi, on aura envie de prendre notre revanche. On va tout donner.

Les Anglais seront sûrement les adversaires les plus coriaces...
Ils jouent pas loin de chez eux. On va essayer de bien entamer cette compétition. Le premier match est toujours très important. On va bien se préparer pour vendredi.

«Débuter à seize ans ? Ce n'est pas logique mais je m'y attendais un peu»

Comment auriez-vous envie de nous décrire cette équipe de jeunes Bleus ?
Un groupe assez homogène, tout le monde s'entend bien et vit très bien ensemble. Sur le terrain, je pense que cela se voit. Je suis capitaine, mais il n'y a pas que moi. Tanguy Nianzou (PSG), Georgino Rutter (Rennes), Brandon Soppy (Rennes) : on est quelques-uns à être un petit peu les cadres. Mais au sein du groupe, il n'y a pas de différence.

Pour disputer cette compétition, vous avez dû quitter le groupe professionnel du FC Sochaux-Montbéliard, qui joue sa survie en Ligue 2...
C'est dur, surtout quand on joue notre maintien, qui n'est pas encore assuré (NDLR : Le FCSM est dix-septième, avec un point d'avance sur l'AC Ajaccio, barragiste, et six sur Béziers, premier relégable). J'espère qu'ils vont faire le travail et qu'on pourra se maintenir. Moi, je dois me concentrer à fond sur l'Euro, tout en souhaitant bonne chance à mes coéquipiers.

Comment avez-vous vécu cette première saison chez les professionnels ?
C'était spécial, d'autant plus que je jouais eu U17 nationaux la saison dernière. Passer des U17 à la Ligue 2, cela a été un grand changement. Je pense m'être assez bien adapté. J'ai disputé quinze matches de Championnat, en plus de la Coupe de France (NDLR : Deux rencontres).

Aviez-vous des étoiles dans les yeux ou cette étape était finalement logique pour vous ?
Ce n'est pas logique mais je m'y attendais un peu... Je donne toujours tout. J'ai eu la chance de reprendre avec le groupe professionnel, j'ai tout donné pour montrer mes qualités au coach (NDLR : José Manuel Aira, limogé en novembre dernier). Il a décidé de me lancer dans le grand bain en octobre face à Troyes (NDLR : Victoire 2-1 des Doubistes, Agoume a remplacé Jean Ruiz à un quart d'heure de la fin). Depuis, il est parti. Le coach Omar Daf a repris, et il m'a fait confiance. D'autant plus qu'il me connaissait déjà très bien pour m'avoir eu en CFA. On a une très bonne relation.
«Vous m'auriez dit, six mois avant mon premier match, que j'allais jouer en professionnels à seize ans, je vous aurais dit que vous êtes un fou»
Ce match à Troyes restera-t-il à jamais gravé dans votre mémoire ?
Oui, bien sûr. Un premier match en professionnel à 16 ans, cela n'arrive pas tous les jours. Je m'en souviendrai toute ma vie. Vous m'auriez dit, six mois avant mon premier match, que j'allais jouer en professionnel à seize ans, je vous aurais dit que vous êtes fou. Ç'a été une surprise. Les premiers matches sont toujours un peu difficiles. Mais, depuis, je me suis bien acclimaté au Championnat. Quand je joue, j'ai un peu plus d'assurance qu'au début.

Le groupe professionnel vous a rapidement adopté...
Oui, je n'ai pas eu de souci pour m'intégrer, d'autant qu'on est beaucoup à être issus du centre de formation. L'intégration était facile pour moi.

«Paul Pogba est un joueur fantastique»

Comment avez-vous vécu le contexte autour du club de Sochaux, en difficultés sportives donc, mais également avec un avenir incertain...
Nous, les joueurs, on essaie de faire le maximum sur le terrain pour se maintenir sportivement. Après, c'est aux dirigeants de régler tout ce qui est extra-sportif. Tout ce qui en dehors du terrain, cela concerne le président, les dirigeants.

Vous n'avez que dix-sept ans, mais on sent déjà beaucoup d'aisance et d'assurance chez vous...
Ce n'est pas que j'ai vite grandi, mais je suis un garçon assez calme et serein.

Pour ceux qui vont vous lire et peut-être vous découvrir, quel type de joueur êtes-vous ?
Je suis un milieu de terrain qui peut jouer défensif et offensif. Techniquement, je pense que je suis pas mal, mais je peux m'améliorer.

Quelles étaient vos idoles lorsque vous étiez plus jeune ?
J'ai toujours regardé des vidéos de Zinédine Zidane et de Ronaldinho. Mais plus récemment, c'est Paul Pogba. C'est un joueur fantastique. Parfois, on lui donne une mauvaise image, mais j'aime beaucoup le joueur.
«Le Barça et Liverpool intéressés ? Ça fait toujours plaisir»
Comment gérez-vous l'excitation qui peut exister autour de vous ?
Je ne m'occupe pas de ça. Je laisse ça à mon agent et à ma mère. Moi, je ne m'occupe que du terrain. Je reste concentré là-dessus.

Est-ce facile ?
Oui. Comme je vous dis, je suis quelqu'un de calme, serein, j'arrive à faire la part des choses. Là, je ne suis concentré que sur l'Euro depuis que le rassemblement a débuté. Je ne m'occupe pas de tout ce qu'il se passe autour.

Quand on vous dit que des clubs comme le Barça ou Liverpool sont intéressés, qu'est-ce que cela vous fait ?
Ça fait toujours plaisir. Ce n'est pas une finalité. Je veux toujours progresser, continuer de jouer. Là, je veux gagner l'Euro avec tous les copains. Je vais tout faire pour, m'investir à 100% pour essayer de remporter la compétition. On verra ce qu'il se passe plus tard. Il me reste un an de contrat, je n'ai pas signé pro. Ma situation n'a pas changé depuis le début de saison. On en parlera après.»
Timothé Crépin
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :