Philippe Coutinho  of Barcelona celebrating a goal during Spanish King championship, football match between Barcelona and Sevilla, January  30th, in Camp Nou Stadium in Barcelona, Spain. (L'Equipe)
Espagne - Barcelone

Mais c'est quoi le problème avec Coutinho au FC Barcelone ?

Recrue la plus chère de l'histoire du Barça, Philippe Coutinho traverse une période de doute. Arrivé à l'hiver 2018 pour assurer la succession d'Andres Iniesta, il est loin d'assumer ce statut. Explications.

«J'ai toujours pensé que Coutinho était Andres Iniesta». Avec cette analogie, Robert Fernandez, secrétaire technique du FC Barcelone jusqu'à l'été dernier (remplacé depuis par Eric Abidal), annonce la couleur d'entrée lors de la conférence de présentation de Philippe Coutinho au Barça durant le mercato hivernal 2018. L'investissement de 160 millions d'euros bonus compris est énorme, constituant la recrue la plus chère de l'histoire du club et la troisième plus onéreuse de l'histoire du football. Mais le mariage a du sens. La légende Iniesta s'en va à la fin de saison, il faut boucher le vide laissé par le magicien espagnol et par le départ surprise de Neymar au PSG. De plus, le profil de Coutinho semble coller à l'ADN Barça.Omar da Fonseca, consultant BeIN Sports qui commente la Liga, partageait cet avis depuis août 2017. «Pour moi, il est l'homme idéal avec sa vitesse, sa technique, sa conduite de balle courte et son effervescence pour être le complément idéal à Messi et Suarez», expliquait-t-il à ce moment-là.

Des débuts prometteurs

La lune de miel entre Coutinho et le Barça débute parfaitement. Profitant de sa polyvalence et de la méforme d'Ousmane Dembele, le Brésilien compile dix buts et six passes décisives en vingt-deux rencontres lors de ses six premiers mois dans une position d'ailier gauche, avec notamment quelques superbes réalisations avec sa fameuse signature, la frappe enroulée lucarne opposée. Mieux encore, Coutinho termine la saison avec cinq buts en trois matches, laissant penser que la saison prochaine sera la sienne. Le football étant loin d'être une science exacte, depuis, rien ne se passe comme prévu.

«Il est méconnaissable, c'est devenu un joueur neutre»

Depuis le début de saison, Philippe Coutinho déçoit. Et c'est même un euphémisme. En vingt et un matches de Liga, le joueur a seulement marqué quatre fois et délivré deux passes décisives. Pire encore, sur les onze dernières rencontres disputées dans la compétition, Coutinho a seulement une petite passe au compteur. Une période de disette indigne de son talent, de son statut et de son prix. Le Coutinho électrique de Liverpool sous Klopp parait bien loin. «Il est méconnaissable, très moyen et neutre. J'ai l'impression qu'il joue avec de la crispation, sans aucune confiance. On sent la peur dans son jeu, il se contente juste d'essayer de ne pas perdre le ballon, de jouer en retrait pour ne pas faire de bêtises», observe Omar da Fonseca.

Une métamorphose difficile à expliquer

Si Philippe Coutinho n'a aucune circonstance atténuante pour justifier son mauvais rendement, les explications sont nombreuses, bien que ces dernières soient plus des interrogations que des réponses. La première concerne son utilisation. Autrefois un atout, la polyvalence de Coutinho semble désormais le desservir. Le joueur ne paraît pas assez percutant pour jouer ailier et pas assez fiable pour évoluer au milieu de terrain. En attaque, Ousmane Dembélé a pris de l'avance sur lui. Pareil pour Arthur au milieu. «Pour moi, son avenir n'est pas sur l'aile. Je le vois désormais beaucoup plus en tant que relayeur», tranche Omar da Fonseca. Pour le consultant Liga, cette option ne colle pas à la philosophie de jeu d'Ernesto Valverde. «C'est un coach un peu frileux. Pour faire jouer Coutinho au milieu, il faut oser, être audacieux. Valverde me semble trop prudent pour franchir le pas de manière durable», ajoute-t-il un brin fataliste. L'Argentin se pose même la question sur la compatibilité entre Coutinho et le Barça. «Peut-être que finalement, il est plus adapté à un jeu de transition, plutôt qu'à un jeu de position. Sous Klopp, il avait des espaces et le rythme pour semer le K.O dans la défense adverse. Au Barça, le jeu est plus posé, plus arrêté, plus cérébral, ça ne lui correspond peut-être pas», soumet Omar sans certitude.

Le soutien de tout un club

Alors que des rumeurs d'un départ au prochain mercato estival commencent à revenir avec insistance, Coutinho peut compter sur le soutien de ses partenaires, de son coach et même de son président. Fait rare, tous sont venus à la rescousse du Brésilien dans la presse. Messi lui a même laissé tirer un penalty lors de la victoire en Coupe du Roi contre le FC Séville (6-1) le 30 janvier afin qu'il reprenne confiance. Bartomeu, le président du Barça, a soutenu publiquement son joueur fin janvier : «Coutinho vit une période plus difficile mais je suis certain que dans quelques semaines nous le verrons meilleur. Contre Séville il a été à un grand niveau. Son arrivée est un pari sérieux, un investissement élevé et nous lui faisons confiance». Selon la presse espagnole, une réunion aurait eu lieu entre Valverde et Coutinho début février afin de trouver une solution pour sortir le Brésilien du doute. La solution privilégiée par le technicien semble de continuer à donner du temps de jeu à son joueur afin qu'il retrouve cette fameuse confiance. A voir si Philippe Coutinho saura saisir la main tendue de l'institution catalane...

Mehdi Elouar
Réagissez à cet article
500 caractères max
aliyerboub 16 févr. à 22:20

C,est un joueur qui manque de confiance. Il faudrait lui laisser le temps pour retrouver son meilleur niveau.

aliyerboub 16 févr. à 22:14

C'est un grand joueur qui manque de confiance. Il faudrait lui donner le temps nécessaire pour se remettre en confiance.

oskare68 16 févr. à 19:45

Il n'avait qu'a resté ou il était avant,qu'il ne pleure pas sur son sort.Et là le Barça continu d'acheter du lourd.Y a pas de pitié,si tu n'es pas bon tu cire et re-cire.