Soccer Football - Bundesliga - Bayern Munich v Eintracht Frankfurt - Allianz Arena, Munich, Germany - May 18, 2019   Bayern Munich's Franck Ribery celebrates scoring their fourth goal            REUTERS/Michael Dalder    DFL regulations prohibit any use of photographs as image sequences and/or quasi-video (Reuters)
Allemagne - 34e journée

Malgré la victoire de Dortmund, le Bayern est sacré champion avec un but sublime de Ribéry !

Dortmund a eu beau s'imposer sur la pelouse du Borussia M'Gladbach (0-2), le Bayern a largement battu Francfort (5-1) et remporte le 29e titre de champion de son histoire.

Le Bayern n'a (presque) pas tremblé

Le suspense n'était pas des plus haletants, et il n'a pas duré bien longtemps. Le Bayern n'avait en effet besoin que d'un petit point face à Francfort, ce samedi, pour être officiellement sacré champion d'Allemagne pour la 29e fois de son histoire. Mission accomplie, et dans les grandes largeurs (5-1). Après avoir fêté leurs héros, Robben et Ribéry, qui quitteront le club cet été mais qui ont tous deux débuté sur le banc, les Bavarois n'ont eu besoin que de quatre minutes pour ouvrir le score. A la réception d'un service parfait de Müller, Coman inscrivait son sixième but de la saison en Championnat d'un plat du pied droit imparable. Sans plusieurs parades de Trapp (Alaba 9e, Lewandowski 13e et 32e), un but refusé à Gnabry pour un hors-jeu de Lewandowski au départ (26e) et une barre trouvée par... De Guzman (31e), le Bayern, ultra-dominateur, aurait pu plier l'affaire bien plus tôt.

Il l'a finalement fait après le retour des vestiaires, une fois son hôte revenu au score grâce à un Haller opportuniste (50e). A ce moment précis, le Bayern n'était plus qu'à un but encaissé de se faire ravir le titre par Dortmund, qui menait de son côté à M'Gladbach. Un moment de doute qui n'aura duré que trois minutes, le temps, pour Alaba, de remettre les siens devant après un nouvel arrêt de Trapp qu'il avait bien suivi (53e). Renato Sanches, parfaitement servi par une talonnade de Coman, corsait l'addition dans la foulée (58e). Ribéry et Robben pouvaient alors faire leur dernière entrée dans cette Allianz Arena qui n'attendait que ça. Et ils fêtaient l'événement en inscrivant un but chacun. L'ancien Marseillais faisait exploser le stade suite à un enchaînement tout simplement sublime (72e). Le Néerlandais, lui, n'avait qu'à pousser le ballon au fond des filets sur un caviar d'Alaba (78e). Fin du film. Grâce à ce succès, Franck Ribéry, en larmes au coup de sifflet final, quitte la Bavière avec un neuvième titre de champion d'Allemagne en poche. Un record à la hauteur de l'immense histoire d'amour qu'il a vécue avec ce club.

Dortmund termine sur un succès

Comme ce fut le cas en Premier League, il a fallu attendre cette 34e et dernière journée de Bundesliga pour connaître le dénouement de cette saison. Mais du côté du BVB, la tâche s'annonçait compliquée. Si Francfort ne l'emportait pas contre le Bayern, un succès serait dans tous les cas inutile. Mais Dortmund a tout de même tenu à faire le boulot sur la pelouse de Mönchengladbach pour bien boucler son année (0-2). L'entame de partie a été difficile, aucune des deux équipes ne prenait la mesure sur l'autre. Puis, il y a eu cette merveille de frappe de Traoré qui s'écrasait sur la barre des buts gardés par Bürki.

Pour les visiteurs, il fallait attendre le temps additionnel de la première période pour réussir à cadrer une frappe. Pour 100% de réussite. Reus, le capitaine, envoyait dans la boîte et Sancho était à la conclusion d'un ballon mal dégagé (0-1, 45e). Une réalisation litigieuse, mais la VAR estimait que le ballon n'était pas entièrement sorti sur le centre de l'Allemand. Le douzième but de l'international anglais cette saison en Championnat. Au retour des vestiaires, les hommes de Lucien Favre prenaient le contrôle total de la rencontre. On retrouvait Reus dans tous les bons coups, lui qui revenait de suspension après son expulsion contre Schalke. D'abord, il butait sur Sommer (52e), mais il était ensuite servi sur un plateau par Pulisic et n'avait plus qu'à pousser le ballon au fond (0-2, 54e). Dortmund continuait de mettre la pression sur Gladbach. Elvedy était tout heureux de voir sa déviation finir le poteau, et était tout proche d'un but contre son camp (59e). C'était ensuite Guerreiro qui manquait de peu le cadre (83e). Dortmund aura payé très cher sa mauvaise passe du mois de février, sa débâcle contre le Bayern (5-0) ou sa défaite dans le derby de la Ruhr (4-2). L'équipe conclut sur une belle note mais termine à deux longueurs des Munichois.
B. Ro. et J.D.
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :