Soccer Football - Premier League - Manchester United v Chelsea - Old Trafford, Manchester, Britain - August 11, 2019  Manchester United's Marcus Rashford celebrates scoring their third goal with team mates   REUTERS/Phil Noble  EDITORIAL USE ONLY. No use with unauthorized audio, video, data, fixture lists, club/league logos or
Angleterre - 1ere journée

Man United, un départ canon face à Chelsea !

4-0. Un score difficilement prévisible pour ce début de Championnat entre Manchester United et Chelsea, mais les coéquipiers de Paul Pogba ont mis au supplice ceux de Kurt Zouma. Un départ idoine qui permet à United de prendre une place sur le podium.

La leçon : United, les rois de la fulgurance

C'était le choc de la reconstruction, ou presque. Une équipe à domicile qui a subi le braquage à l'anglaise du mercato anglais alors qu'elle se cherche une stabilité - Wan-Bissaka pour plus de 50 millions d'euros, Maguire pour plus de 80 - face à une autre qui, après quelques années de faste irrégulier, a subi le joug de l'UEFA et de son interdiction de recrutement. Ainsi, Man United et Chelsea voyaient leurs ambitions à la baisse en pré-saison. Sans pour autant galvauder l'envie de bien débuter. À ce jeu, United y est gagnant. D'une drôle de façon. Car Chelsea a touché deux fois les poteaux, s'est parfois créé les meilleures opportunités et semblait longtemps maître d'un match tout en transitions et en vitesse. Mais Man United a donné une leçon de pragmatisme. «Action ? But» La maxime de Thierry Henry à propos du Real s'applique ce dimanche aux hommes d'Ole Gunnar Solskjaer.
Les Blues de Lampard ne pouvaient que constater les dégâts
Car avec ce penalty obtenu contre le cours du jeu après une faute de Zouma, Marcus Rashford envoyait le cuir dans la lucarne (18e). 1-0, puis 2 avec Anthony Martial après l'heure de jeu (65e) après un centre d'Andreas Pereira, et enfin trois grâce à une nouvelle réalisation de Rashford (67e). Paul Pogba lui offrait une passe tendue en profondeur, la spéciale de La Pioche, avant une finition clinique du jeune attaquant anglais. Les Blues de Lampard ne pouvaient que constater les dégâts, malgré la ribambelle d'occasions (4e, 12e, 31e, 35e, 39e, 40e, 56e, 94e...). Daniel James, recrue entrée en jeu pour United, concluait le festival (81e). Quant à Lampard, l'entraîneur pourra retrouver l'intégralité de son effectif ces prochains jours, avec Kanté et Pulisic qui n'ont participé qu'à quelques minutes à Old Trafford. Histoire de se redonner confiance...

Le gagnant : Andreas Pereira, dans l'ombre

Contrairement aux nombreux auriverde des Championnats occidentaux, il n'a pas le patronyme qui claque le plus. Andreas Pereira est qui plus est un remplaçant (logique) à Old Trafford. Même pas un supersub, juste un homme de banc. Mais, aligné dès la première journée, il se pourrait bien que son statut change avec. Car son match a été bon face à Chelsea, jusqu'à sa sortie sous l'ovation (74e). Très actif sans ballon - 7 tacles réussis notamment -, il a réussi à trouver un souffle nouveau à la récupération du ballon pour être important entre les lignes, même s'il doit encore faire davantage. Pour ponctuer le tout, le Brésilien permettait à United de souffler un peu et d'entamer son road trip vers l'extase en offrant à Martial le ballon du deuxième but sur un centre millimétré.

Le perdant : Défense cata, sursaut... pas là

On pourra souligner le manque de chance des hommes de Lampard, qui ont cruellement manqué de réalisme pour pouvoir espérer quelque chose à Old Trafford. Ce poteau de Tammy Abraham dès la quatrième minute, par exemple. Mais au-delà ce facteur baraka, c'est la défense des Blues qui fait flipper pour cette entrée en lice. Zouma est passé à côté, et à voir les grands espaces laissés au fil des minutes, c'est à se demander comment les flèches Martial, Rashford et Lingard n'en ont pas profité avant. La fin de match a encore davantage mis en lumière ces faiblesses. Au grand dam de Frank Lampard. Il y a du pain sur la planche. - A.B.
Réagissez à cet article
500 caractères max
Gaucho 12 août à 8:49

Ngolo Kante et consort vont vite se demander ce qu ils sont en train de faire à rester å rester dans ce club qui part å vau l eau, qui ne peut pas recruter, et dont on ne sait trop l avenir britannique de leur président investisseur. Plus un Brexit dur qui se dessine de plus en plus et qui va leur faire perdre au bas mot 20 % de leur salaire avec la chute de ka livre ....

ADS :