Soccer Football - Africa Cup of Nations 2019 - Group C - Senegal v Algeria - 30 June Stadium, Cairo, Egypt - June 27, 2019  Senegal's Sadio Mane in action with Algeria's Riyad Mahrez   REUTERS/Amr Abdallah Dalsh (Reuters)
CAN 2019 - Groupe C

Mané, comme un Lion en cage lors de Sénégal-Algérie

Face à une Algérie solide, Sadio Mané n'a pas réussi à peser et a vu son équipe flancher (0-1). Muet offensivement et spectateur défensivement, le Sénégalais ne s'est pas hissé à son top niveau de fin de saison. On revient sur son match.

«On fait partie des favoris, on ne va pas se le cacher. (...) Je suis même prêt à échanger une Ligue des champions contre une CAN.» Sadio Mané avait annoncé la couleur dans nos colonnes cette semaine : La CAN est dans sa ligne de mire. C'est donc avec des fourmis dans les jambes qu'il a entamé son tournoi contre l'Algérie, lui qui était suspendu pour le premier match des Lions de la Teranga face à la Tanzanie (2-0). Mais dans une partie hachée par les fautes et érodé par l'enjeu, l'attaquant de Liverpool, noté 4 par FF, n'a pas vraiment sorti son épingle du jeu. Avec 54 ballons touchés et seulement un tir, sa performance a été en deçà de ses standards. Pourtant, ses débuts semblaient prometteurs. Excentré côté gauche, le numéro dix sénégalais débordait tout en puissance et mettait un raffut autoritaire à Atal mais son centre en retrait mal était mal ajusté (4e). Le ton était donné.

Lire :
-L'Algérie se paye le Sénégal
-Les notes du match
L'arbitre aurait dû lui accorder un penalty.
Dans la foulée, le joueur des Reds usait de sa patte technique pour combiner (12e) ou fixer son vis-à-vis afin de créer le décalage (20e). S'il s'est complètement manqué sur coup franc direct (22e), il a continué à appuyer là où ça fait mal : dans la profondeur. Bien lancé par Keita, Mané prenait de vitesse Atal qui se voyait contraint de l'arrêter irrégulièrement (24e). Sans conséquence. Puis, le Liverpuldien s'est éteint une bonne demi-heure, trop isolé dans son couloir. On le sentait démuni, la tête dans les chaussettes. Avant de redonner un coup de collier après l'ouverture du score adverse. Les Algériens, prévenants, s'y mettaient à deux, voir trois, pour l'arrêter. Ou n'hésitaient pas à faire faute pour le stopper. À l'instar de ce contre ultrasonique où il crochetait Benlamri et se faisait faucher irrégulièrement. Ou de cette situation dans la surface où l'avant-centre d'1,75 mètres se faisait cisailler dans les 16 mètres. Mais l'arbitre ne bronchait pas (72e). Et Sadio Mané ne trouvait finalement pas la solution.

À l'abandon défensivement

Si, offensivement, il a apporté sans relâche mais sans réalisme, son rendement défensif a quant à lui été quasi nul. Le natif de Sédhiou a souvent laissé Sabaly défendre seul face à Mahrez. Et ne cherchait pas non plus à suivre le remuant Atal, lorsque ce dernier, bien en jambes après la pause, apportait le surnombre. Mané préférait rester dans l'attente d'une contre-attaque, pour exploiter son explosivité. Mais preuve en est que c'est de son côté gauche qu'est venue l'ouverture du score algérienne (0-1, 49e). Il devra sûrement hausser le ton pour atteindre son objectif final...
Augustin Audouin
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :