ben arfa (hatem) kamara (boubacar) (F.Faugere/L'Equipe)
Ligue 1 - 7e journée

Marseille-Bordeaux : Zoom sur la première d'Hatem Ben Arfa

C'était l'un des événements de ce week-end de Ligue 1 : le grand retour d'Hatem Ben Arfa avec son nouveau club des Girondins de Bordeaux, HBA a livré une heure intéressante. Mais il a aussi surtout pu se rendre compte des carences de sa nouvelle équipe dans le secteur offensif.

Ça fait du bien de le revoir dans cette Ligue des Talents. Et ce n'est pas avec tous les joueurs que l'on peut dire ça. Mais sur la pelouse d'un Vélodrome qu'il a tant connu au milieu des années 2000, Hatem Ben Arfa a fait son retour en Ligue 1. Championnat qu'il avait quitté en mai 2019, après une saison au Stade Rennais où on avait bien senti que les qualités étaient encore là plus que jamais. Alors vers 20 heures, quand le compte Twitter des Girondins de Bordeaux a annoncé que le numéro 8 était déjà dans le onze de Jean-Louis Gasset, l'intérêt pour cet OM-Bordeaux était tout autre. Avec cette question centrale : après une deuxième partie de saison sans saveur du côté du Real Valladolid (158 minutes de Liga, 5 apparitions), où en est vraiment Hatem Ben Arfa à 33 ans ? 66 minutes plus tard, on a envie d'observer la suite. S'il a été nettement moins en vue en seconde période, Marseille resserrant quelque peu les espaces pour le servir et Ben Arfa, pas à 100% physiquement, ayant de moins en moins de lucidité, il y a des choses à retenir du premier acte.

Lire : L'OM écarte assez facilement Bordeaux

Il a fait trembler les filets

D'abord peu de déchet dans ses intentions. Avec plus de 80% de passes réussies, Hatem Ben Arfa a été à l'origine des meilleurs mouvements des siens. C'est simple, si HBA ne touchait pas le cuir, Bordeaux ne parvenait jamais à atteindre les vingt derniers mètres marseillais. Positionné en numéro 10 assez libre derrière Nicolas De Préville, l'ancien Niçois n'hésitait pas à redescendre assez bas pour toucher le cuir et initier une action (9e). Ce fut aussi le cas peu après le quart d'heure de jeu : à l'origine pour faire accélérer le ballon, Ben Arfa s'appuyait sur Rémi Oudin qui lui remettait subtilement dans la profondeur après un superbe appel de son coéquipier. Face à Steve Mandanda, l'international français (15 sélections) ne tremblait pas et égalisait. Mais il était signalé hors-jeu (17e). Surveillé par Boubacar Kamara et Valentin Rongier, Ben Arfa continuait d'être intéressant en alliant précision et vitesse (24e, 28e). Mais sa place, c'est bel et bien en position de numéro 10. Car dès qu'il s'exilait sur un côté comme à la demi-heure, les attentes n'étaient pas les mêmes et sa position requérait un investissement défensif. Exemple à la 33e minute où, sur le côté droit, il était complètement spectateur d'un mouvement marseillais dans les trente derniers mètres des Girondins. La défense, on le sait, n'a jamais été son fort. L'idéal pour Bordeaux est de délester sa seule recrue de l'été des tâches défensives afin qu'il garde toute sa fraîcheur pour animer le secteur offensif girondin.
Car l'un des autres enseignements de cette première soirée d'Hatem Ben Arfa est bien celui-là : le natif de Clamart a pu se rendre compte du chantier de sa nouvelle équipe en attaque. C'est une constante depuis le début de saison : les criantes difficultés bordelaises à créer du jeu, des étincelles pour mettre la panique dans la défense adverse. Même pas encore totalement au point question condition physique, on a vu que Ben Arfa pouvait faire déjà du bien. Il a même été le meilleur élément des siens devant... À se demander si on ne va pas déjà très, très vite parler d'une HBA dépendance...
Timothé Crépin
Réagissez à cet article
500 caractères max
Heraclite 18 oct. à 11:24

Il reste beucoup de linge à laver au "Génie sans bouillir".

maximumuse 18 oct. à 8:10

dans 3 mois, il jouera où ?

voir toutes les réactions
ADS :