Martin Adeline (L'Equipe)
Ligue 1 - Reims

Martin Adeline : «La santé de ma maman est plus importante que le foot»

Après Aouchiche et Kouassi, Paris vient de perdre un nouveau talent, le tout jeune Martin Adeline (16 ans), qui vient de s'engager à Reims. Mais cette fois, les circonstances ne sont pas du tout les mêmes... (Crédit : Stade de Reims)

Ce pourrait être une belle histoire si, au cœur de ce départ, il n'y avait un drame, celui d'un fils et d'une mère. Par amour pour elle, le jeune milieu de terrain Martin Adeline a choisi de quitter le Paris-SG, où il était un authentique espoir, pour Reims, afin de poursuivre son rêve de footballeur et d'endosser son rôle de chef de famille, à 16 ans et demi. Il a accepté, pour France Football, de raconter cette histoire, son histoire.

«Martin, vous venez de vous engager avec Reims alors que le PSG vous proposait un contrat pro, à seize ans. Pourquoi ?
Cela fait quatre ans que j'étais en internat au PSG, tout se passait bien. Et puis, il y a cet événement qui est venu tout chambouler. Pendant le confinement, ma mère a eu les résultats de prises de sang qu'elle venait de faire, et ça n'était pas bon. Elle a un gros problème de santé. Et la santé de ma maman, c'est plus important que le foot.

Vous avez pensé tout arrêter ?
Non, je ne me suis jamais posé la question. Je rêve toujours d'être footballeur. Même si je quitte le PSG, je ne renonce en rien à mon ambition de jouer au haut-niveau. C'est pour cela que j'ai choisi Reims, cela me permet de continuer dans un club qui est en train de redevenir un grand club, avec des installations super modernes, tout en étant proche de ma maman. Je souhaitais absolument me rapprocher d'elle, c'est elle qui m'a élevé, seule. Là, j'aurai cette proximité. On est d'Epernay (NDLR : à une trentaine de kilomètres de Reims).

Il n'y avait pas d'autres solutions ?
Si. Le PSG m'a proposé trois ans de contrat pro et était prêt à me laisser le temps que je voulais auprès d'elle, pour qu'elle se remette. Je tiens d'ailleurs à souligner la classe du club et l'humanité de Jean-François Pien (directeur du centre de formation du PSG) et d'Angelo Castellazzi (le directeur sportif adjoint, bras droit de Leonardo). Ils ont été très élégants.

Cela vous a surpris de la part des dirigeants parisiens ?
Ils ne montrent pas toujours forcément ce qu'ils pensent, mais dans mon cas, je peux dire que le PSG a tout fait pour que je reste. C'est valorisant. Mais ma décision était prise.

Aviez-vous vraiment le choix ?
Ce n'est pas que je n'avais pas le choix, c'est que c'est mon choix. Je l'ai fait tout seul, même si j'ai été bien conseillé par mon agent, Guillaume Sola, qui m'a écouté et a fait un merveilleux boulot. Il a fait le maximum, m'a beaucoup aidé en tant que footballeur, mais aussi en tant qu'homme. Car ce ne sont pas des décisions que tu prends à 16 ans et demi, normalement... Mais je sais que j'en ressortirai grandi, à la fin.

Reims vous voulait à votre départ pour Paris, à l'âge de 12 ans. Ça aura pris un peu plus de temps que prévu...
C'est un retour aux sources. A l'époque, Troyes, Metz et Reims me voulaient, d'ailleurs, je faisais des tournois internationaux avec ces équipes, c'est comme ça que le PSG m'a repéré. Mais quand on est jeune, on rêve toujours de jouer pour Paris. C'était la meilleure solution à l'époque, je ne regrette rien, j'ai beaucoup appris. Mais aujourd'hui, la meilleure solution, c'était d'aller à Reims.»

Arnaud Tulipier
Réagissez à cet article
500 caractères max
ghys59 31 juil. à 19:40

Au moins lui connait les priorités. J'espère qu'il s'occupera bien de sa maman, pour qu'elle guérisse complètement, et qu'il percera dans le foot au plus haut niveau. Bravo!

ADS :