debuchy (mathieu) (A. Martin/L'Equipe)
Ligue 1 - Saint-Etienne

Mathieu Debuchy (Saint-Etienne) : «Je me disais : "Mathieu, tu aurais pu être là"»

Au gré d'une demi-saison en boulet de canon avec l'AS Saint-Étienne, Mathieu Debuchy a retrouvé ses sensations. Ses périodes noires, son retour au plus haut niveau, le train raté de justesse pour la Coupe du monde 2018... Le latéral stéphanois, peu bavard dans les médias, s'est confié dans le prochain FF.

Comment il a vécu la Coupe du monde

«(Il souffle) T'as deux sentiments. Tu te dis que t'es très heureux pour eux, pour l'équipe de France, pour le pays, pour le football français. Que c'est magnifique et extraordinaire. Comme un supporter lambda en fait. Et d'un autre côté, tu te dis que t'aurais pu faire partie de l'aventure, être un membre de cette équipe, et que tu t'es donné tous les moyens d'y être en plus. Et encore plus pour moi... Je reviens du bas. Du plus bas. Je me suis donné à fond pendant quatre mois pour retrouver mon niveau. Plus les matches s'enchaînaient, plus j'y pensais tu sais ! T'as une déception... Une grande déception. J'y ai pensé tout au long de la compétition. Je me disais : "Mathieu, tu aurais pu être là"».

Son arrivée à l'ASSE

«Je me suis posé pas mal de questions au départ : "Est-ce que mon corps va tenir ?", "est-ce que physiquement je ne vais pas être à la rue les premiers matches ?", "est-ce que je vais bien tenir mon rôle ?"... Je voulais apporter un plus. Saint-Étienne était en danger niveau classement et m'avait tendu la main. Je ne voulais pas décevoir le coach Gasset. D'un autre côté, je savais ce que je valais. Il fallait juste que je me remette bien physiquement.»

Les moments difficiles lors des blessures

«Je suis fier de moi. Je suis encore et toujours vivant après tout ça. À ma place, il y en aurait pas mal qui se seraient arrêtés ou qui seraient retombés plus bas au niveau des divisions. Moi, j'ai eu la chance d'avoir un mental assez fort qui m'a permis de revenir à chaque fois, de ne pas abandonner.»

Son retour sur le devant de la scène

«Il y a un an en arrière, les gens ne savaient limite plus ce que je faisais... J'ai eu des personnes qui me demandaient si j'avais arrêté le football. Tu reviens sur le devant de la scène et puis d'un coup, comme par magie, tu reçois des messages, des appels de partout. Ça fait partie du football. Je ne suis pas surpris.»
Johan Tabau
Mathieu Debuchy : «Je me disais : "Mathieu, tu aurais pu être là"», un entretien de six pages à retrouver dans France Football en kiosque mardi ou ici en version numérique.

A lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max
olivier30 1 août à 8:17

moi aussi !!!mais il faut jouer au foot pour y être

boupka 31 juil. à 16:40

Il faut toujours faire des choix et au vu des résultats de Deschamps, ses choix ont été bons.pavard a été une révélation. Je peux comprendre Debuchy,mais il revenait de trop loin.

jeanpierre13 31 juil. à 9:37

Debuchy s’est refait un look intégral. Le gars discret, bosseur, humble, s’est mué en diva des médias distillant sa rancoeur à qui veut bien prêter l’oreille..Je préfère le 1er ! De là d’où tu viens Mathieu estimes toi heureux d’avoir retrouvé ton niveau. DD bâti pour 2022 et ta carrière est déjà belle. Profites..