Mathieu Flamini, un homme d'affaires qui pèse. (J. Faure/L  'Equipe)
Eco

Mathieu Flamini fait son entrée dans le top 500 des fortunes françaises

Selon Challenges, Mathieu Flamini entre dans le Gotha des fortunes professionnelles françaises.  

Même s'il a démenti en mars dernier dans un entretien au magazine L'Equipe les chiffres fous qui couraient sur le montant de son compte en banque (30 milliards d'euros !), Mathieu Flamini n'en fait pas moins son entrée dans le classement des 500 plus grosses fortunes professionnelles françaises dévoilé cette semaine par Challenges. Selon le magazine économique, l'ancien milieu international de 34 ans pèse 200 millions d'euros, ce qui le classe au 395e rang du Gotha économique hexagonal.

Entre Albin Michel et Gérard Darel

Loin donc de ce que lui prêtait la rumeur, laquelle confondait allègrement sa fortune professionnelle avec la valeur du marché que l'ancien joueur de l'OM, d'Arsenal et de l'AC Milan vise avec GFBiochemicals, l'entreprise dans laquelle il est associé avec un homme d'affaires italien pour produire de l'acide lévulinique, une molécule qui peut se substituer au pétrole pour créer des dérivés plastiques à partir de déchets de bois ou de résidus de maïs.
A lireFlamini: «Je ne me suis pas lancé dans cette activité pour gagner de l'argent»
La fortune estimée de l'actuel joueur de Getafe, 8e du dernier Championnat espagnol, le situe au même niveau que les héritiers de l'éditeur Albin Michel ou que les propriétaires des vêtements Gérard Darel. Il est le seul sportif professionnel du classement où apparaissent en revanche plusieurs acteurs de l'économie du ballon rond et plus largement du sport. La plupart ont vu leur fortune progresser en un an.

Jean-Michel Aulas du 419e au 153e rang

Celle de François Pinault, actionnaire principal du Stade rennais, a même quasiment triplé en trois ans, selon Challenges. L'actionnaire principal de Kering (distribution, luxe) est la 6e fortune française (et la 30e mondiale selon le magazine Forbes) avec une pelote estimée à... 30 milliards d'euros (et là, ce n'est pas une rumeur !).
Jean-Michel Aulas (27% de l'Olympique Lyonnais, holding Holnest) passe en un an du 410e au 153e rang (fortune estimée à 600 M€). Figurent aussi dans les «500» Jérôme Seydoux, propriétaire des cinémas Pathé et autre actionnaire de l'OL (1,2 Mds, 71e fortune française) ; Olivier Sadran, actionnaire principal du Toulouse FC (252e) ; Laurent Batteur, PDG du groupe pharmaceutique qui porte son nom et copropriétaire du SM Caen (292e) ; Loïc Fery (FC Lorient, 373e) et la famille Nicollin (Montpellier HSC, 473e).
Si Mathieu Flamini est le seul footballeur du classement de Challenges, c'est grâce à son investissement dans la chimie. Car même les salaires élevés des top joueurs français (et leurs contrats publicitaires) ne suffisent pas pour passer le «cut». Il fallait cette année une fortune d'au moins 140 millions pour figurer dans «la» liste. Il faudra quelques années d'économies à Kylian Mbappé pour atteindre ce seuil. Selon Challenges, le joueur du PSG et de l'équipe de France perçoit une rémunération annuelle brute de 10,6 millions d'euros.
Réagissez à cet article
500 caractères max