mbappe (kylian) *** Local Caption *** EXCLU FRANCE FOOT (L'Equipe)
Ligue 1 - Grand Format

Mbappe Lottin, le nouveau joyau de la Principauté

A peine 17 ans et déjà sur les tablettes des plus grands. FF a essayé de mieux connaître le phénomène Kylian Mbappe Lottin, jeune attaquant de l'AS Monaco qui pourrait très rapidement se faire un nom. Découverte.

S'il existait un Scrabble des noms propres, son patronyme rapporterait 22 points. Mais dans quelques années, sa valeur pourrait grimper, grimper et encore grimper. Son nom : Kylian Mbappe Lottin. Date de naissance : 20 décembre 1998. Particularité : il a découvert la Ligue 1 à seize ans et onze mois avec Monaco et tous les plus grands clubs sont sur sa trace. En décembre dernier, le JDD détaillait, par exemple, que le PSG, le Borussia Dortmund et le Bayern Munich suivaient attentivement sa situation. Début janvier, le journal L'Equipe annonçait que le Real Madrid ou encore Liverpool étaient également de la partie.

Jardim : «J'ai toujours pensé que le talent n'attendait pas le nombre des années»

C'est que ce Kylian Mbappe Lottin doit avoir quelque chose. Ainsi, Leonardo Jardim, l'entraîneur de l'AS Monaco, où évolue ''KML'', n'a pas hésité à le lancer pour la première fois dans le grand bain de la Ligue 1 le 2 décembre dernier. Monaco recevait Caen et le jeune Kylian remplaçait alors Fabio Coentrao pour arracher la victoire. Sans succès (1-1). «Kylian a un grand potentiel mais a encore beaucoup de travail avant d'atteindre le haut niveau, expliquait Jardim en fin d'année dernière. J'ai toujours pensé que le talent n'attendait pas le nombre des années.»

Depuis, Kylian a fait deux nouvelles entrées en Ligue 1 (Saint-Étienne et Toulouse) et en Coupe de la Ligue (Bordeaux). Il a même été titularisé en seizièmes de finale de Coupe de France mi-janvier sur le terrain de l'ETG (3-1 a.p.). Ludovic Soares, défenseur évianais, en a un très bon souvenir. «Je l'ai beaucoup aimé. J'ai apprécié sa vitesse, sa percussion, sa capacité à faire de nombreuses feintes. Malgré son jeune âge, il est déjà difficile à défendre. J'ai eu l'impression que cet attaquant pouvait aller très haut.»

Cristiano Ronaldo, «c'est vraiment son idole»

Mbappe lottin (kylian) contre Bordeaux en Coupe de la Ligue.  (L'Equipe)
Mbappe lottin (kylian) contre Bordeaux en Coupe de la Ligue. (L'Equipe)
Mais à en croire ses proches, n'allez pas lui parler de toutes ses rumeurs. «Je peux vous garantir qu'il ne s'en occupe pas, explique Jirès Kembo-Ekoko, son demi-frère, ancien Rennais, qui joue aujourd'hui à Al Nasr aux Emirats. J'étais encore avec lui il y a quelques jours, on n'en a même pas parlé !» «Il est tranquille. Dans son esprit, il vit une étape, prolonge Wilfried, le papa, éducateur à Bondy, là où ses deux enfants ont commencé à caresser le ballon. Il a des rêves de grandeur, on lui donne des conseils par rapport à notre expérience. Mais on n'organise pas de réunion de famille pour lui dire de faire ci ou de faire ça.»

«C'est plus qu'un passionné, c'est un taré»

Un frère footballeur professionnel, un père qui baigne dans le ballon rond depuis plus de vingt ans et une mère qui a été handballeuse au haut niveau : vous l'avez compris, le garçon est bien entouré et a très vite basculé dans le sport. «C'est plus qu'un passionné, c'est un taré, lance son papa dans un éclat de rires. Je travaille dans le milieu et il arrive presque à m'en dégoûter tant il est à fond 25h/24. Il regarde tout. Il a toujours voulu s'inspirer de ses idoles, notamment avec l'essor d'Internet, de Youtube et des jeux vidéos. Il était capable de regarder quatre à cinq matches de suite.»

«Sa première idole, c'était moi, en rigole Jirès Kembo-Ekoko. Quand j'étais à Clairefontaine ou à Rennes, il était toujours avec moi.» Et question idoles, si le frère nomme Ronaldinho ou Zidane, le père insiste surtout sur un certain Cristiano Ronaldo, «c'est vraiment son idole depuis des années maintenant».

«On s'est vite aperçu qu'il avait un potentiel»

Des posters de ces stars partout dans la chambre, des un contre un à la maison avec le grand frère Jirès, jusqu'à prendre sa première licence à l'AS Bondy (93) à l'âge de six ans. Le début de l'histoire. Avec un papa jamais très loin. «Je ne crois pas avoir raté une année avec lui, je l'ai eu tous les ans.»

Les années passent, Kylian joue avec les amis de son frère en vacances et est rapidement surclassé en club pour affronter des joueurs âgés de deux voire même trois ans de plus que lui. «On s'est vite aperçu qu'il avait un potentiel supérieur aux joueurs de son âge, reconnaît Jirès Kembo-Ekoko. Dans sa façon d'éliminer, de dribbler, de marquer, ...» «Quand il a commencé le foot à 7, on voyait bien qu'il avait quelque chose, renchérit le père. On a commencé à se dire ''olala'', mais sans imaginer non plus qu'il ferait carrière

La FFF le surveille

Kylian connaît alors le même parcours que Jirès : Bondy, INF Clairefontaine. Avant de s'envoler pour Monaco en 2013. Le rêve prend forme. «On avait, comme d'habitude, longtemps réfléchi en famille, se rappelle Kembo-Ekoko. On avait senti le feeling qui passait bien avec Monaco.» Avec une trajectoire telle, il n'a évidemment pas échappé au radar de la FFF, même s'il a fallu attendre un petit bout de temps avant de le voir intégrer les sélections de jeunes.

«On le suivait et on continue à le suivre», promet Jean-Claude Guintini, le sélectionneur des U17 qui l'avait convoqué pour un rassemblement en Espagne à la fin du mois de janvier. Kylian Mbappe Lottin a dû déclarer forfait, blessé jusqu'à la fin février à cause d'une torsion testiculaire. «Il est prometteur, poursuit Guintini, il a un style intéressant dans la percussion et dans son intelligence de jeu.»

«Quand tu as goûté au haut niveau...»

Kylian Mbappe et son papa, Wilfrid) (L'Equipe)
Kylian Mbappe et son papa, Wilfrid) (L'Equipe)
Son ascension a d'ailleurs pris un sérieux coup d'accélérateur en 2015. Son père, Wilfried, raconte. «Il a commencé la saison avec les U19 de Monaco, mais il était au-dessus du lot. Je crois qu'il a mis cinq ou six doublés de suite. Il a ensuite rejoint l'équipe réserve, en CFA, où il faisait également la différence. Et lors d'une trêve internationale, le coach l'a envoyé avec les pros. Depuis, il n'en est plus sorti. C'est une évolution rapide, mais il ne sort pas d'un chapeau !»

Même ses proches ne croyaient pas à une arrivée si rapide aux côtés des Toulalan, Lemar ou Moutinho. Et même si son gabarit n'est pas si impressionnant, son coup de rein, loué par les observateurs, semble faire la différence. «A Monaco, je le sens bien, il travaille pour gratter le plus de minutes possible. Quand tu as goûté au haut niveau, tu veux vite y revenir, constate Jirès Kembo-Ekoko. Il s'en donne les moyens avec toujours cette même passion pour le foot. Parce que s'il n'a pas un ballon entre les pieds, ça ne va pas !»

La priorité de Monaco : le prolonger

Jusqu'où peut donc aller le phénomène Mbappe ? Une chose est sûre : on devrait en entendre parler d'ici la fin de la saison. Son contrat aspirant prend en effet fin en juin prochain et l'AS Monaco souhaite absolument lui faire signer un premier contrat professionnel pour ne pas se le faire chiper. Fin décembre, le JDD avançait même une prime à la signature d'un million d'euros pour le convaincre de rester. Signe que le club de la Principauté tient à son joyau.

«Aujourd'hui, les rumeurs sont ce qu'elles sont, rétorque Wilfried le papa. Il est en fin de contrat, il a évolué en Ligue 1. Tout ce qu'il veut, c'est jouer.» Le temps de jeu serait effectivement un facteur clé dans les négociations entre les deux parties. Ce que Wilfried Mbappe conteste. «Le temps de jeu, c'est compliqué à déterminer. On ne va pas faire des promesses qui ne seraient pas tenues dans le futur. On est en réflexion et en discussion régulièrement avec l'ASM. On ne se fixe pas de date, ils ne nous mettent pas la pression non plus. Kylian veut jouer les matches, d'autant plus en Ligue 1, sa motivation est là.»

«Un joueur qui fait le spectacle»

«On n'a même pas besoin de le mettre dans les meilleures conditions parce que c'est quelqu'un qui a vraiment la tête sur les épaules, insiste Jirès, le demi-frère. Je veux juste lui conseiller de garder cet amour qu'il a pour le foot. Ensuite, en progressant, on verra ce qu'il se passera. C'est un joueur qui fait le spectacle, qui apporte le sourire aux gens tout en étant efficace. C'est ça qui manque un peu aujourd'hui dans le foot.» S'il arrive à ce niveau, tout le monde saura alors écrire son nom en toutes lettres.
Timothé Crépin 
Réagissez à cet article
500 caractères max
Madridista_7 4 févr. à 13:35

Monaco va le faire progresser,il doit rester et apprendre j'espère le voir jouer plus ca a l'air d'être un futur grand joueur,je lui souhaite de réussir!!il me atteindre les sommets avec Monaco...

OmendFC 3 févr. à 11:45

Quid de ses origines camerounaises? Est ce une volonté délibérée ou un manque d'information?

ThuGStyle 2 févr. à 12:08

Blablabla encore et encore la même chose encore un mec qui va finir comme Cabella Thauvin sa promet !

racimg 2 févr. à 11:54

Il faut qu'il reste à Monaco c est le club idéal pour progresser après il ira et il joues dans un top club Mondial comme martial

ADS :