ben arfa (hatem) (F. Faugere/L'Equipe)
Transferts

Mercato : cinq destinations pour Hatem Ben Arfa, qui va quitter Rennes en fin de contrat

«Hatem Ben Arfa ne sera plus au Stade Rennais la saison prochaine.» Ce sont les mots du président Olivier Létang. A 32 ans, l'attaquant va donc s'offrir un dernier challenge en France ou à l'étranger. FF a pensé à cinq destinations.

FC Séville

Après avoir soufflé le chaud et le froid en Ligue 1 et en Premier League toute sa carrière, pourquoi ne pas découvrir un nouveau pays, un nouveau Championnat et une nouvelle culture ? L'Espagne et sa Liga en guise de destination privilégiée ? L'Andalousie, plus précisément. Son conseiller Michel Ouazine aurait déjà rencontré, fin mai, le directeur sportif sévillan Monchi, selon les informations de Ouest France. Ainsi que les dirigeants du Bétis Séville, également intéressés par un potentiel recrutement. Et si l'ancien Niçois est vraiment intéressé, il doit sûrement attendre impatiemment l'identité des deux futurs coaches qui prendront place sur les bancs andalous pour mûrir sa décision.

Borussia Monchengladbach

On sait que l'Allemagne porte un regard attentif sur les acteurs de Ligue 1. Le Borussia Monchengladbach en a fait l'expérience heureuse en recrutant, l'été dernier, Alassane Plea, auteur de 12 buts cette saison en Championnat. Les Allemands, qualifiés pour la C3, seraient inspirés d'attirer Hatem Ben Arfa dans leurs rangs pour former de nouveau un duo lourd de 23 buts lors de la saison 2015-2016 avec l'OGC Nice. Le natif de Clamart y trouverait aussi un ultime défi qui plus est dans un Championnat au football spectaculaire et aux stades pleins qui se marie parfaitement à sa philosophie.

Besiktas

Voilà bien des années que le club stambouliote lui fait les yeux doux. En 2014, déjà, alors qu'il était invité à se trouver un nouveau point de chute par Newcastle, Hatem Ben Arfa voyait Besiktas remuer ciel et terre afin de le convaincre de déposer ses valises au Vodafone Park. Sans succès. Depuis, les Aigles noirs n'ont jamais vraiment lâché l'affaire et pourraient bien remettre le couvert cet été. Et pour cause, depuis quelques jours maintenant, de nombreux bruits venus de la presse turque indiquent que le champion de Turquie 2016 et 2017 tenterait, à nouveau, d'enrôler Ben Arfa. Avec pour espoir, cette fois, de mener à bien sa mission. Affaire à suivre.

Everton

Sa fin d'aventure outre-Manche avait des allures de cauchemar. Mis sur la touche par Alan Pardew à Newcastle à l'été 2014, Hatem Ben Arfa pliait bagage pour Hull City. Après quatre mois catastrophiques, son expérience tournait de nouveau au vinaigre en raison d'une bisbille avec son entraîneur, Steve Bruce, lequel déclarait plus tard que l'international français «n'était pas digne de son équipe». L'échec était cinglant. Cinq ans plus tard, les temps ont bien changé. À 32 ans, Hatem Ben Arfa a les dents qui rayent le parquet. Et nul doute que l'ancien Lyonnais voudra prendre sa revanche sur la vie. Quoi de mieux alors que de revenir au pays de sa Majesté ? S'il n'a probablement pas sa place dans une escouade du top 6, Hatem Ben Arfa a toutes les qualités requises pour émerveiller des équipes entre la 6e et la 10e place. Et sous la coupe de Marco Silva, à Everton, l'attaquant pourrait assouvir son amour du jeu aux côtés de Richarlison & Cie.

Saint-Etienne

Dans les colonnes du journal L'Equipe, Hatem Ben Arfa n'avait pas caché son horreur concernant le niveau de jeu de la Ligue 1. Toutefois, l'ancien Parisien avait enfilé son costume de louangeur au moment de parler des Verts. «Franchement, quand je regarde les matches de L1, la seule équipe qui propose quelque chose, qui essaie de créer une identité dans le jeu, je trouve, c'est Saint-Étienne. Il y a l'intention de jouer, de prendre son temps, de créer le déséquilibre», admettait-il volontiers en avril dernier. Et s'il prenait du plaisir à voir l'AS Saint-Etienne dérouler son football sur les prés de l'élite hexagonale la saison dernière, Hatem Ben Arfa pourrait bien avoir envie de s'incruster à l'Etrat pour échanger quelques douceurs avec Wahbi Khazri et consorts et d'enflammer, par ses percées et dribbles chaloupés, le Chaudron la saison prochaine.

Mehdi Arhab et Augustin Audouin
Réagissez à cet article
500 caractères max
nacer.rouguy 5 juin à 5:21

On s’en cogne de ce que tu penses...

Gascon64 5 juin à 0:40

pole emploi ???? bonne destination, car personne ne veut d'un gars de ce type, il est fini carbo....

oskare68 4 juin à 20:10

Si il l'a ramenait un peu moins et jouerais mieux ce se passerait aussi mieux dans les clubs ou il est passé.

gilloufan51 4 juin à 6:44

Au foot golf il ne pourrait pas se prendre la tête avec un coéquipier !!!!

le_flegme 3 juin à 23:35

A la retraite

voir toutes les réactions
ADS :