grenier (clement) (N.Luttiau/L'Equipe)
Transferts

Mercato : de Guingamp à Rennes, retour sur les six derniers mois de Clément Grenier

Le Stade rennais a présenté Clément Grenier, sa nouvelle recrue, à la presse ce mardi après-midi. Le milieu de terrain s'est engagé pour trois saisons avec Rennes après avoir lancé sa renaissance du côté de Guingamp l'hiver dernier.

La Bretagne, ça vous gagne. Et ce n'est pas Clément Grenier qui va dire le contraire. Après une pige de six mois à Guingamp, le milieu de terrain de 27 ans a trouvé son nouveau point de chute à une centaine de kilomètres : le Stade Rennais. Il a été présenté à la presse ce mardi après-midi, après avoir paraphé un contrat de trois ans avec le club breton. «Le projet présenté et les ambitions affichées m'ont conforté dans mon choix, a-t-il commenté en conférence de presse. J'avais envie de continuer mon chemin, ma progression et d'atteindre mes objectifs.» Une nouvelle étape, donc, dans sa rédemption entamée dans les Côtes d'Armor ces derniers mois.

Guingamp, un choix payant

Car à Lyon, Grenier s'est retrouvé dans une impasse. Une mauvaise période lancée en 2014 avec l'apparition d'un staphylocoque doré et une opération de l'aine qui l'ont tenu écarté des terrains pendant de longs mois. «J'étais dans une période délicate, je ne savais pas si j'allais rejouer au football et je n'étais plus footballeur à ce moment-là, confiait-il dans un entretien accordé à France Football en janvier dernier. Je ne pouvais plus courir, j'ai dû réapprendre à marcher.» En trois saisons, le natif d'Annonay a disputé quarante-trois matches toutes compétitions confondues. Malgré des fulgurances beaucoup trop rares et un prêt sans réussite à l'AS Roma (6 matches), Grenier a fait le choix de ne pas quitter l'OL à l'été 2017, à un an de la fin de son contrat. Seulement, le milieu ne faisait pas vraiment partie des plans de Bruno Genesio. Le technicien lyonnais lui a donné un temps de jeu très limité lors de la phase aller de l'exercice 2017-18 (31 minutes), puis Lyon l'a libéré en janvier pour lui permettre de se relancer. Dans les dernières heures du mercato d'hiver, Grenier s'est engagé pour un an et demi avec Guingamp.
Grenier a revu ses prétentions salariales à la baisse (320 000 euros brut mensuels à Lyon contre 55 000 à Guingamp) pour retrouver les terrains. «J'ai simplement envie de jouer au foot, et Guingamp est l'endroit parfait pour moi. J'avais besoin de travailler avec des gens qui ont 100% confiance en moi et, ici, je me retrouve», expliquait-il dans L'Equipe le 10 février. Un choix surprenant mais intelligent. Et surtout payant. Dans les Côtes-d'Armor, Grenier a retrouvé de la fraîcheur pour entamer sa renaissance. «C'est un immense plaisir de l'avoir avec nous. C'est un énorme défi, la seule interrogation concerne sa condition physique», déclarait Antoine Kombouaré au moment de la présentation du joueur. L'ancien Lyonnais a finalement mis ses blessures derrière lui pour enchaîner les matches. Après sa première apparition sous le maillot guingampais au...Roazhon Park (victoire 1-0 le 4 février), Grenier a toujours été titularisé jusqu'à la fin de saison (14 matches).

Fin de saison canon et bon de sortie

À Guingamp, Grenier ne s'est pas contenté de jouer, il a également montré qu'il n'avait pas perdu ses qualités. Dans un rôle de meneur de jeu, il a régalé les supporters bretons et s'est épanoui loin de sa ville de cœur. Son aisance technique, sa précision dans les passes et sa vision du jeu ont fait de lui un élément essentiel de l'équipe de Kombouaré pendant quatre mois. En outre, il s'est montré décisif avec cinq buts – dont un doublé contre l'OM – et quatre passes décisives. Mieux, il est monté en régime puisqu'il a été impliqué dans neuf buts guingampais lors de ses dix dernières apparitions. Un bilan loin de ses statistiques faméliques sur les deux dernières saisons (3 buts, 5 passes décisives en deux ans) et plus conforme à son potentiel entrevu à ses débuts à Lyon.
Après quatre mois réussis, conserver Grenier s'annonçait donc difficile pour Guingamp. Surtout que le club costarmoricain s'était entendu avec le joueur au moment de le faire signer cet hiver. Grenier disposait d'un bon de sortie pour le prochain mercato estival, si une offre avoisinait les 3-4 millions d'euros. «C'est plus ou moins le deal avec le président et le coach, avait-il précisé au micro de Canal + Sport au mois d'avril. Sincèrement, je n'ai pas vraiment réfléchi à la suite mais on a toujours un plan de carrière en tête.» Fin juin, L'Equipe évoquait l'intérêt de six clubs pour l'ancien Lyonnais : Everton, Fulham, Newcastle, l'AC Milan, Fenerbahçe et Rennes. C'est donc le dernier qui a raflé la mise. À Rennes, Grenier va retrouver le parfum des soirées européennes en Ligue Europa. Et pourquoi pas continuer sa rédemption chez les Bretons.
Clément Gavard 
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :