(L'Equipe)
à lire dans FF

Mercato du Paris-SG : les dossiers chauds de Leonardo

Les champions de France savent qu'ils vont devoir entamer un nouveau cycle l'été prochain. Pour le directeur sportif parisien, les grandes manoeuvres ont déjà commencé. FF fait le point. Voici deux exemples.

Edinson Cavani

Adios Matador !
«Voilà, c'est fini...», comme le fredonne Jean-Louis Aubert. À l'issue de la saison en cours, Edinson Cavani ne sera plus parisien, cela a été acté du côté du club comme du joueur. Après sept saisons de bons et loyaux services, le meilleur buteur de l'histoire du PSG (195 réalisations toutes compétitions confondues) s'apprête à clore le chapitre français de son histoire. Le bruit a même circulé un temps que les champions de France envisageaient de le laisser filer dès cet hiver contre un petit billet jamais inutile par temps de fair-play financier. Une hypothèse jamais confirmée au sein du club et clairement balayée par l'agent (et frère) du Matador, Walter Guglielmone, à Calcio Napoli 1926 mi-novembre : «Un départ en janvier ? Non, vous pouvez en être sûrs.» Le plan est clair : être libre en fin de saison pour négocier une grosse prime à la signature à même de compenser une éventuelle baisse de salaire (estimé à quelques 18 M€ bruts annuels au PSG). Si le nom de Cavani circule avec insistance du côté de l'Inter Miami, le club de son ancien coéquipier David Beckham, avec la possibilité notamment de se rapprocher de ses enfants restés en Uruguay, la priorité du buteur serait de signer un dernier bail en Europe, son entourage estimant qu'il a encore deux ou trois saisons au plus haut niveau jusqu'au Mondial 2022. Si Naples joue la corde sensible, puisque c'est là où Cavani a explosé, c'est bien l'Atletico Madrid qui pourrait rafler la mise. Diego Simeone est fan du joueur, qui correspond parfaitement à ses préceptes (jeu de transition, goût de l'effort), et les finances des Colchoneros peuvent répondre à ses exigences salariales.

Julian Draxler

Le patient allemand
Il aime le PSG, mais surtout, il aime la vie parisienne... Annoncé sur le départ cet été du côté de la Premier League (Arsenal, Tottenham), ou même au FC Séville qui le souhaitait sous forme de prêt, Julian Draxler n'est finalement pas parti. L'international allemand veut continuer à croire qu'il peut s'installer dans la rotation du PSG. D'autant que peu de clubs sont en mesure d'offrir les mêmes émoluments (600 000 € par mois) à un joueur qui a clairement perdu de sa superbe depuis son arrivée à Paris en janvier 2017. Écarté des terrains pendant trois mois à la suite d'une blessure au pied, le champion du monde 2014 devrait rester jusqu'à la fin de saison au PSG avec un statut de joueur à tout faire pour Thomas Tuchel. Sous contrat jusqu'en juin 2021, Julian Draxler espère encore une proposition de prolongation. Elle dépendra en grande partie de la qualité de sa deuxième partie de saison. Sinon, il sera de nouveau invité à plier bagage...
Dave Appadoo et Nabil Djellit
Retrouvez l'intégralité du dossier «Paris-SG, les dossiers chauds de Leonardo», avec Neymar, Mbappé, Thiago Silva ou encore Thomas Tuchel, dans le France Football actuellement en kiosques ou ici en version numérique.

A lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max
oskare68 10 déc. à 23:30

Vous saviez que Beckham est le plus grand radin du Royaume Unis.Ce n'est pas une blague.Un rapiot de chez rapiot.Ce kil donne ne sort pas de sa poche il fo le savoir

oskare68 10 déc. à 23:27

Tous les 6 mois ils recommencent des nouveaux cycles et cela depuis presque 10 ans.Ce n'est pas très productif apparement.Avec Lolo ça tournait bcp mieux.

misterdid 10 déc. à 16:23

Depuis quand Beckham et Cavani ont été anciens coéquipiers au PSG?

MschacAMADJI 10 déc. à 11:59

Vous avez oublié TUCHEL

Charbey 10 déc. à 11:34

Et le départ de Tuchel ?

ADS :