Fekir of Olympique Lyonnais during the UEFA Europa League match played on Ceramica Stadium between Villarreal CF and Olympique Lyonnais, Feb 22th 2018. Photo: Oscar J. Barroso / AFP7 *** Local Caption *** (Oscar J. Barroso/AFP7/CORDON/P/PRESSE SPORTS)
Transferts

Mercato : Fekir, Balotelli, Briand... les grands feuilletons de l'été en France

Chaque mercato a son lot de transferts avortés, retournements de situations et intérêts de dernières minutes. Cet été, plusieurs joueurs ont vécu cette situation.

Nabil Fekir à Liverpool

C'était à l'aube du Mondial. Le Lyonnais, juste avant de s'envoler pour la Russie avec les Bleus, devait s'engager avec les Reds, autour de 65 millions d'euros bonus non compris. Il devait passer sa visite médicale à Clairefontaine, pour définitivement s'engager Outre-Manche. Et patatras. Le lendemain, l'OL publie sur son compte twitter un communiqué sobrement intitulé «Nabil Fekir reste à l'OL». «Les négociations tripartites menées avec le club de Liverpool et Nabil Fekir pour le transfert du capitaine de l'OL n'ont pas abouti et l'Olympique Lyonnais a décidé de mettre un terme à cette négociation ce soir à 20h.» Ce qui coince, ce sont les résultats médicaux. Ils laisseraient apparaître des traces de l'opération des ligaments croisés du joueur, en octobre 2015. De quoi renégocier le prix de la vente ? Visiblement. Ce qui n'a pas plu à Lyon, qui a coupé court aux discussions. Depuis, Fekir est devenu Champion du monde, et le club, ainsi que Jean-Michel Aulas, n'ont pas caché pas leur envie de garder le joueur. Pari réussi.

Youssouf Sabaly à Naples

Ce n'était pas vraiment officiel, mais l'affaire était en bonne voie. Comme le révélait Girondinfos, Bordeaux avait autorisé son latéral à se rendre en Italie pour finaliser son transfert à Naples. Le deal était annoncé autour de 15 millions d'euros. Mais selon plusieurs médias italiens, dont Radio Kiss Kiss et la Gazzetta dello Sport, le transfert a été annulé en raison de la blessure au genou du joueur, depuis la Coupe du monde. Chez les Girondins, on croit plutôt à une manœuvre pour faire baisser le prix, le joueur ayant passé une IRM avant de décoller pour Naples.

Jimmy Briand à l'Impact de Montréal

L'officialisation était imminente. Guingamp avait libéré le joueur, qui faisait de la Major Soccer League sa priorité. Mais le 26 juillet, l'Impact annonce sur son site que «l'attaquant français Jimmy Briand ne joindra pas l'Impact de Montréal tel que prévu initialement.» Et ajoute : «Briand n'a pas voulu signer le contrat MLS selon les termes discutés et acceptés par lui et son agent. Des demandes supplémentaires importantes du clan Briand à la dernière minute ont fait avorter la signature.» D'après l'Équipe, le joueur aurait fait des demandes précises pour sa famille, comme la mise en place d'un logement à sa disposition ou la prise en charge des frais de scolarité de ses enfants. Des conditions que l'Impact ne souhaitait pas remplir. Résultat, le Français n'est plus sous contrat avec Guingamp. Et malgré l'accord tacite qu'il aurait passé avec son ancien entraîneur - ne pas signer en France -, il trouve finalement refuge chez les Girondins de Bordeaux quelques jours plus tard.

Malcom à l'AS Roma

Petit rappel pour ceux qui auraient manqué le feuilleton de l'été. Lundi 23 juillet, les Girondins dévoilent sur Twitter (annonce supprimée depuis) qu'un «accord a été trouvé, sous réserve de la signature des documents administratifs, avec l'AS Roma pour le transfert de Malcom». Le joueur doit alors se rendre dans la capitale italienne pour passer sa visite médicale. Sauf qu'il n'arrivera jamais. Au dernier moment, Barcelone entre dans la danse et Bordeaux fait machine arrière. L'offre des Blaugrana se rapproche plus de la somme attendue par les Girondins. Les négociations continuent dans la matinée, et le lendemain, Malcom est officiellement annoncé comme étant un joueur de Barcelone. Et quoi de mieux pour commencer sa saison avec le Barça que de marquer en match amical ? Le faire contre la Roma.

Mario Balotelli à l'Olympique de Marseille

Aura-t-on vraiment le fin mot de cette histoire ? À l'aube de l'été, la rumeur Super Mario à Marseille prend de l'ampleur. Et l'on cherche le moindre petit détail. Comme ce moment où Puma aurait envoyé des maillots de l'OM floqués Balotelli, que les supporters s'amusent à suivre. Lors de la soirée de présentation des nouveaux maillots, certains s'attendent à le voir apparaitre quand le club parle d'une «surprise». Et puis, début juillet, l'Italien est aperçu à la Commanderie, et les questions affluent. Il faut attendre, patiemment. Trop longtemps. Jusqu'à ce communiqué de Nice, le 20 août. Mario Balotelli évoluera encore sous le maillot des Aiglons la saison prochaine. Le tacle est précis. «Rendue quelque peu compliquée au début de l'été par un autre club du Sud de la France, la situation est de retour à la normale. Simple, limpide. Comme une frappe de SuperMario.» À qui la faute ? «L'OM l'a raté pour 1,5 millions d'euros», annonce Rivère. La Provence, de son côté, dévoile que Mino Raiola, l'agent de Balotelli, ne voulait qu'un contrat d'un an (avec une autre année en option) pour son joueur. De quoi refroidir l'OM. Interrogé par l'Equipe, Jacques-Henri Heyraud rappelle que Marseille n'avait pas besoin d'un 9, mais que Mario était une opportunité. Fin du feuilleton.
Réagissez à cet article
500 caractères max