Betis vs Barcelona. Mandi during the match Cordon Press *** Local Caption *** (TQUIFES/CORDON/PRESSE SPORTS/PRESSE SPORTS)
Maghreb FC

Mercato : Pourquoi l'OL doit recruter Aïssa Mandi (Betis Séville)

En réflexion sur avenir du côté du Betis Séville, Aïssa Mandi est potentiellement une des bonnes affaires du prochain mercato. Le profil de l'ancien défenseur de Reims collerait parfaitement avec l'OL. On vous dit pourquoi.

Mandi, un leader à maturité

Après une période d'adaptation compliquée au Betis à son arrivée, Aïssa Mandi a trouvé ses marques, jusqu'à devenir un joueur phare dans le système de Quique Sétien. Son ancien entraîneur, aujourd'hui au Barça, a adoré sa collaboration avec l'Algérien (2017-2019). il est même allé jusqu'à dire qu'il n'avait jamais vu un joueur progresser autant en 40 ans de carrière. Utilisé en stoppeur droit dans une défense à trois ou comme latéral droit, Mandi s'est notamment illustré par sa qualité de relance très au-dessus de la moyenne. Lors de la dernière CAN en Egypte, l'Algérien a pris une autre dimension et s'est montré quasi intraitable. L'ancien joueur de Reims a significativement augmenté son niveau de combativité, sans pour autant perdre ses principales qualités. Il est aujourd'hui le leader de la défense championne d'Afrique. Ancien défenseur central, Brahim Thiam nous livre son analyse sur le profil du joueur de 28 ans : «Il n'est pas hyper rapide. Mais comme Marquinhos, Aïssa Mandi est un joueur très intelligent. Il est bon dans son placement et il a une excellente lecture du jeu, ce qui lui permet d'être dans l'anticipation». Également sous le charme, Patrick Julliard, spécialiste du football africain pour Football365 Afrique, nous raconte l'évolution de l'ancien joueur de Reims : «C'est un joueur qu'on peut considérer comme expérimenté (55 sélections, 1 but). Son évolution en sélection est comparable à celle qu'il connaît en club depuis les deux dernières saisons. Il est beaucoup plus rigoureux et régulier. On sent chez lui de la maîtrise, de la sagesse et un self-control qui rassurent ses coéquipiers».

Une très bonne affaire...

A 28 ans, Aïssa Mandi est en pleine réflexion sur son avenir. Arrivé au Bétis Séville à l'été 2016 en provenance du Stade de Reims, l'international algérien pourrait faire ses valises lors du prochain mercato d'été. En Espagne, son nom circule notamment du côté de l'Atletico Madrid, preuve que le Fennec a réussi à se faire un nom en Liga. Des discussions auraient eu lieu autour d'une prolongation de contrat mais elles seraient pour l'instant gelées en raison de l'actuelle crise sanitaire. Sous contrat jusqu'en juin 2021, il est considéré comme une opportunité de marché pour des gros clubs qui ont besoin de recruter de manière intelligente et sans faire de folies. Place forte du football français, l'OL a tous les arguments pour attirer un tel joueur dans ses filets. Il faudrait débourser autour de 15 M€ pour recruter le natif de Châlons-en-Champagne. Un tarif largement dans les cordes du club de Jean-Michel Aulas.

Le profil qu'il faut pour l'OL

La saison prochaine, à l'OL, il va falloir du sang frais et surtout de la qualité. Par rapport à son secteur offensif, le grand club français est clairement moins bien loti derrière. En difficulté où même à la rue, l'OL a montré, ces dernières saisons, des errements défensifs incompatibles avec les ambitions affichées. Pour Juninho, c'est clairement un chantier où des ajustements sont attendus. Sur le papier comme sur le terrain, on est loin du compte. Recrue la plus onéreuse de l'histoire du club (30 millions d'euros, bonus compris) en provenance de la Sampdoria, Joacquim Andersen a vécu une première saison compliquée. Même Jason Denayer, pilier à son poste, s'est retrouvé fragilisé dans ses performances par le collectif lyonnais. Enfin, plus que ces deux joueurs qu'il faut mettre sous pression avec une vraie concurrence, l'OL va devoir trouver un remplaçant à Marcelo, dont l'avenir ne semble plus être du côté de l'actuel 7e de L1. Aujourd'hui, que ce soit en quantité ou en qualité, Lyon doit changer de braquet dans ce secteur de jeu où il a été longtemps fort (Cris, Cacapa, Umtiti, Bisevac etc....). Annoncé en 2015 à l'OL alors qu'il évoluait encore à Reims, Mandi débarquerait dans le Rhône avec un tout autre pedigree.
Nabil Djellit
Réagissez à cet article
500 caractères max
Heraclite 19 avr. à 8:06

Si Lyon en a fini de sa revolution culturelle ce peut etre une bonne destination. Pour l'instant le brouillard reste epais quant à l évolution de ce club.

Fr4ncky 18 avr. à 21:10

A sa place, je préfère 100 fois jouer à côté de Bartra à Séville, plutôt qu'avec Andersen ou Denayer à Lyon. S'il quitte le Betis, ce sera pour jouer la LdC, pas pour Lyon et la pitié que le Club comme le président commence à générer.

ADS :