10.03.2018, The Hawthorns, West Bromwich, ENG, Premier League, West Bromwich Albion vs Leicester City, 30. Runde, im Bild Riyad Mahrez of Leicester City arrives at The Hawthorns // Riyad Mahrez of Leicester City arrives at The Hawthorns during the English Premier League 30th round match between West Bromwich Albion and Leicester City at the The Hawthorns in West Bromwich, Great Britain on 2018/03/10. EXPA Pictures © 2018, PhotoCredit: EXPA/ Focus Images/ Michael Sedgwick  *****ATTENTION - for AUT, GER, FR (EXPA/ Focus Images/ Michael Se/EXPA/ Focus Images)
Transferts

Mercato : Riyad Mahrez à Manchester City, un long périple...

Le chemin a été long, les négociations tendues, mais Riyad Mahrez a bien signé à Manchester City. FF vous raconte le transfert de l'international algérien.

Tout vient à point à qui sait attendre... Car cela faisait déjà deux ans que Ryiad Mahrez avait exprimé auprès des dirigeants de Leicester son souhait de découvrir d'autres cieux. Et donc, après six mois de tractations et de négociations, l'Algérien est enfin Citizen. Petit flash-back. Champion d'Angleterre 2016 avec Leicester, l'attaquant formé au Havre signe une saison stratosphérique (17 buts et 11 passes décisives) et devient MVP. On est bien loin de son arrivée chez les Foxes à l'hiver 2014, en Championship, dans l'anonymat général. Qui pouvait bien accorder de l'importance à un joueur qui n'avait coûté que 450 000 € ? Pourtant, en cette fin de saison 2015-16, Arsenal, l'Atletico Madrid, le FC Barcelone et Manchester United se montrent les plus intéressés.

Tous sont éconduits. Claudio Ranieri, homme clé dans l'éclosion du gaucher, pèse de tout son poids pour qu'il dispute la Ligue des champions avec les Foxes. Finalement, le joueur prolonge jusqu'en 2020, triple son salaire et voit surtout son président lui promettre un bon de sortie pour l'été suivant. Malgré un exercice 2016-17 délicat, Mahrez sauve les meubles en C1 où il porte son équipe en quarts (4 buts, 1 passe décisive). À l'été 2017, l'Algérien veut quitter Leicester afin de franchir un palier. Mais les opportunités sont moins nombreuses. La Roma propose jusqu'à 40 M€. Dans la dernière ligne droite du mercato, le FC Barcelone (re)vient à la charge, mais les Blaugrana ne sont pas prêts à casser leur tirelire. Mahrez reste en Angleterre. La situation sportive des Foxes se complique. Et Leicester se retrouve relégable avant l'arrivée de Claude Puel sur le banc en octobre 2017.

«Il était au fond du trou...»

Pour Mahrez, c'est le tournant. Le technicien français lui redonne de l'élan. La cote de l'Algérien remonte en flèche. Après lui avoir glissé des mots doux en marge de Leicester-Manchester City (0-2), Pep Guardiola donne le feu vert. Les Citizens passent à l'action et proposent successivement 45, 50 puis 60 millions de livres (68 M€). Une offre presque inespérée. Mais Leicester réclame 80 millions de livres (90 M€), plus l'attaquant anglais Patrick Roberts pour le remplacer. Une demande surréaliste qui provoque un sentiment de trahison chez le joueur. Âgé de vingt-sept ans, il voit à nouveau le train passer. C'est la goutte de trop qui provoque une grève d'entraînement de deux semaines.

«Il était au fond du trou. On croyait tous que c'était enfin la bonne», nous confie un proche. L'opération "il faut sauver le soldat Riyad" est déclenchée. N'Golo Kanté, toujours très proche de Mahrez, passe du temps avec son ami. Claude Puel qui l'a relancé, lui marque son affection tout comme ses coéquipiers. Dans le même temps, dans les coulisses, les choses se décantent. D'un côté, le joueur ne veut pas ternir son image ; de l'autre, Leicester ne veut pas s'engager dans un conflit avec un joueur qui n'a fait aucune erreur de parcours en Premier League (48 buts, 38 passes décisives en 179 matches). L'entourage de l'international algérien et Leicester trouvent un accord de principe sur une indemnité de transfert de départ. Avec City, l'affaire est bouclée en amont. Les Citizens reviennent à la charge et déboursent plus de 67 M€ pour engager Mahrez, qui devient le transfert le plus cher de l'histoire du club mancunien. La preuve d'un attachement que Pep Guardiola ne fait que confirmer lors de la présentation du joueur, en enlaçant sa recrue et en lui glissant : «It was a long trip, uh ? *»

Nabil Djellit
*Ce fut un long voyage, hein ?
Réagissez à cet article
500 caractères max
djad16 18 juil. à 13:47

Bon courrage .

jimmydix1304 16 juil. à 20:33

J'attends de voir si ce joueur va s'imposer dans un grand club...