04/12/2016 Roma, stadio Olimpico, campionato di calcio serie A 2016-17, Lazio-Roma, nella foto Kevin Strootman a fine partita *** Local Caption *** (Federico Proietti/RAMELLA/PRES/PRESSE SPORTS)
Transferts

Mercato : Tout ce qu'il faut savoir sur Kevin Strootman, nouvelle recrue de l'OM

L'Olympique de Marseille a donc signé sa recrue d'envergure de l'été avec l'arrivée de Kevin Strootman en provenance de la Roma. Voici tout ce qu'il faut savoir sur le milieu de terrain des Pays-Bas.

Il a pris le temps avant de quitter les Pays-Bas

Natif de Ridderkerk, tout près de Rotterdam, Kevin Strootman a été formé au Sparta Rotterdam. Équipe avec laquelle il a fait ses premiers pas chez les pros en 2008. Il s'impose très vite comme un titulaire indiscutable du Sparta. Deux saisons et demi avant un premier départ pour Utrecht, à l'hiver 2011. Transféré pour environ un million d'euros, il ne reste que six mois et enfile la tunique du grand PSV Eindhoven pour un peu plus de 5M€. C'est là-bas que Strootman commence à s'affirmer comme un solide milieu de terrain. Il découvre aussi l'Europe avec la C3 et 15 matches disputés (pour quatre buts). Deux ans plus tard, en 2013, la Roma est conquise : l'heure est venue pour Strootman d'aller voir plus haut à l'étranger. La Louve aligne 15 millions d'euros. Marché conclu.

Un cadre de la Roma

Que ce soit sous Spalletti ou Di Francesco, Strootman a toujours été un premier choix. Depuis la fin de ses pépins physiques (voir ci-dessous), et alors qu'il avait réalisé une première saison très encourageante (2014-15, 29 matches), le joueur s'est imposé dans l'effectif romain comme un indéboulonnable du milieu de terrain. En 2016-17, c'est dans un 3-4-3 qu'il a évolué dans un double pivot avec Paredes. Un poste taillé pour ses qualités de joueur polyvalent, son activité des deux côtés du terrain lui a permis de s'éclater, il a même terminé avec six buts et neuf passes décisives. La saison dernière, le joueur a été moins décisif offensivement mais est resté un maillon essentiel de Di Francesco. Au bout du compte, il aura disputé 131 matches (13 buts) en cinq ans avec les Giallorossi. Avec une grande expérience engrangée, notamment en Ligue des champions où il a activement participé au parcours exceptionnel de la Roma la saison dernière (demi-finaliste, éliminée par Liverpool).

Son golazo contre le Napoli

En février 2014, l'Italie découvre encore Strootman. En demi-finale aller de la Coupe d'Italie, sous une pluie battante, le Néerlandais marque un but magnifique, une frappe puissante aux 25 mètres en pleine lucarne. Peut-être son plus beau but à la Roma et une réalisation importante puisqu'elle avait permis à son équipe de mener 2-0. Finalement, Strootman et ses coéquipiers avaient été éliminés par le Napoli (3-2 ; 0-3).

Son meilleur ennemi : les blessures

Kevin Strootman a certainement dû penser qu'il était maudit. À la fin de sa première saison avec l'AS Roma, en mars 2014, le Néerlandais s'est blessé aux ligaments croisés lors d'un match face à Naples. Le constat a été sans appel : le joueur a été indisponible pendant sept mois, entre mars et novembre 2014. A son retour, Rudi Garcia, l'entraineur de Rome, a souhaité le réinstaller dans son onze peu à peu. Mais c'était sans compter sur une (lourde) rechute. Au mois de janvier 2015, Strootman se blesse à nouveau au genou, cette fois face à la Fiorentina. Blessure l'écartant des terrains pendant plus d'un an. Il ne reviendra sur les terrains seulement à partir de février 2016 après une troisième opération du genou en septembre 2015. La fin d'un long calvaire où il n'aura joué finalement que six rencontres en tant que titulaire en deux saisons. Depuis ce tunnel, Strootman (28 ans) n'a plus eu de blessures de plus de 15 jours. Rassurant.

Comparé à Roy Keane et Mark Van Bommel

Strootman a toujours dû faire face aux comparaisons de la presse néerlandaise ou étrangère. La plus évidente reste celle avec Mark Van Bommel, l'infatigable milieu hollandais qui a été révélé au PSV Eindhoven comme lui et a même évolué avec le futur joueur de Marseille lors de la dernière année de sa carrière en 2012-13. Un passage de témoin entre deux joueurs qui sont avant tout connus pour leur activité sans relâche. D'autres l'ont même surnommé le "nouveau Roy Keane" à son arrivée à la Roma pour son esprit combatif et son style agressif ou "la machine à laver" pour sa capacité à rendre des ballons compliqués en offrande pour ses partenaires.
Kevin Strootman, aux côtés de Mark Van Bommel en sélection néerlandaise. (Willem Jan Dijkdrent/VI IMAGES/PRESSE SPORTS)
Kevin Strootman, aux côtés de Mark Van Bommel en sélection néerlandaise. (Willem Jan Dijkdrent/VI IMAGES/PRESSE SPORTS)

Plus de 40 capes avec les Oranje

Certains voyaient en lui le futur leader des Oranje, celui qui incarnerait la relève des Sneijder, Robben et Van Persie. Finalement, les blessures et les irrégularités de la sélection lors des éliminatoires des compétitions internationales en ont voulu autrement. Kevin Strootman a tout de même 41 sélections avec l'équipe hollandaise, il en ait même aujourd'hui le vice-capitaine derrière Virgil Van Dijk le défenseur de Liverpool. Il connait sa première sélection en février 2011 avant d'être sélectionné pour l'Euro 2012, durant lequel il ne foulera pas la pelouse. Sa blessure aux ligaments l'empêchera de vivre l'épopée de la Coupe du monde 2014 (les Pays-Bas demi-finalistes). Avec la non-qualification des siens pour la Russie, il n'a donc jamais disputé le moindre match d'un Mondial.

Les Lyonnais s'en souviennent

Ce soir-là, il a redonné un peu d'espoir aux supporters romains. Après une défaite 2-4 à Lyon en huitième de finale aller de Ligue Europa, Strootman a inscrit le premier but de son équipe au match retour. À la suite d'un coup franc, il a marqué un but du talon qui ne pèsera pas lourd en fin de match. La Roma sera éliminée malgré son succès 2-1 en Italie. C'est à ce jour son seul match contre un club français.

Rudi Garcia le veut depuis bien longtemps

Rudi Garcia a fait de Kevin Strootman sa priorité. C'était déjà lui qui avait convaincu le Néerlandais de rejoindre la capitale italienne avant de l'installer rapidement comme élément essentiel de son milieu de terrain. L'entraineur français garde un excellent souvenir du joueur. En février 2017, Garcia s'était confié au JDD et avait une nouvelle fois confirmé son admiration pour Strootman qu'il avait déjà envie de recruter à Marseille : «On a parlé cet hiver (avec Marseille), mais ce n'était pas possible. Si un jour je peux recruter Strootman à l'OM, je vais le chercher en voiture.» Désormais, diriger de nouveau le Néerlandais est bel et bien une réalité.
Réagissez à cet article
500 caractères max