messi (lionel) *** Local Caption *** (L'Equipe)

Messi, le vent a tourné

Destitué de ''son'' FIFA Ballon d'Or, Lionel Messi a vécu une année 2013 aussi hachée sur le terrain qu'en dehors. Malgré lui, le génie argentin a laissé son image de gendre idéal derrière lui.

Ah, ils sont nombreux les joueurs qui aimeraient pouvoir qualifier d'annus horribilis une année à 45 buts… Pour Lionel Messi, pourtant, 2013 est à ranger au placard à mauvais souvenirs. Outre la perte de son Fifa Ballon d'Or, qu'il avait confisqué de 2009 à 2012, l'attaquant argentin a vécu ces derniers mois la période la plus compliquée de sa carrière. Tout a commencé au Parc des Princes, le 2 avril, sur un de ses enchaînements favoris : un crochet intérieur suivi d'une frappe enroulée du gauche… Le biceps fémoral de sa cuisse droite a lâché. Dans une dernière ligne droite hachée par les allers-retours à l'infirmerie, Messi n'a ensuite pu éviter l'humiliation subie face au Bayern Munich en demi-finale de la Ligue des champions (0-4, 0-3).

Rebelote à l'entame de l'exercice 2013-2014. Entre les pépins physiques, Messi a tout de même trouvé le temps d'inscrire 14 buts en 16 matches toutes compétitions confondues, jusqu'à la rechute de trop, le 10 novembre à Séville. Cette fois, pas question de précipiter son retour, et le génie argentin est resté éloigné des terrains durant deux mois pour soigner son corps meurtri. Une période mise à profit par le trio Pedro-Alexis-Neymar pour convaincre certains que l'homme aux 329 buts pour le Barça n'était peut-être pas si indispensable que cela…

Evasion fiscale et danseuse à forte poitrine

Mais il n'y a pas qu'à l'infirmerie que le numéro 10 blaugrana a régulièrement pointé en 2013. Il a également investi la rubrique faits divers pour une affaire d'évasion fiscale à hauteur de 4,16 millions d'euros. Si le joueur et son père, Jorge, ont vite régularisé la situation en s'acquittant de leur dette, l'image de Lionel Messi en a pris un coup. D'autant que le paternel s'est ensuite retrouvé soupçonné d'avoir blanchi de l'argent en faveur de cartels colombiens.

Oublié le gendre idéal, le gentil et discret Argentin de Barcelone sans cesse opposé au vénal et arrogant Portugais de Madrid. En 2013, Lionel Messi a laissé transpirer une autre facette de sa personnalité. Le départ de David Villa, avec qui il était en froid, en atteste : il sait aussi utiliser son statut pour se débarrasser de ceux qui le dérangent. Finalement, il est bien une star comme les autres, se faisant photographier dans un club de Las Vegas au mois de juillet enlacé par une danseuse à forte poitrine. Scandale, bien que le magazine Pronto ait été accusé d'avoir truqué le cliché…

«Ce monsieur ne connaît rien au football»

Et celui dont les interviews sont habituellement un enchaînement de poncifs et de langue de bois parfaitement maîtrisée a craqué fin décembre, ne supportant pas que le directeur financier et vice-président du Barça, Javier Faus, s'étonne que le club catalan pense de nouveau à revaloriser le contrat de sa star. «Ce monsieur ne connaît rien au football, a ainsi lâché Messi le 20 décembre sur l'antenne de la radio RAC1. Il veut gérer le Barça comme une entreprise alors que ce n'en est pas une. Le Barça est le meilleur club du monde et il devrait être uniquement dirigé par les meilleurs dirigeants du monde.»

Sur le terrain, devant la justice, dans le vestiaire, dans sa vie privée ou dans les bureaux de son club, Lionel Messi a incontestablement pris un sacré virage en 2013. A tel point qu'on a presque plus évoqué ses débordements en dehors du rectangle vert. Impensable il y a encore douze mois. Aujourd'hui, le gamin de Rosario semble bel et bien avoir disparu, et le petit Leo est devenu un homme, avec ses cicatrices et ses zones d'ombres. Franchement, il était temps, non ?

Cédric CHAPUIS (@cedchapuis)

Retrouvez en exclusivité dans le France Football de mardi le détail des 541 votes et un entretien avec Pelé.