maignan (mike)
à lire dans FF

Mike Maignan (Lille/Equipe de France) se confie dans FF : «Zlatan Ibrahimovic m'a déjà mis une sauce et je lui ai déjà répondu...»

Mike Maignan est avant tout un jeune homme, produit de son environnement, qui l'a façonné d'hier à aujourd'hui. Le gardien de Lille pose sur lui et sur son métier un regard brut empreint de naturel et d'humilité. Morceaux choisis d'un entretien sans filtre.

Sur son poste de gardien de but

«J'aime être dans le jeu, dépenser de l'énergie. Un gardien est beaucoup sur place. Et je suis quelqu'un qui aime bien me battre, marquer des buts. Ça fait vibrer, marquer des buts. Vous croyez que faire un arrêt fait vibrer ? Non. Quand tu marques un but, tu fais lever 50 000 personnes. Tu fais un arrêt, t'en lèves 20 000, ceux qui sont derrière toi, c'est tout. Bon, à l'extérieur, tu les fais rasseoir. Petit, on dit que c'est le plus nul qui va au goal, mais je n'étais pas le plus nul. (Vous auriez pu faire une carrière de joueur ?) J'en suis sûr. Et je ne changerai jamais d'avis. Mais je suis gardien de but aujourd'hui. Mon métier est d'arrêter les ballons. On ne reviendra pas là-dessus. Le reste, c'était des rêves de gosse. Mais quand je joue avec des potes, on m'appelle Pistolero. (Il sourit) Je suis numéro neuf.»

Sur son rapport avec Zlatan Ibrahimovic au PSG

«Même si on n'est pas en contact aujourd'hui, je l'aime de ouf. Il est vrai. Il dit ce qu'il a à te dire en face. Mais quand tu dis certaines choses, il faut faire attention, toi aussi tu n'es pas parfait. Il m'a déjà mis une sauce. Et je lui ai déjà répondu. Si pour certains ce n'était pas normal parce que j'étais le jeune de 17 ans, pour moi ça l'était. À l'entraînement Zlatan tire, la balle va à 400 km/h et elle passe. C'était facile pour lui. Il était dans la surface et il a placé le ballon avec puissance. Les Buffon, Julio César, qu'il a eus en face de lui, n'ont pas arrêté ces ballons-là. Il me dit : "Gardien de merde". Là, pour moi, il n'était pas correct. L'action d'après, il revient, frappe mais je l'arrête. Ah... (Il sourit) J'étais obligé de lui répondre. Je lui ai dit : "Attaquant de merde". Il m'a regardé, n'a rien dit et, une fois rentré au vestiaire, il m'a checké. Il m'a dit c'est bien, j'aime comment tu es, j'aime ta personnalité. Déjà que je l'aimais, ça m'a encore plus fait kiffer cette personne.»

L'impact de son environnement sur sa construction

«Chez toi, tu apprends des choses avec ta mère, tes parents pour certains. Dehors, tu apprends différemment. Et quand tu réunis tout, ça construit quelqu'un. Certains apprennent les bonnes choses chez eux et ne mettent pas en pratique ce qu'on leur a appris, quand ils sortent. Ceux-là deviennent des crapules, des mecs avec du vice, des personnes mauvaises. Je suis sorti de chez moi en gardant ce que j'avais appris. Dehors, j'ai regardé le bon et le mauvais et j'ai pris ce qui devait me construire. J'ai des principes très forts. Je ne marche qu'avec ça. S'il n'y en a pas, c'est mort. Ça m'a forgé, fait devenir ce que je suis. Comment j'ai grandi, où j'ai grandi, tout ce que j'ai appris avant, ce sont ma plus grande force.» - T.S.
L'intégralité de l'entretien avec Mike Maignan est à retrouver dans le dernier numéro de France Football en kiosques mardi ou dès lundi en version numérique en cliquant ici.

A lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max
Kiwi1212 12 déc. à 20:44

En tous cas on peut pas dire que l'humilité est son point fort quand on le lit

sagesse 11 déc. à 7:51

J adoreeeeee

corinne.barman6 10 déc. à 7:03

Bonjour à tous les amoureux du foot, pourquoi parle t’on toujours des C... alors qu’il y a des personnes tellement formidable sur cette terre, bravo Mr. Maignan restez comme Vous êtes, un Suisse qui vous apprécie ainsi que votre club amicalement et sportivement BJJ

zizou 9 déc. à 14:20

Tres bonne réponse maignan il faut pas se laissé faire

ADS :