02 January 2019 London - Premier League Football - Chelsea FC v Southampton FC - Cesc Fabregas of Chelsea organises the defence -(photo by Mark Leech) *** Local Caption *** (Mark Leech/OFFSIDE/PRESSE SPOR/PRESSE SPORTS)
Transferts

Monaco : Temps de jeu, stats, derniers matches... Quel est le niveau actuel de Cesc Fabregas ?

Troisième recrue de l'AS Monaco cet hiver après Naldo, Cesc Fabregas arrive pour permettre au club du Rocher de quitter la zone rouge au plus vite. Mais, à 31 ans, est-il toujours en pleine possession de ses moyens ?

C'est un nom qui, dès l'évocation de la première rumeur, avait fait frémir les supporters du Rocher. Cesc Fabregas, au palmarès exceptionnel dont le sommet fut atteint lors de la Coupe du monde 2010 avec l'Espagne, doit permettre à l'AS Monaco d'accrocher le maintien, si ce n'est plus. Et, au regard du pedigree de l'ancien de Chelsea, la bande de Thierry Henry peut y voir quelques motifs d'espoir. À condition qu'il ait encore le niveau... À cette heure, beaucoup de choses laissent le présager.

Lire :
-Fabregas à Monaco, c'est officiel
-La carrière de Fabregas en dix dates
Son temps de jeu, d'abord. Avec 975 minutes cette saison, il remplaçait régulièrement Jorginho dans l'entrejeu lorsque ce dernier, indiscutable en Premier League, était amené à souffler. Notamment en Ligue Europa - 5 matches sur 6 pour Fabregas - et en Coupe, League Cup et FA Cup confondues, où l'Espagnol n'a loupé que cinq minutes sur les quatre rencontres des siens. Et difficile de croire que Maurizio Sarri ferait confiance à son taulier s'il était hors de forme... «À cette position, nous n'avons que Jorginho et Fabregas, déclarait même le coach transalpin, élogieux envers Fabregas, en conférence de presse. Pour moi, ce serait un problème qu'il parte. Je veux qu'il reste. C'est très important. Techniquement, c'est un joueur très important. Je pense que sur le marché, c'est très difficile avec ses caractéristiques.»

Un positionnement en question

Réputé pour son professionnalisme, Fabregas interroge cependant par son positionnement. Si les observateurs ont toujours tendance à dire «avec les années, les joueurs reculent», c'est cette fois les desiderata tactiques de Maurizio Sarri qui ont poussé l'Espagnol à jouer seul devant la défense, au poste de Jorginho. Y évoluera-t-il à Monaco ? Seuls Thierry Henry et son staff le savent. Mais en cas de repositionnement comme relayeur, les efforts seront différents. En effet, Chelsea affichait près de 66,1% de possession en C3, 62% en Premier League. Les chiffres de l'AS Monaco sont bien différents - moins de 50% en Ligue 1 comme en C1 - et impliquent des efforts parfois plus conséquents. Mais Fabregas, en bon élève du "Sarri Ball", le jeu prôné par le coach homonyme, a également prouvé ces derniers temps qu'il était encore capable d'aller au pressing - voir ci-dessous. «Chaque fois que le ballon est joué bas, Kanté ou Barkley doivent couvrir une partie du terrain derrière les attaquants, explique par exemple "We Ain't Got No History", blog consacré à l'actualité de Chelsea. Mais dans ce cas, c'est Fabregas qui est en mouvement pour aller chasser.»
Sur certaines séquences à Chelsea, Fabregas n'hésite pas à monter pour presser aux côtés de l'attaquant (source weaintgotnohistory.sbnation.com)
Sur certaines séquences à Chelsea, Fabregas n'hésite pas à monter pour presser aux côtés de l'attaquant (source weaintgotnohistory.sbnation.com)
Mais Monaco et ses difficultés peuvent se corréler avec plus de duels aériens, aussi. Pas la qualité première de Fabregas, qui émarge à 50% de duels réussis en Premier League, un standard qu'il a conservé toute sa carrière, et ce jusqu'à aujourd'hui. Mais là où son positionnement 2.0 interroge, surtout si l'on imagine Thierry Henry l'utiliser à un poste différent, c'est au niveau de son impact dans et proche de la surface de réparation. Depuis 2014, Fabregas affichait un taux de tir de 1,5 toutes les 90 minutes. Cette saison, c'est 0,54. Quant à ses passes clés - on prend en compte ici celles qui aboutissent à un tir -, elles sont passées de 3,21 entre 2014 et 2018 à 1,62 cette saison. La faute à un rôle de regista devant la défense qui éloigne Fabregas des dix-huit derniers mètres, là où Monaco a souvent eu tendance à pêcher cette saison.

Dernièrement, une très belle impression

Au regard de ses dernières prestations, son influence n'a pourtant pas évolué. Elle a juste changé de zone. «Fabregas offre une grande palette de passes et ses combinaisons avec Hazard permettent de créer de bonnes occasions», analyse "We Ain't Got No History", qui insiste également sur le positionnement «à la base du milieu de terrain de Fabregas». Là où les stats, forcément, disent moins de choses, alors que le milieu, pour son dernier match par exemple, a régné par la simplicité de ses touches de balle et la lucidité de ses déplacements. Et si seul l'avenir dira si les cannes du champion du monde 2010 sont toujours au rendez-vous pour enchaîner les matches - ce qui n'est pas le cas à Londres - sa technique a encore de beaux restes. «Le profil de Fabregas plaît à tout le monde», s'en était par exemple convaincu Thierry Henry.
Côté blessure - si tenté qu'il y ait encore de la place dans l'infirmerie monégasque, pleine à craquer - l'ancien du Barça apparaît comme épargné. Si l'on en croît le site spécialisé Transfermarkt, il n'a connu que deux petits problèmes depuis 2016. À l'ischio-jambier en janvier dernier, qui l'éloignait 15 jours des prés puis, plus récemment, au genou, en plein coeur du mois d'août, pour huit jours d'indisponibilités. Pas de quoi se faire peur, donc. Pas davantage que sur sa personnalité et son charisme. Cesc Fabregas reste, et restera certainement, un haut personnage du football. Son apport pour Monaco pourrait ainsi être plus invisible. En leader. Et à ce petit jeu-là, l'Espagnol a toujours le niveau, l'expérience du palmarès, des années passées au très haut niveau et des différents coaches côtoyés aidant. Sarri lui a confié le brassard pour son "jubilé", et les consignes sans cesse données aux siens, que ce soit tactiquement ou ne serait-ce que des encouragements, le prouvent. «On cherche des leaders, annonçait Thierry Henry dans un point presse quasiment consacré au mercato, et donc à Fabregas. C'est ça qui est important pour moi, le staff, les supporters et le vestiaire. J'ai joué avec des mecs dans ma carrière dont vous n'avez pas idée qu'ils étaient des leaders. Ce n'était peut-être pas flagrant, mais ils l'étaient.» Une autre façon de dire que Fabregas en est un ? En tout cas, statistiques, derniers matches et staffs convergent tous dans la même direction : à 31 ans, Cesc a de très beaux restes.
Antoine Bourlon
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :