Mourad Boudjellal, président du Racing Club Toulonnais. (Franck Faugère/L'Équipe)
National - Toulon

Mourad Boudjellal insiste pour le SC Toulon

Le président du Rugby Club Toulonnais, Mourad Boudjellal, qui s'est porté candidat à la reprise du club de football de Toulon (N), a réagi aux propos de Claude Joye, l'actuel propriétaire.

Depuis l'annonce de la volonté de Mourad Boudjellal d'acquérir le Sporting Club de Toulon (N), les déclarations houleuses ont fusé entre le président du RCT et l'actuel actionnaire majoritaire du club de football varois, Claude Joye. Après que ce dernier a une nouvelle fois martelé que le SC Toulon n'était pas à vendre, Boudjellal s'est de nouveau exprimé, lundi soir. Invité sur RazCast TV, une chaîne YouTube dédiée aux supporters du SC Toulon, il a répondu à Claude Joye, qui l'avait qualifié de « farfelu ».
« Joye me traite de farfelu. Je le suis sûrement. Mais si on compare nos CV, il n'est pas invité. Farfelu ? Soit. C'est d'ailleurs pour cette raison que le président de la République m'a demandé de faire sa première à Bercy. Farfelu ? Oui. Mais décoré de la légion d'honneur. Arrêtons un peu de rigoler... »
« Je suis allé dans certains petits clubs et c'est mieux structuré que le Sporting. Même dans des clubs de village ! »
Boudjellal a ouvertement critiqué les dirigeants du SC Toulon : « Je ne cherche pas à déstabiliser les joueurs. Ils sont suffisamment déstabilisés par ce qui se passe dans ce club depuis des années et n'ont pas besoin de moi pour cela. Mais il ne faut pas que Claude Joye me prenne pour un farfelu. Quand j'ai une idée en tête et que je suis déterminé, je suis déterminé. Je suis allé dans certains petits clubs et c'est mieux structuré que le Sporting. Même dans des clubs de village ! Je ne dis pas cela pour attaquer Claude Joye, mais il faut qu'il s'en rende compte. Il a atteint sa limite et c'est pour cela que ça ne marche pas en National. »
Réagissez à cet article
500 caractères max
Fr4ncky 22 janv. à 18:27

Monsieur est décoré de la légion d'honneur, mais n'a pas appris le respect visiblement. Un président est en place, aussi mauvais puisse-t-il être, il faut respecter son poste. S'il ne veut pas vendre, il faut tenter de le convaincre en privé, mais certainement pas étaler son linge sale publiquement, via les médias.

ADS :