seri (jean michael)fernandes (manuel) (F.Porcu/L'Equipe)
Ligue Europa - 16es

Mourinho, alcoolisme, sélection portugaise... Cinq choses à savoir sur Manuel Fernandes (Lokomotiv Moscou), adversaire de Nice

Auteur d'un triplé avec le Lokomotiv Moscou, Manuel Fernandes a été le bourreau des Niçois en seizièmes de finale aller de la Ligue Europa (2-3). Peu connu du public français, l'ancien espoir pourrait bien faire partie du groupe portugais pour le Mondial cet été.

Considéré comme un grand espoir en 2005

Il réalise une première saison pleine en 2004-05 avec Benfica (37 matches, 1 but). En Championnat comme en Coupe UEFA il est un titulaire indiscutable. La saison suivante, il découvre la Ligue des champions, toujours en tant que titulaire, et son équipe est stoppée par Barcelone en quarts de finale (0-0, 0-2). Plusieurs clubs européens suivent de près les performances de celui qui est considéré comme une pépite en devenir. En 2007, il est transféré à Valence contre une indemnité de 18 millions d'euros. Mais Manuel Fernandes ne parvient pas à s'imposer en quatre ans (il sera notamment prêté à Everton et au Besiktas) et quitte finalement le club espagnol en 2011 pour rejoindre le Besiktas (2M€).

Lire aussi : le programme des seizièmes de finale retour

Quand Mourinho le comparait à Makelele

À ses débuts, le prometteur Manuel Fernandes tape dans l'œil d'un certain José Mourinho, alors entraîneur de Chelsea. Le milieu de terrain polyvalent démontre une grande aisance technique et plaît beaucoup au coach portugais. Pas avare de compliments, le "Special One" va même jusqu'à le comparer à Claude Makelele, qui joue sous ses ordres au sein du club londonien. «Il est même meilleur que Claude à son âge. Même si sa conversion en milieu défensif est assez récente, je ne pense pas qu'à dix-neuf ans, Makelele était un meilleur joueur que Manuel Fernandes», avait-il expliqué à son sujet. Une comparaison qui a inspiré son surnom : "Manuelele". Malgré ces éloges, Manuel Fernandes n'a jamais rejoint une équipe entraînée par le "Mou".

Issu d'une famille de footballeurs

Le football est une histoire de famille chez les Fernandes. Manuel a trois cousins, plus ou moins éloignés, qui sont également footballeurs professionnels. Gelson Fernandes est l'un d'entre eux. L'international suisse est connu en France pour être passé par Saint-Étienne et Rennes. Les deux hommes sont nés la même année (1986) mais pas dans le même pays. Gelson est natif du Cap-Vert et Manuel du Portugal. Cabral (29 ans) est moins connu. Il a notamment joué à Sunderland et au Genoa. Le plus jeune et le plus prometteur aujourd'hui s'appelle Edimilson Fernandes (21 ans). Courtisé par Lyon l'été dernier, le milieu de terrain s'est finalement engagé avec West Ham où il vit pour l'instant une saison tronquée par des blessures (7 apparitions).

Son ancien entraîneur l'avait accusé d'alcoolisme

Samet Aybaba a été son entraîneur au Besiktas le temps d'une saison (2012-13). Quelques mois après avoir quitté le club, le technicien turc a vivement attaqué Manuel Fernandes au cours d'un entretien accordé au journal Skorer. «Il sentait l'alcool très souvent lors des entraînements et il passait des nuits avec des prostituées. Le club voulait le mettre sur la liste des transferts», avait-il dévoilé. Manuel Fernandes sortait pourtant d'une très bonne saison avec le Besiktas (7 buts, 12 passes décisives en 27 matches). «L'année dernière, un club russe avait proposé une somme astronomique pour lui. Malheureusement, la proposition ne s'était pas concrétisée», avait-il ajouté. Il quittera le club en fin de contrat en 2014 pour rejoindre le Lokomotiv Moscou.

Il a fait son retour en sélection cet automne après cinq ans d'absence

Manuel Fernandes n'a jamais réussi à s'installer durablement avec la sélection portugaise. Le milieu de terrain a connu sa première sélection très jeune, quelques jours après avoir fêté ses dix-neuf ans, en février 2005 contre l'Eire (0-1). Dans la foulée, il a inscrit son premier but avec la Seleçao le 26 mars lors d'un match amical face au Canada (4-1). Il a été finalement rarement sélectionné et n'a participé à aucune compétition majeure. Mais en novembre il a été rappelé pour la première fois depuis plus de cinq ans pour les matches amicaux contre l'Arabie Saoudite (3-0) et les États-Unis (1-1). Un retour qu'il a fêté avec deux titularisations et un but. Suffisant pour faire partie des vingt-trois pour la Coupe du monde en Russie cet été?
Clément Gavard 
Réagissez à cet article
500 caractères max