lopez (maxime) traore (charles) (A.Reau/L'Equipe)
Ligue 1 - 2e journée

Nantes accroche un OM sans idée (0-0), et Benedetto a manqué un penalty

Timide et assez maladroit, l'OM n'a pu ramener mieux qu'un nul de Nantes (0-0). Titulaire, Dario Benedetto a manqué un penalty à la demi-heure de jeu...

La Leçon : Un petit Marseille, encore...

Après une défaite dans son jardin contre Reims en ouverture (0-2), Marseille était attendu au tournant. Et pour sa première de la saison en déplacement, André Villas-Boas avait opté pour quatre changements dans son onze de départ. Bouna Sarr, Maxime Lopez et les recrues Alvaro Gonzalez et Dario Benedetto prenaient place sur le pré. Et le match démarrait tambour battant, avec un ballon de Dimitri Payet déposé sur le crâne de Gonzalez, qui manquait d'inscrire son premier but sous ses nouvelles couleurs (4e). Après une entame de match avec beaucoup d'intensité, la Beaujoire s'éteignait petit à petit devant le rythme de cette rencontre. Face à une équipe de Nantes intéressante par intermittence, les Phocéens parvenaient à mettre le pied sur le ballon et prenaient un poil plus de risques. A l'image de cette belle relance de Kamara, bien relayée par Luiz Gustavo, avant de lancer Dimitri Payet qui s'illustrait d'un formidable contrôle orienté, et déclenchait une frappe un peu trop appuyée (26e). De loin la plus belle occasion de la première période.

Mais quelques minutes plus tard, Nantes concédait un penalty plus que contestable suite à une main d'Abdoulaye Touré dans ses seize mètres. Payet donnait le ballon à Benedetto et lui offrait la possibilité de lui enlever tout le poids de ses débuts, en inscrivant son premier pion avec Marseille. En vain. L'international argentin envoyait une frappe puissante largement au-dessus de la cage d'Alban Lafont. Il n'y avait pas pire entame donc pour l'attaquant de 29 ans, qui a tout de même réussi quelques appels intéressants, sans pour autant réussir à les exploiter. Pour ce qui est du bloc défensif, même si les hommes de Christian Gourcuff approchaient les cages phocéennes avec beaucoup de difficultés, Boubakar Kamara et Hiroki Sakaï ne faisaient pas preuve d'une grande sérénité face au pressing de Kalifa Coulibaly. Gonzalez était bien plus à l'aise pour ses débuts sous sa nouvelle tunique.
Et alors qu'on espérait que la rencontre s'enflamme au retour de vestiaires, c'est tout le contraire qui s'est produit. Les 22 acteurs sont apparus en manque de rythme et semblaient incapables de mettre le coup d'accélérateur nécessaire pour prendre les devants. Finalement, alors que le match était au point mort, Nantes mettait le feu dans la défense marseillaise. Le tout nouvel entrant Abdoul Kader Bamba se distinguait par une somptueuse frappe à l'entrée de la surface, joliment repoussée par Steeve Mandanda (74e). Et alors que le portier international français n'avait pas été inquiété jusque-là, il sauvait les siens en repoussant plusieurs tentatives adverses. Ce Marseille-là n'avait pas les moyens d'aller chercher la victoire, alors les coéquipiers de Dimitri Payet ont tout fait pour ne pas repartir avec un nouveau revers. La dernière tentative de Valère Germain était bien trop écrasée pour inquiéter Lafont (90e+3).

Le gagnant : Mandanda sauve les meubles

Si le portier français n'a pas été mis en danger pendant la majeure partie de la rencontre, il a incontestablement empêché un deuxième revers de suite à son équipe en réalisant un dernier quart d'heure de haute volée. D'abord sur une frappe de Bamba (74e), puis sur une tête de Girotto (75e) et enfin sur tentative du jeune Imran Louza (84e), Mandanda a fait le show et s'est montré décisif. Très souvent critiqué, parfois à juste titre, la saison dernière, le gardien parait bien plus affûté et en forme cette fois. De bon augure pour l'OM.

Le perdant : un milieu marseillais en manque d'inspiration

Le manque d'idées et de créativité de l'entrejeu phocéen avait déjà sauté aux yeux la semaine dernière contre Reims. Impossible de ne pas le souligner à nouveau. Kevin Strootman avait laissé sa place à Maxime Lopez, aux côtés de Morgan Sanson et Luiz Gustavo. Mais ce samedi après-midi encore, le trio marseillais n'a pas réussi à imposer le rythme nécessaire pour enflammer la rencontre. Malgré les bonnes intentions de Payet, qui tentait tant bien que mal d'animer l'attaque phocéenne, les offensifs marseillais étaient difficilement trouvables. Et pour cause, le manque de risques pris par Lopez, Gustavo et Sanson, incapables de se projeter ou de trouver les attaquants entre les lignes, a été préjudiciable. C'est forcément le plus gros chantier de Villas-Boas.
Nicolas Jambou
Réagissez à cet article
500 caractères max
Gaucho 18 août à 12:51

Pourquoi ne se decide-t-on pas à déclarer l'OM, "chef d'oeuvre en péril" ?.Avec les ravages générés par le passage de Garcia et les ruines encore fumantes du stade velodrome remplies de trentenaires surpayes, apathique et protégés par des contrats à long terme, ce club va mettre des années à s'en remettre. Il sera peut être même obligé de revivre le milieu des années 60 ou l on voyait en deuxieme division Forbach gagner 3=0 au velodrome sous l oeil atone de 434 spectateurs.

ADS :