(L'Equipe)

Neymar (Brésil), nouvel épisode de nos 100 joueurs qui ont marqué l'histoire de la Coupe du monde

7 mai - 14 juin : dans exactement 38 jours, débutera le Mondial 2018 en Russie. Jusqu'au coup d'envoi, FF vous livre, par ordre alphabétique, sa liste des 100 joueurs qui ont marqué l'histoire de la Coupe du monde. Soixante-troisième épisode avec Neymar.

Son histoire avec la Coupe du monde

Quoi de mieux que de disputer sa première Coupe du monde à domicile ? En véritable star, le joueur de 22 ans, formé à Santos et principal guide du Brésil pour le mener à sa sixième étoile, est attendu au tournant à l’orée du Mondial 2014. Il représente l’espoir de toute une nation qui cherche à retrouver le toit du monde depuis douze ans. Neymar assume parfaitement son rôle dès le match d’ouverture contre la Croatie. Menée au score, la Seleçao ne s'affole et s’en remet à son chef de file, double buteur pour une victoire finale 3-1. Un succès qui lance parfaitement les Brésiliens, se reposant sur le talent indéniable du Barcelonais, leader offensif et technique du sélectionneur, Luiz Felipe Scolari. Si le Brésil reste muet face au Mexique, il peut compter une nouvelle fois sur son numéro 10, auteur d’un nouveau doublé contre les Lions indomptables, pour assurer la première place du Groupe A. Le huitième de finale contre le Chili d’Alexis Sanchez est un copier-coller des phases de poule. S’il n’excelle pas dans la finition, sa science du déplacement, ses dribbles chaloupés et sa capacité à faire la différence en un contre un font chavirer les spectateurs du stade Mineirao de Belo Horizonte, explosant même sur une passe décisive du «Ney» pour David Luiz. S’imposant aux tirs au but, le Brésil poursuit sa route en quart, un stade de la compétition fatal au virevoltant Barcelonais. Blessé en fin de match, à la suite d’un contact avec le Colombien Zuniga, Neymar sort effondré sur civière, sous les yeux de tout un peuple abattu. Un destin malheureux pour le Brésil tout entier, et pour la star, qui verra ses compatriotes subir une défaite historique face aux futurs champions du monde allemands (7-1) dans le dernier carré. Neymar n’a désormais qu’un seul objectif : venger cette humiliation en Russie, en 2018.

Le moment marquant

C’est évidemment la blessure du prodige brésilien face à la Colombie, lors des quarts de finale. Le Brésil, qui mène 2-1, se dirige vers les demi-finales quand soudain,l’impensable se produit pour le peuple auriverde. A la suite d’un corner colombien dégagé par la défense brésilienne, le ballon arrive sur Neymar qui tente de contrôler. Mais il subit une énorme charge du défenseur des Cafeteros, Juan Camilo Zuniga, venu dans son dos. «Ney» s’écroule et hurle de douleur. Le verdict est sans appel : fracture de la troisième vertèbre lombaire, qui le prive du reste de la compétition. Sa sortie sur civière est vécue comme un traumatisme par les supporters brésiliens, qui savent à cet instant qu’ils ne pourraient plus compter sur leur atout offensif numéro 1. L’issue de l’incroyable demi-finale, qui a vu l’écrasante victoire de l’Allemagne face au pays hôte, aurait peut-être été différente avec le Brésilien sur la pelouse...

Le chiffre : 2

Grâce à ses deux buts face à la Croatie lors du match d’ouverture, Neymar est devenu le premier Brésilien à réaliser un doublé lors de son premier match en Coupe du monde depuis Amarildo. C’était le 6 juin 1962 contre l’Espagne (2-1), au Chili.

L'archive de FF

A quelques jours du début de la Coupe du monde 2014, FF revenait sur l’attente suscitée par la star brésilienne : «A quoi mesure-t-on la popularité d’un joueur au Brésil ? Aux décibels bien sûr ! Au pays du football, ce sont les cris stridents des adolescentes en fleur qui font office de révélateur. Lors d’une séance d’entraînement ou d’une descente de bus, on peut deviner la cote d’un joueur en tendant l’oreille. Mais quand Neymar est dans les parages, il est conseillé de s’écarter pour ne pas risquer une déchirure du tympan. Ça hurle, ça pleure et ça crie. Neymar n’a rien perdu de son immense popularité au Brésil. Malgré son départ pour l’Europe et le FC Barcelone, la star, c’est toujours la même. Le numéro 10 de la Seleçao est LE joueur le plus demandé, photographié, observé, filmé. Sans Ronaldinho ou Kaka, Neymar est donc celui sur lequel toute la pression va reposer pendant ce Mondial. Ça tombe bien, il a l’air d’aimer ça ! C’est bien l’impression qu’il donne. Et c’est ce que pense son compatriote du PSG, Lucas : "La Seleçao peut apporter de la joie à notre peuple qui en a besoin et qui souffre. Je crois que la Coupe du monde peut nous unir encore davantage et aider le Brésil à résoudre ses problèmes. Neymar aura évidemment un rôle très important à jouer. Mais ça ne lui fait pas peur. Il assume"».

Joffrey Pointlane