neymar (P.Lahalle/L'Equipe)
C. Ligue - PSG

Neymar guide les Rois Mages pour fêter l'année

Au bénéfice d'une leçon technique qui inaugure parfaitement 2020, Neymar et les trois autres fantastiques du PSG ont puni l'AS Saint-Étienne (6-1). Le Brésilien, une nouvelle fois l'homme clé, continue sa montée en puissance.

C'est peut-être l'air du Brésil. Ou le repos. Ou les deux. Peu importe. Neymar a démarré l'année du mieux qu'il le pouvait, au grand bonheur d'un Parc des Princes qui se régale et ne siffle plus. Le Brésilien, lui aussi, prend du plaisir. Ses replis défensifs en début de partie témoignent de son implication, autant que ses déplacements et sa disponibilité. Entre les lignes, comme on le verra, ou plus haut sur le pré. Son bilan sur les six dernières rencontres parle pour lui : 6 buts et 6 passes décisives. Face à Saint-Étienne, à l'occasion du récital de l'orchestre parisien qu'il a organisé (6-1), le Ney a encore augmenté le compteur stats avec ce but merveilleux, sur une petite pichenette (39e), profitant d'un bon ballon d'Angel Di Maria. Et cela aurait pu être encore mieux. Il envoyait entre autres un amour de passe cachée à Juan Bernat (52e), qui manquait de précision dans la surface.

Paris s'amuse en transition

Au coeur de la partition, Neymar, qui termine la rencontre avec 131 ballons touchés (1), s'est surtout amusé de la physionomie de la rencontre. Avec Sainté réduit à 10 et une équipe parisienne qui s'est parfois contentée de procéder en contre, l'ancien du Barça a eu un rôle de catalyseur qui lui sied à merveille. Preuve en est, sa longue passe en profondeur pour Kylian Mbappé, peu avant l'heure de jeu (57e), qui aboutit sur le troisième but de la soirée pour Mauro Icardi. Ainsi, on le retrouve souvent en possession du ballon à 30 ou 40 mètres de ses cages après la récupération du ballon, par sa défense ou le duo Marco Verratti-Idrissa Gueye, dont le premier réflexe fut de chercher leur numéro 10. Logique, puisque Mauro Icardi, Kylian Mbappé ou même Angel Di Maria n'attendaient que les offrandes du Brésilien pour sortir des starting-blocks.

Dominant entre les lignes

Un positionnement axial qui convient parfaitement aux qualités du Brésilien
Mais le PSG, fort de son talent, son animation offensive et la qualité de ses joueurs, n'a pas fait que contrer. La bande à Thomas Tuchel termine avec 64% de possession, et s'en remet logiquement à son joueur le plus créatif une fois dans le camp adverse. Parfait dans le dos du milieu de terrain ou face au jeu, Neymar a écoeuré Yohan Cabaye et ses coéquipiers. L'action de la 18e minute, même si elle n'aboutissait pas sur un but - tir non cadré de Juan Bernat -, résume bien la situation. Neymar invente un dribble, ici une feinte de corps semelle sur le ballon, trouve un relais, retouche le ballon et oriente, avant que le jeu ne se porte vers l'avant et n'aboutisse sur une occasion. Un positionnement axial qui convient parfaitement aux qualités du Brésilien, libre de combiner et de trouver appui sur Kylian Mbappé ou Angel Di Maria, partenaires privilégiés. La relation se peaufine. Et à l'aube d'une année encore charnière, offre des promesses... à concrétiser.

Antoine Bourlon
(1) : Sa moyenne en Ligue 1 est de 91,2 ballons touchés.
Réagissez à cet article
500 caractères max
Flyrelax 9 janv. à 7:47

Et moi qui croyais que le PSG allait aligner son équipe bis pour les matchs de coupe de la ligue.Le PSG veux gagner cette dernière coupe ?

voir toutes les réactions
ADS :